Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 15:19

Une Grue cendrée (Grus grus L. 1758- famille des Gruidés) hiverne tout près de chez nous, dans la plaine de Doussard-Lathuile. Roland Deluermoz l’a repérée le 20 janvier, il l’a revue 2 jours plus tard (internet « les chasseurs, sentinelles de la nature » 28-01-2015 - le Dauphiné 07-02-2015).  Un ornithologue de la LPO l’a notée le 24 janvier près des Vargiers, en compagnie de 9 hérons cendrés. Depuis, elle est observée régulièrement. Il est probable que cette Grue se trouve ici depuis plus longtemps.

 

1 Grue Doussard 01-02-2015 vers 12 h Claudie

                  Selma Lagerlöf : « Oiseau gris, vêtu de crépuscule, aux ailes ornées de longues plumes flottantes, une aigrette rouge sur la nuque » (en fait cette tache rouge, c’est de la peau nue, on ne la voit pas sur la photo) - 1e février, il neige

 

C’est étonnant de voir une Grue solitaire : en période de nidification les Grues vivent en couple. Le reste de l’année, elles vivent en grandes bandes qui réunissent parfois plusieurs milliers d’individus. La Grue cendrée est un oiseau sociable.

 

2 Grues cendrées Pologne

         Un couple de Grues. Pologne, 10 juillet  2013- Il est difficile de s’approcher des Grues, encore plus en période de nidification.

 

Pourquoi notre Grue est-elle seule et pourquoi hiverne-t-elle  dans notre région, loin des lieux habituels ?  Ne serait-elle pas mieux en Espagne, sous les chênes verts d’Estrémadure ?

Peut-être n’a-t-elle pas pu poursuivre le grand voyage avec ses compagnons parce qu’elle n’est pas en forme, malade, blessée ou simplement vieillissante ? Ou bien c’est un juvénile un peu rebelle qui a voulu n’en faire qu’à sa tête et qui s’est égaré ? Paul Géroudet : « La Grue solitaire est en général une égarée ou une handicapée ».

 

3 grue Doussard 04-02-2015 (12)

                             A l’arrière du corps, une touffe de plumes caractéristique des adultes,  la « queue de coq » - le 4 février, dans la neige.

 

Les Grues nichent dans le nord de l’Europe, en Scandinavie, en Pologne, dans les Pays Baltes, Russie, Sibérie… Après la nidification, elles se rassemblent  pour migrer vers le sud. Elles volent en triangle ou en chevrons, parfois elles se mettent à tournoyer en planant pour prendre de la hauteur grâce aux courants ascendants, puis elles reprennent leur vol en V, le cou tendu, les pattes s’alignant à l’horizontale. L’oiseau qui guide le groupe sera relayé par un autre.

 

4-grues-tableau-hotel-Pologne.JPG

                                                                     Tableau dans un hôtel de Pologne

 

Les Grues font des haltes pour se reposer et s’alimenter. Les lieux les plus fréquentés : le lac Hornborga dans le sud de la Suède, l’île de Rügen dans le nord de l’Allemagne, le lac du Der en Champagne (le 11 novembre 2014, 206 000 Grues : un record !), les Landes de Gascogne… Des Grues y passent l’hiver tandis que le gros de la troupe continue sa migration vers l’Espagne. Chaque année, elles s’arrêtent aux mêmes étapes.

 

5-Grues-lac-de-Der-panneau--1-.jpg

                                                                      Panneau, lac du Der

 

Les Grues  reprennent la route vers le nord pour gagner leurs zones de nidification de février à mars (le 15 février, 16 500 grues au lac du Der).

 

6-Grues-lac-de-Der-panneau-copie-1.jpg

                                                                          Panneau, lac du Der

 

Arrivées dans le sud de la Suède, c’est le moment des parades nuptiales, elles effectuent des danses spectaculaires.

« …Une Grue saute de ci, de là, les ailes déployées, pirouette sur place, ou bien court en battant des ailes, le corps horizontal et le cou replié, tantôt en ligne droite, tantôt en cercle… » Paul Géroudet

 

 « Les grands oiseaux aux longues pattes, aux fins cous déliés, aux petites têtes descendirent la pente comme en glissant et saisis d’un vertige mystérieux. Tout en glissant en avant, ils tournaient sur eux-mêmes, moitié volant, moitié dansant. Les ailes légèrement relevées, ils se mouvaient avec une rapidité incompréhensible. Leur danse avait quelque chose de singulier et d’étrange…  Il y avait de la sauvagerie dans cette danse … » - Selma Lagerlöf - La grande danse des grues à Kullaberg, 29 mars -(chapitre V « Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède » 1906-1907)

 

Vous n’avez pas encore observé « notre » Grue ? Allez vite dans la plaine de Doussard, cherchez-la avec vos jumelles (indispensables !) du côté droit (direction Lathuile)…..

 

7--15-2-7-salle-polyv-Doussard-13-h-30--6--copie-1.jpg

                     La Grue doit consacrer beaucoup de temps à son alimentation. Ici elle se trouve près d’un tas de fumier, non loin de la salle polyvalente.

 

8-grue-Doussard-15-2-2015-14-h-10--2-.jpg

 

   La neige a fondu. La Grue cherche sa nourriture à pas mesurés, elle broute des petites plantes, pique des bestioles, insectes, mollusques, vers de terre, parfois des petits vertébrés…

 

 

Espérons que notre Grue solitaire  ne se fera pas croquer par un renard, qu’elle ne tardera pas à repartir vers le nord  et qu’elle retrouvera ses congénères….

 

 

 

Monique

Partager cet article

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article

commentaires

Foise 16/03/2015 09:34

Une chouette rencontre !
J'ignorais que ces oiseaux pouvaient faire halte dans nos régions.

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories