Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 19:24

Diaporama proposé par le Groupe Nature de Faverges

 

mardi 25 mars à 20 heures, Faverges

Maison des Associations

(au-dessus de l'Office du Tourisme)

Entrée libre

 

Pierre Melin a passé trois jours en mai 2013 dans les Causses dans le cadre d’un stage botanique, accompagné de plusieurs botanistes dont Christian Bernard, l’auteur d’ouvrages sur la flore des Causses et l’un des initiateurs du Musée Coste de St-Paul-des-Fonds.

Pierre vous fera découvrir cette région par son évocation, sa situation, ses paysages (les différents Causses), sa formation géologique, son climat, mais surtout sa flore souvent spécifique.

Puis Claudie Desjacquot vous présentera des photos sur la faune de cette région, vautours, papillons et autres insectes…

 

Venez nombreux !

Faites suivre l’info à vos amis.

 

3-CAUSSES-Adonis-vernalis.JPG

                                         Adonis du printemps - Adonis vernalis -

 

Ajuga genevensis                                      Bugle de Genève - Ajuga genevensis -

 

Ajuga-chamaepitys.JPG

                                    Bugle jaune - Ajuga chamaepitys-

 

Vautour-en-vol--2-.JPG

                                                         Vautour fauve

 

Chevaux-de-Prevalski--2-.jpg

                          Sur le Causse Méjean, élevage de chevaux de Prewalski

 

Gaze---Aporia-crataegi-Causses--2-.jpg

                        Gazé (Aporia crataegi) sur Filipendule à six pétales (Filipendula vulgaris)

 

 

Prochains diaporamas

mardi 8 avril : "En Catalaogne (Espagne)" Maurice Pantaloni

mardi 15 avril : "Randonnée dans les montagnes du Valais" Odette Lussiana

 

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans DIAPORAMAS
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 18:52

Diaporama proposé par l'Association Mycologique et Botanique d'Annecy

lundi 24 mars, 20h30 à Annecy

quai des Clarisses, salle des Clarisses

(la Manufacture, parking Sainte Claire)

Entrée libre

 

Vous verrez que Denis ne s’ennuie pas à la retraite. Il continue à faire de la botanique à plein temps, autant et même peut-être plus que lorsqu’il travaillait pour Asters !

Il vous montrera un diaporama power-point avec les photos numériques prises pendant la saison 2013.

 

Venez nombreux. Faites suivre l’info à vos amis.

 

sommet-Jalouvre-DJ-12-8-2013.JPG

                                    Denis Jordan au sommet du Jallouvre, 12-8-2013

 

Campanula-latifolia-DJ--col-de-Cherel-9-8-2013.JPG

                               Denis Jordan photographie Campanula latifolia, col de Chérel, 9-8-2013

 

groupe-DJ-col-de-Balme-6-7-2013.JPG

                                                 Avec un groupe au col de Balme, 6-7-2013

 

 

Prochains diaporamas :

 

 

Lundi 7 avril : « Sur le Plateau du Retord », Roger Fillion

 

Lundi 12 mai : « Au Royaume du Bouthan, pays du BNB (Bonheur National Brut) », Danielle Bessac

Repost 0
Published by groupe nature - dans DIAPORAMAS
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 22:19

Claudie a déjà parlé de ce papillon, regardez l’article du 2 avril 2012 !

Vous verrez des photos du mâle et de la femelle qui sont différents.

 

La femelle pond un seul œuf par plante, souvent sur l’Arabis tourette, toujours sur des plantes de la famille des Brassicacées (= Crucifères). Cet œuf est d’abord blanc, puis orange.

 

Au printemps 2013, nous avons recueilli une plante d’Arabis tourette sur laquelle un œuf avait été déposé et nous l’avons mise dans un verre.

 

Oeuf-Anthocaris-cardamines-sur-Arabis-turita.jpg

Une toute petite chenille en est sortie. Petite et verte comme la plante, ce n’est pas facile de la trouver…(photo prise le 15 mai)

 

Pi-Pi-Anthocharis-cardamines-Aurore-chenille-15-5-2013.JPG

 

Pi-Pi-Anthocharis-cardamine-Aurore-chenille.jpg

 

Pas besoin d’aller chercher de la nourriture fraîche tous les jours : la chenille reste sur sa plante et ça suffira  pour la nourrir jusqu’au bout de son développement.

Voici la chenille qui a déjà bien grossi, photo prise le 30 mai 2013. 

 

Pi Pi Anthocharis cardamines Aurore CHENILLE élevage 30-5-

 Le 11 juin 2013, elle prend une position en arc de cercle : elle est prête à se chrysalider.

 

Pi-Pi-Anthocharis-cardamines-chenille-prete-pour-metamorp.JPG

 Quelques heures plus tard c’est fait !

La chrysalide est petite, elle ressemble un peu à une épine. D’abord verte comme la plante, elle n’est pas facile à repérer !

 

Pi-Pi-Anthocharis-cardamines--E-chrysalide-11-6-2013.JPG

 La plante sèche, la plante brunit et la chrysalide aussi !

Elle va passer tout l’hiver dans une boîte à l’abri des intempéries mais au froid, sur le rebord d’une fenêtre.

 

13 mars 2014 : il y a un grand changement,  la chrysalide toute brunâtre a changé de couleur, on voit de l’orange vif. Ce sont les ailes du papillon qu’on aperçoit par transparence, on peut déjà dire que c’est un mâle !

 

Pi-Pi-Anthocharis-cardamines-Aurore-chrysalide-13-3-2014.JPG

Encore un peu de patience, ça vient !

Le 15 mars, je vais voir la boîte transparente placée sur le rebord de la fenêtre : un papillon mâle est né pendant la nuit ! Dommage, je n’ai pas assisté à l’émergence ! Les ailes sont déjà bien déployées, mais le papillon est encore indolent. Ce serait facile de le photographier, mais … mon appareil fait la grève, il va falloir penser à le remplacer.

Deux heures plus tard, il bat des ailes, je le lâche dans le jardin !

 

Anthocaris-cardamine--4-.jpg

 

 

                                                                                       Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 10:14

Choucador-pourpre---Copie.jpg

                                                                    Choucador pourpré

 

Oedicnemes-du-Senegal--3-.jpg

                                                                    Oedicnèmes du Sénégal

 

Chaque soir, nous faisions la liste des oiseaux vus pendant la journée. Abdou se mettait au milieu, pour être entendu par nous tous. Il avait le ton, la pédagogie parfaite. « Vous y êtes ? Alors nous y sommes… ».

Cette phrase nous nous en souviendrons !

 

Abdou concentré sur la liste de la journée Wassadou Pasc

                                                              Abdou prépare sa liste - (photo Pascal Rapin)


        Abdou et la liste Ranch de Bango (2)                     

 

 Nous avons eu la chance qu’il voyage dans notre minibus. En plus de l’excellent ornithologue, Abdou était un homme amoureux de son pays. Il nous a parlé du Sénégal, où les ethnies se respectent et vivent en harmonie, Sénégal qui essaie d’être un  exemple pour les autres pays d’Afrique. Il a insisté sur l’effort de scolarisation dans les régions éloignées des centres, la scolarisation n’étant pas obligatoire mais bien suivie. Il a parlé de la polygamie. La jeune génération a tendance à abandonner cette pratique ancestrale…

 

Abdou-liste-Wassadou--3----Copie.jpg

 

 En nous quittant le dernier jour il nous a dit « nous avons été solidaires dans l’effort, on a su partager des moments de bonheur  grâce aux oiseaux. Voilà une nouvelle famille qui s’est créée, c’est toute l’équipe qui a gagné. »  Merci Abdou, Super Abdou !

 

Discours-Dakar-Philippe-1600x1200-.JPG

 

Si vous êtes intéressés par les oiseaux, par la nature, allez au Sénégal entre novembre et mai !

Pendant notre séjour nous avons vu 289 espèces d’oiseaux. Il y a donc une très grande variété d’oiseaux. La plupart sont très beaux, parés de couleurs somptueuses. C’est un régal pour les yeux !

 

 

DSC02592-Guepiers-nains-Laurette--2-.JPG

                                             Guêpiers nains, Wassadou

 

Et ils sont souvent en très grand nombre. Nous avons assisté à des spectacles extraordinaires !

 

Dendrocygnes-veufs-vol--3----Copie.JPG

                                                           Vol de Dendrocygnes veufs, Djoudj

 

Dendrocygnes-veufs-.JPG

 

pelicans-.jpg

                                                      Colonie de Pélicans blancs, Djoudj

 

Et demandez à Abdou de vous accompagner !

Abdou Lô habite à Toubacouta, dans le delta du Siné Saloum. Il est passionné d’ornithologie, mais pour le moment il ne peut pas vivre de sa passion. Il tient avec des parents une boutique d’artisanat pas loin de l’hôtel Keur Saloum. 

 

boutique-Carlos--2-.jpg

 

boutique-Carlos.jpg

 

 Abdou a décidé de ne pas en rester là : il va approfondir ses connaissances sur les papillons et les plantes de son pays….

 

Laurette, Monique, Claudie et Jean-Marc

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 22:46

Pour une fois nous n’avons pas fait un voyage botanique. En décembre 2013, nous avons participé à un voyage ornithologique au Sénégal organisé par Lionel Maumary du Cercle Ornithologique de Lausanne et Cristian Jensen, un ornithologue espagnol qui dirige Audouin Birding Tours. Avec les chauffeurs et Abdou nous étions 20 répartis dans 2 minibus.

 

Martin chasseur à tête grise sur Jujubier Ziziphus - - Co

                                                                Martin-chasseur à tête grise

 

 A notre arrivée à Dakar, nous avons été accueillis par notre guide ornitho sénégalais, Abdou Lô. Au cours de quelques phrases d’accueil, de bienvenue,  il a tout de suite donné le ton : «  nous sommes tous des passionnés, il n’y a pas de grand, pas de petit, nous sommes une famille et nous allons tout partager ensemble pendant ce voyage. »

 

Abdou-Wassadou.jpg                                                              Abdou

 

D’emblée une simplicité de prince, lui qui a appris essentiellement en autodidacte. Il était à l’affût, écoutait, voyait, reconnaissait l’oiseau avec une rapidité surprenante.

 

Guepier-de-Perse---Copie.jpg

                                                                              Guêpier de Perse

 

 Et il énonçait chaque fois le nom de l’oiseau dans le  langage scientifique, en français et aussi en anglais, sans hésitation. Il aurait pu nous donner le nom en espagnol, car il parle très bien cette langue, d’ailleurs  son surnom est Carlos.

 

Christain-et-Abdou--Toubacouta-Cl---Copie--2-.jpg

                                                     Abdou Lô (à gauche) et Cristian Jensen (à droite)

 

Il prenait le temps de nous montrer où se trouvait l’oiseau, les plus lents avaient droit à des explications complémentaires. Et il répétait plusieurs fois le nom de l’oiseau… Tout semblait facile. Sans lui, nous aurions eu bien du mal à nommer tous ces oiseaux que nous n’avons pas l’habitude de voir.

 

Abdou-Keur-Saloum-JM--1----Copie.jpg

                                                                      Abdou à Keur Saloum

 

 Abdou reconnaissait sans hésitation tous les oiseaux, aussi bien les oiseaux du Djoudj, tout au nord du Sénégal, que ceux des environs de  Dakar, de Wassadou au bord du fleuve Gambie ou ceux du delta du Siné-Saloum.

 

Pluvian-d-Egypte-Wassadou--M--3-.jpg

                                                               Pluvian d'Egypte, à Wassadou

 

 

                                  Laurette, Monique, Claudie et Jean-Marc

 

           

                                                                                                             A suivre ...!


Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 09:53

Le Baobab perd ses feuilles en saison sèche. Au Burkina, nos amis Jacques et Odile  ont photographié en février cet arbre complètement dépourvu de feuilles. 

 

1-Adansonia-digitata-Baobab-Burkina-Demaison-fevr-2011--2-.jpg

 En décembre au Sénégal (début de saison sèche), certains avaient encore des feuilles, d’autres n’en avaient plus.

 

2-Adansonia-digitata-Baobab--Toubacouta-JM--1-.jpg

3-Adansonia-digitata-Baobab--Toubacouta-JM--2-.jpg

 Les feuilles peuvent être consommées crues, bouillies ou séchées. On les utilise en condiment, le lalo, pour les sauces et aussi en médecine traditionnelle.

 

4 Adansonia digitata Baobab Toubacouta Cl (2)

Le Baobab peut vivre plusieurs centaines d’années, mais il est difficile de déterminer l’âge car le bois ne produit pas des cernes chaque année.

Le bois très léger, spongieux, gorgé d’eau, est inutilisable pour la menuiserie et le chauffage. L’écorce résiste au feu et à la sècheresse, elle sert à faire des cordages, des paniers, à tanner les peaux,  à fabriquer des savons… On en fait des tisanes lors des accès de fièvre dus au paludisme.

 

 

5-Baobab-JM-16-dec--2-.jpg

 

Le bas des troncs est souvent écorcé, l’écorce a la faculté de se régénérer.

 

 

6-baobabs-Saloum-MM----3----Copie-base-ecorcee.jpg

.

On appelle le Baobab l’« arbre à l’envers », car il semble avoir été retourné la tête en bas. D’après une légende, l’arbre aurait été déraciné et replanté à l’envers par une divinité mécontente…

 

7-Baobab--JM-Dakar--1-.jpg

 

 

La plus importante forêt de Baobabs est située à la sortie de Rufisque, le Baobab le plus imposant se trouverait près de Joal.  Jadis les gros arbres creux servaient de tombe aux griots,  le président Léopold Sédar Senghor a interdit cette pratique en 1960.

 

8-Baobabs-depuis-le-minibus-Toubacouta.jpg

 Nous  n’avons pas pu photographier de très gros baobabs : nous étions au Sénégal pour l’ornithologie…pas pour la botanique !

 

9-ornithos-Djoudj--2-.jpg

 

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 10:46

 

L’Association mycologique et botanique d’Annecy propose un diaporama de Maurice Pantaloni  « Les Castors »

lundi  10 février 2014  à 20 h 30,

quai des Clarisses, salle des Clarisses  (la Manufacture, parking Sainte-Claire).

 Qui ne connait pas le Castor, ce gros rongeur qui, avec sa queue plate utilisée comme une truelle, construit sa maison ? Fausse image bien que l’animal soit un bâtisseur, ingénieur hydrologue, bûcheron et jardinier. Mais qui l’a vu dans ses occupations quotidiennes ? En effet la difficulté de l’observation réside tout simplement par sa vie plus nocturne que diurne.

 

Tronc-abattu-par-castor-vers-Sonnay.JPG

                                                                Tronc abattu vers Sonnay


Ce diaporama vous emmènera dans ses biotopes, ruisseaux, rivières, fleuves, lac, à la recherche de ses indices de présence qui nous permettront de mieux comprendre ses habitudes et sa biologie. Et avec beaucoup de chance le voir s’ébattre de jour dans son domaine toujours proche de sa « maison »…

 

Bout-du-Lac--coupe-castor.JPG

                                                             Bout-du-Lac, bois coupé par un castor

 

Bout-du-Lac-bois-ronge-castor.JPG

                                                       Bout-du-Lac, bois rongés par un castor

 

On pourra aussi se poser des questions sur son éradication dans le passé et sa réintroduction assez récente qui peut poser des problèmes aux propriétaires des forêts en bordure des cours d’eau


 

Venez nombreux. Faites suivre l’info à vos amis. Entrée libre

 

Ce diaporama, initialement programmé en mars 2013, a été reporté en 2014 

 

 

 Prochains diaporamas :

 

Lundi 24 mars : « Parcours naturalistes d’un botaniste à la retraite (2013) », Denis Jordan

Lundi 7 avril : « Sur le Plateau du Retord », Roger Fillion

Lundi 12 mai : « Au Royaume du Bouthan, pays du BNB (Bonheur National Brut) », Danielle Bessac

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:02

Au Sénégal, le baobab fleurit à la saison des pluies, surtout en juin et juillet. Nous avons eu la chance de voir une fleur (mais une seule !) hors saison, le 8 décembre, dans le jardin de l’hôtel à Dakar.

Les fleurs de baobab sont pollinisées par de grosses chauves-souris frugivores, des roussettes : Eidolon helvum, la Roussette paillée africaine ou Roussette des palmiers.  (voir le film sur internet)

 

6-Adansonia-digitata-baobab-fleur.jpg

         Les fleurs pendent au bout d’un long pédoncule, à l’écart des branches qui pourraient gêner les roussettes. Elles ne s’ouvrent qu’à la tombée de la nuit. La corolle a 5 pétales blancs  (les chauves-souris ne voient pas les couleurs !), un gros pompon d’étamines (environ 2000) soudées en une colonne centrale et au milieu un long style qui se recourbe vers le haut (vous le voyez sur la photo ?).

Le parfum des fleurs, un peu aigre, peu agréable pour nous,  attire les chauves-souris. Elles font un peu de vol stationnaire puis elles plantent leurs griffes dans la fleur, elles sucent le nectar et mangent du pollen, la tête en bas. Ce faisant des grains de pollen se collent dans les poils de l’animal, quelques-uns seront déposés sur le style d’une autre fleur…

Seules les roussettes mâles viendraient visiter les fleurs : l’odeur dégagée doit avoir une structure proche de celle des  phéromones des femelles.

 

7--pollinisation-Chauves-souris.JPG

 

      Ce dessin est joli, nous ne savons plus où nous l’avons trouvé…. La fleur est encore fraîche.

 

Sur la photo, la fleur porte les traces des griffes des roussettes, par endroits les pétales sont déchirés : elle a reçu une visite pendant la nuit ! Flétrie, elle va tomber, mais la pollinisation a eu lieu et le fruit va se développer.

 

 

7 Roussettes Eidolon helvum endormies sous feuille de coco


 Hôtel du Djoudj : 4 (ou 5 ?) Roussettes paillées Eidolon helvum dorment pendant la journée, suspendues à une feuille de cocotier ; ailes, oreilles, bout du museau noirs, pelage roux, grands yeux. A la tombée de la nuit, elles quitteront leur dortoir et partiront à la recherche de fruits, de fleurs…

 

8--Adansonia-digitata-Baobab-fruits--Dakar-Cl--1-.jpg

       On appelle le fruit du baobab « pain de singe » car les singes en sont friands. Il est allongé (parfois un peu arrondi), recouvert d’une peau veloutée, il tombe verticalement comme au bout d’un fil à plomb.

 

8-Baobab--JM-Dakar--2-.jpg

 J’ai ramené dans ma valise un fruit du Sénégal. Impossible de le couper tellement il est dur, j’ai dû demander à Denis de m’aider !

 

9-baobab-1-pain-de-singe----1-.jpg

 

A l’intérieur, déception, des bestioles s’y sont mises…. Là-bas, on a vu des fruits écrasés, c’était plus fibreux… Il y a de nombreuses graines.

 

9-baobab-1-pain-de-singe----2-.jpg

 

Avec la pulpe, on fait une poudre qui sert à faire le jus de baobab, une boisson rafraîchissante pleine de vitamine C. On trouve maintenant des yaourts, des confitures, des bonbons, des chocolats à base de pulpe de baobab. Au Japon le « Pepsi baobab » est à la mode. L’huile extraite des graines est utilisée en médecine traditionnelle et en cosmétique…  

(pour les nombreuses utilisations du baobab, voir le site de l’association Inecoba, Institut pour l’étude et la conservation du baobab)

 

10-baobabs-Saloum-MM----1-.jpg

 

Monique (à suivre)

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 10:40

Quand on arrive au Sénégal, on remarque tout de suite cet arbre géant, emblème du pays.

 

Famille des Bombacacées (selon la classification traditionnelle), famille des mauves, des Malvacées (APG III, classification phylogénétique).

 

Le botaniste français Michel Adanson (1727-1806) a remarqué cet arbre durant le séjour qu’il fit au Sénégal (1748-1754) au service de la Compagnie des Indes. Il le baptisa de son nom arabe baobab (de l’arabe bu hibab, fruit à nombreuses graines) : « un arbre dont la grandeur prodigieuse attira mon attention. C’était un calebassier appelé pain de singe… », « ce géant malvenu… », l’arbre  « le plus singulier par sa monstrueuse grosseur ». En 1761, il publia un « mémoire illustré sur le baobab ».

 

1-Baobab-en-feuilles13-12-JM.jpg

 En  1753 Linné nomme cet arbre en utilisant son système de nomenclature binominale : Adansonia digitata. Il honore le découvreur Michel Adanson en lui donnant  le nom de genre Adansonia. Pour le nom d’espèce, il choisit l’épithète digitata, car les feuilles sont composées et les folioles ressemblent aux doigts d’une main.

