Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Gomphide glutineux Dessins humoristiques d’André Gruaz, champignons et covid (4)

Encore un joli dessin humoristique d’André sur le thème « champignons et covid » !

Il représente un Gomphide glutineux qui n’a pas utilisé le gel hydroalcoolique que pour se désinfecter les mains !

Gomphidius glutinosus - Dessin André Gruaz

Gomphidius glutinosus - Dessin André Gruaz

Le Gomphide glutineux, appelé parfois « mufle de vache », n’est pas rare dans notre région et il est comestible, mais il est bien moins connu que les morilles, les bolets et les amanites. Et avec son chapeau visqueux (naturellement visqueux, même sans s’être aspergé de gel hydroalcoolique !), il n’est pas très appétissant … C’est pourtant un bon comestible à condition de « l’éplucher » sur place : il faut enlever la pellicule visqueuse sur laquelle tous les petits débris se collent. Couteau et torchon pour s’essuyer les mains indispensables ! A la cuisson, la chair est un peu spongieuse et elle noircit (sporée brun noir), mais nous mangeons volontiers ce champignon en mélange avec d’autres espèces. Pour lui donner de la fermeté, il faudrait le faire cuire dans l’huile bouillante. Le Gomphide concentrerait le Césium 137 …

Gomphidius glutinosus – photo Roger Fillion

Gomphidius glutinosus – photo Roger Fillion

Le pied est visqueux lui aussi et sous le chapeau visqueux, il y a des lames épaisses, espacées, décurrentes, pas de pores et pourtant, contrairement aux apparences, les Gomphides (de même que les Paxilles) sont apparentés aux Bolets : Gomphides et Paxilles font partie de l’ordre des bolétales, ce sont des bolétacées …à lamelles !

Gomphidius glutinosus - photo Roger Fillion

Gomphidius glutinosus - photo Roger Fillion

Chez les jeunes exemplaire le voile gluant qui recouvre le chapeau va jusqu’au pied, comme la cortine chez les jeunes Cortinaires.

Il y a 8 espèces de Gomphides en Europe.

Le Gomphide rose, Gomphidius roseus, pousse sous pins. Il « vit une étrange relation avec le Bolet des bouviers (Suillus bovinus), qui est son partenaire obligatoire : son mycélium vit dans les mycorhizes formées par le bolet, en le parasitant. » (Eyssartier 2018)

Gomphidius roseus - Photo Roger Fillion

Gomphidius roseus - Photo Roger Fillion

Le Gomphide maculé, Gomphidius maculatus, pousse sous mélèzes, il ressemble au Gomphide glutineux, mais il est plus gracile et son chapeau visqueux est vite taché de noir, les lames rougissent au toucher puis elles noircissent.

Gomphidius maculatus - Photo Roger Fillion

Gomphidius maculatus - Photo Roger Fillion

Le Gomphide helvétique, Gomphidius helveticus à Chroogomphus helveticus, pousse sous conifères (2 sous-espèces : sous pin cembro ou sous épicéas), le chapeau de couleur orangée a un voile fibrilleux vite sec.

Chroogomphus helveticus -Photo Roger Fillion

Chroogomphus helveticus -Photo Roger Fillion

Le Gomphide rutilant, Gomphidius viscidus à Chroogomphus rutilans, pousse surtout sous pins, son chapeau orangé terne est un peu collant, il est visqueux mais non glutineux.

Chroogomphus rutilans - Photo Roger Fillion

Chroogomphus rutilans - Photo Roger Fillion

Les 3 autres espèces sont :

Gomphidius tyrrhenicus, il pousse sous chênes verts et arbousiers.

Gomphidius gracilis, il pousse sous mélèzes, comme Gomphidius maculatus, mais il est plus grêle et sa chair noircit sans rougir.

Chroogomphus fulmineus, le Gomphide éclatant, il pousse sous pins, dans le sud, son chapeau est orangé.

Merci à André pour ses beaux dessins et à Roger pour les photos de Gomphides !

   

                                                                    Monique

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article