Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 07:56

 16 juillet 2009

 

Gentiana pneumonanthe L.

Gentiane des marais, pulmonaire des marais

 

Pourquoi « pneumonanthe » ? Jadis cette plante était utilisée dans certaines régions pour traiter des maladies des poumons (du grec pneumon poumon et anthe fleur), cf le nom français « pulmonaire ».

 

Des tiges de 10 à 60 cm portent des feuilles étroites, opposées et plusieurs fleurs d’un beau bleu azur. J’ai compté 11 fleurs épanouies ou en boutons sur une tige de 60 cm. Dans le « pré à orchidées » de l’autre côté de la piste cyclable les tiges étaient plus chétives…

 

En France, cette gentiane a une répartition inégale.

Elle est très rare en Savoie (mais ne bénéficie d’aucun statut de protection) : une seule station, le marais de Saint-Maurice-de-Rotherens (bulletin de la SMB de la région chambérienne n°7 2002).

En Haute-Savoie elle est protégée.

La gentiane est signalée en 1859 au « marais  Cospire » ( ?) à Sevrier, en 1906 « dans le marais entre la gare et la route » (aujourd’hui c’est un parking)  !!! Les stations de Sciez et de Peillonex ont disparu récemment...

Actuellement elle est présente dans 2 stations, au marais de l’Enfer à Saint-Jorioz et dans la Réserve du Bout du Lac à Doussard (où nous avons compté seulement une quinzaine de pieds le 22 juillet).

Elle est moins rare dans d’autres régions, le Massif Central par exemple.

 

La gentiane des marais est la plante-hôte exclusive d’un petit papillon très rare, l’Azuré des Mouillères, Maculinea alcon, au cycle de vie surprenant !

Les chenilles sont d’abord végétariennes, elles se nourrissent  de la plante-hôte, dévorant l’intérieur des fleurs, les ovaires fécondés… Puis, au bout de quelque temps, elles se laissent tomber au sol. Des fourmis rouges du genre Myrmica (M. ruginodis, M. scabrinodis et M. rubra) les emportent dans leurs fourmilières… et là elles deviennent carnivores ! Pendant plusieurs mois elles vont sans vergogne se nourrir des œufs et des larves des fourmis qui les hébergent ! En échange elles exsudent un liquide sucré dont les fourmis sont friandes (ah ces fourmis gourmandes qui sacrifient leur descendance pour se régaler de miellat !!!) L’été suivant les papillons éclosent, s’accouplent et pondent sur la plante-hôte…

 

Jusqu’à présent l’Azuré des Mouillères n’a pas été trouvé en Haute-Savoie.

Claudie et moi nous avons cherché en vain le papillon et ses petits œufs blancs sur les inflorescences de la gentiane…Pour les œufs, il semble que ce soit trop tôt, il faudrait  les chercher dans quelques semaines (mais le marais va être fauché et la plupart des pieds de gentiane vont disparaître !)…

 

                                      Monique

 

 

 

 

 

Le Marais de l’Enfer à Saint-Jorioz, photo de Claudie




Gentiane pneumonanthe, photo de Claudie






Gentiane croisette, Gentiana cruciata, avec les oeufs d’une sous-espèce de l’Azuré des Mouillères Maculinea alcon ssp. rebeli  (près de la cascade de Confolans, col d'Ornon, Isère) et en plus une sauterelle, Leptophyes punctatissima, photo de Claudie, le 14-08-08 

Partager cet article

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories