Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 12:43

 

Du 15 au 22 avril nous avons séjourné en Grèce, dans le sud du Péloponnèse, avec Pascal Jarige.

Le 17 avril, nous avons visité le Magne, l’une des trois péninsules, le « doigt » du milieu. C’est une région sauvage, aride et montagneuse.

Le matin, nous nous sommes promenés à dans un petit village abandonné, Viglas, très pittoresque avec ses hautes maisons en pierre. Très peu d’habitants y vivent toute l’année et pourtant une grande activité règne dans ce village…

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

En effet, nous y avons vu des centaines d’abeilles maçonnes, la Mégachiles des murailles, Megachile parietina, et leurs constructions étonnantes

La femelle de cette abeille maçonne est assez grande (1,5-2 cm), toute noire, les ailes enfumées avec de superbes reflets violets. Le mâle plus petit, a des ailes claires et un corps plus brun.

Megachile parietina, appelée autrefois Chalicodoma parietina

Megachile parietina, appelée autrefois Chalicodoma parietina

Cet insecte construit un nid fait d’argile et de sable agglutinés avec de la salive, sur des pierres ou contre les murs. Le nid ressemble à un amas de boue durcie, mais en réalité, il est fait de plusieurs cellules (jusqu’à 20) placées verticalement avec l’ouverture en haut.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

Ces cellules ressemblent à de petites tours dont la surface extérieure est consolidée par de menus cailloux. Dès qu’une cellule est montée, l’abeille l’approvisionne en miel et en pollen, puis elle pond un œuf et clôt la chambrette avec de l’argile pour en bâtir une autre juste à côté. Lorsque toutes les cellules sont achevées, elle recouvre le tout d’une fine couche de mortier.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

A Viglas, ces petits nids d’argile collés sur les murs de pierre étaient regroupés en grand nombre !

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

Sur le chemin, nous avons observé ces nombreuses abeilles qui collectaient du sable, de l’argile, des graviers….

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

 

Puis nous les avons vues construire leurs petits nids d’argile : c’était passionnant !

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

Nous avons découvert des petites guêpes aux couleurs métalliques appelées « Guêpes dorées » et aussi « Guêpes-coucous » …. car elles parasitent les abeilles solitaires.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

Chrysura varians pond dans les nids de la Mégachile des murailles : la larve aura son repas tout prêt, elle se nourrira de la larve victime !
 

A Viglas, plusieurs Chrysides allaient et venaient sur les constructions des abeilles et s’introduisaient dans les trous menant aux cellules

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (1) - Les abeilles maçonnes de Viglas, Megachila parietina

Une cuticule très épaisse protège ces parasites de l’aiguillon des Mégachiles et, en cas d’attaque, les guêpes –coucous se roulent en boule pour s’assurer une meilleure protection.

 

En France, le Chalicodome est en très grand danger. « The IUCN Red List of threatened species »  parle d’un déclin dramatique de cette espèce. Jadis l’espèce était répandue partout en France, aujourd’hui elle n’est présente que dans le sud. Mais elle est encore très répandue en Grèce.

                                                             Claudie

Partager cet article

Repost 0
Published by groupe nature - dans INSECTES VOYAGES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories