Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 13:22

C’est le plus grand de nos grèbes (envergure 75-90 cm), on le reconnaît facilement avec sa huppe noirâtre et double (cristatus : qui a une crête, une aigrette, une huppe).

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

Le Grèbe huppé n’est pas à l’aise en vol, encore moins à terre.

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

Il est adapté à la vie aquatique avec un corps allongé en fuseau : il passe l’essentiel de son temps sur l’eau, à nager ou à plonger. Il peut plonger jusqu’à 20 m, mais le plus souvent il descend de 2 à 6 m. Il se nourrit de petits poissons, larves d’insectes, petits crustacés, mollusques.

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

Pour faciliter la propulsion, les pattes sont situées loin en arrière, « comme les hélices à la poupe d’un navire » P.Géroudet,

Le Grèbe fait partie des Podicipédidés –du latin Pes, Pedi =pied et Podex, Podici = derrière, à l’arrière.

Au bord du lac, à Annecy-le-Vieux, un panneau présente cet oiseau au fil des saisons.

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

En hiver, novembre-décembre, les Grèbes huppés sont nombreux sur le lac d’Annecy : c’est la période des rassemblements hivernaux. De nombreux grèbes des régions nordiques

passent l’hiver dans notre région : on dit que le Grèbe est un migrateur partiel.

En hiver, le plumage internuptial est terne.

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)
Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

Au printemps dès février, il est métamorphosé, on le reconnaît à peine ! Il est alors très élégant dans son plumage nuptial. « La tête anguleuse du Grèbe huppé se transforme en une fleur étrange : la huppe s’est allongée de deux cornes et une collerette de plumes rousses et noires encadre les joues blanches » Paul Géroudet

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)
Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)
Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

Les couples se forment.

Ces grèbes sommeillent, la tête entre les ailes, le bec enfoui dans le duvet du cou.

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

La parade nuptiale est spectaculaire. « Mâle et femelle se font face, tendent le cou, étalent en éventail leur collerette, redressent leur huppe et secouent la tête de gauche et de droite ». « Mâle et femelle se rapprochent l’un de l’autre en prenant d’abord l’attitude de menace, cou tendu et collerette effleurant l’eau…; mais au lieu de finir par une attaque, la provocation s’atténue et tous deux paradent face à face. Ce jeu, coupé de simulacres de toilette, peut se prolonger ou conduire à d’autres phases » P.Géroudet

Photos prises cette année, le 3 mars, à Annecy-le-Vieux.

Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)
Le Grèbe huppé, Podiceps cristatus (Linné 1758) (1)

On ne peut distinguer le mâle de la femelle.

Malheureusement, les deux partenaires se sont séparés et nous n’avons pas vu la « danse du pingouin » : celle-ci est rarement observée et marque sans doute une intensité exceptionnelle de la parade. Les deux partenaires plongent, émergent ensemble et face à face, dressés à la verticale sur leur arrière-train, se présentent des algues, comme des offrandes.

Le Grèbe huppé est peu farouche, on peut le photographier assez facilement, par exemple à Annecy au Petit Port, depuis les pontons.

Claudie

Partager cet article

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories