Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’Arum tacheté, Arum maculatum – Gouet, Pied-de-veau

Les feuilles vertes et luisantes, en forme de fer de lance de l’Arum tacheté apparaissent à la fin de l’hiver. Le nom vernaculaire « Pied-de-veau » : les feuilles évoqueraient les traces laissées par les sabots des veaux….

Arum tacheté : feuilles
Arum tacheté : feuilles

Arum tacheté : feuilles

Plus tard, au printemps, on peut voir une sorte de cornet vert pâle, la spathe qui entoure un appendice charnu violacé en forme de massue, le spadice.

Arum tacheté : spathe et spadice
Arum tacheté : spathe et spadice

Arum tacheté : spathe et spadice

Une coupe à la base du cornet nous permet de voir à l’intérieur, de haut en bas :

  • les fleurs stériles qui forment une sorte de filet
  • les fleurs mâles qui produisent le pollen
  • les fleurs femelles qui attendent d’être fécondées.

Les fleurs mâles et les fleurs femelles ne sont pas mûres en même temps : les fleurs femelles mûrissent avant les fleurs mâles.

Coupe de la spathe
Coupe de la spathe

Coupe de la spathe

La spathe produit une odeur d’excrément irrésistible pour Psychoda, un petit moucheron. De plus, la température élevée (15 à 20°), est agréable pour ce petit insecte. Le moucheron se pose sur le cornet, glisse, car les parois sont lisses, et passe à travers les fleurs stériles qui forment un obstacle et qui l’empêchent de remonter.

Les Psychoda à l’intérieur de la spathe

Les Psychoda à l’intérieur de la spathe

Il se retrouve alors emprisonné dans cette petite chambre, d’autres moucherons vont le rejoindre. L’Arum est un véritable piège à insectes !

Au bout de 2 jours, les fleurs mâles s’ouvrent et laissent échapper du pollen qui saupoudre les moucherons, les fleurs stériles se fanent, les moucherons emprisonnés peuvent alors s’évader… ils vont s’envoler vers d’autres Arums qu’ils vont ainsi féconder.

Ces dessins de Roland Spohn illustrent les 3 phases. (« Fleurs et Insectes » Margaud et Roland Spohn, Delachaux et Niestlé)

Ces dessins de Roland Spohn illustrent les 3 phases. (« Fleurs et Insectes » Margaud et Roland Spohn, Delachaux et Niestlé)

Dessin extrait de La Hulotte N° 26 : « Libérez Psikoda !»

Dessin extrait de La Hulotte N° 26 : « Libérez Psikoda !»

Les plantes évitent au maximum l’autofécondation. Le pollen d’une plante doit de préférence féconder une autre plante. Pour parvenir à cette fin, l’Arum a développé cette stratégie étonnante.

En automne, les feuilles sont fanées, il ne reste que l’axe du spadice formant un épi de 10 à 20 baies très serrées, d’abord vertes, puis rouge vif. Attention, ces baies rouges sont toxiques !

Les baies de l’arum sont toxiques : leur ingestion provoque une tuméfaction de la langue, une irritation de la gorge, des vomissements.

Les baies de l’arum sont toxiques : leur ingestion provoque une tuméfaction de la langue, une irritation de la gorge, des vomissements.

 L’Arum d’Italie, Arum italicum, est facile à reconnaitre : le spadice est jaune, les feuilles veinées de blanc apparaissent en automne et disparaissent l’été suivant. Cette plante d’origine méditerranéenne est cultivée et parfois naturalisée.

Arum d’Italie : feuilles et spathe
Arum d’Italie : feuilles et spathe

Arum d’Italie : feuilles et spathe

Et pour en savoir plus, lisez « Libérez Psikoda ! », la Hulotte N° 26 (3 double-pages sous forme de bande dessinée)

La Hulotte N° 26

La Hulotte N° 26

                                                                                     Claudie et Monique

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Giraud Françoise 12/05/2021 08:17

Merci pour votre votre superbe article
Je suis une fan de la Hulotte depuis 30 ans
Je prends toute vos parutions et me regale de vous
depuis de nombreuses annees..bravo bravo
Faites vous des sorties decouvertes...
Belle promenade a vous