 

2-baobab-feuilles-digitees-pres-de-Toubacouta--2-.jpg

 On connait 8 (voire 9) espèces de baobabs :

une seule en Afrique A. digitata (+ une espèce décrite récemment, A. kilima, difficile à distinguer de A. digitata, mais diploïde et elle pousse en altitude, entre 650 et 1500 m)

une espèce endémique d’Australie, A. gregorii  

6 espèces à Madagascar :  A. grandidieri, le Baobab de Grandidier, le plus grand, le plus célèbre, il forme la célèbre « allée des baobabs » près de Morondava, A.perrieri, le Baobab de Perrier et A. suarezensis, le Baobab de Suarez, les plus rares (région d’Antsiranana), A. madagascariensis, le Baobab de Madagascar, malgré son nom il n’est pas endémique, quelques individus poussent à Mayotte. Pour les 2 dernières espèces, nos amies d’Ugine, Noëlle L. et Solange M., ont fait des photos lors de leur voyage à Madagascar en octobre 2010 :

 

Adansonia rubrostipa, le Baobab fony, l’arbre bouteille : gros tronc renflé en bouteille, écorce lisse rouge (rubrostipa « à tige rouge »), forêts sèches de l’ouest. Les Malgaches utilisent l’écorce pour faire des cordages, les feuilles comme anti-inflammatoire et contre la diarrhée.

 

3-Adansonia-rubrostipa-baobab-fony-baobab-bouteille-Madagas.jpg

 

 Les fruits sont ronds, avec les graines les Malgaches font de l’huile et du savon.

 

4-Adansonia-rubrostipa-baobab-fony-baobab-bouteille-Madagas.jpg

 Et la 6e espèce, Adansonia za, le Baobab za, il est plus élancé.

 

5-Adansonia-za-Madagascar-oct-2010-Noelle-et-Solange--2-.jpg

 

 

Monique

(à suivre)

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 16:41

  meteo-2013.jpg

 

 

 

 

                           Hiver : de grosses chutes de neige !

 

Cote-de-Marlens---chez-Janine--3-.jpg

                                                           La Côte de Marlens, chez Janine

 

Où

 

Chez-Janine--a-La-Cote-de-Marlens.jpg

                                                                  Il faut débllayer la neige !

 

 

 

                                      Un printemps pourri !

 

 

13-printemps-pourri-jardin--1-.jpg

                                                              Il faut couvrir les plants de tomate !

 

13-limaces-sur-courgettes-4-8-13.jpg

                                                            12 limaces sur un plant de courgettes !

 

 

                          Eté : un enneigement important en altitude !

 

Felix-Faure---275.jpg

                                     Le Lac Long, sous le col de la Vanoise, encore gelé le 14 juillet 2013 !

 

 

Janvier : Temps variable tout le mois,  du soleil (un peu), de la grisaille -brouillards bas- (beaucoup), suivi de neige la 2e décade, froid modéré. Tendance nuageuse, plus froid par la suite.

Février : Forte pluie en tout début de mois, puis neigeux, froid la 1e quinzaine, ensuite courte période ensoleillée, entrecoupée de brouillards élevés (du 21 au 24), mais encore du froid. Déficit d’ensoleillement record (près de 50%) depuis mi-novembre, et hauteurs de neige très importantes en altitude (2m10 à la Sambuy 1850 le 13).

Mars : Brouillards matinaux suivis de redoux dû à un léger coup de foehn la 1e décade. Encore du froid, des nuages, de la pluie, un peu de neige, mais toujours très maussade ; seulement 3 jours de « plein soleil ». Le mois de mars le plus froid (avec 2006) depuis près de 20 ans. Un hiver qui joue les prolongations : 2 m35 de neige le 31 mars à la Sambuy. A Faverges, le cumul des couches successives (depuis le 28 oct. 2012) est de 160 cm.

Avril : A peine mieux que la 2e quinzaine de mars, juste un peu plus chaud. Un petit air de printemps, 2 périodes ensoleillées de 5 puis 3 jours consécutifs (14 au 18 et 23 au 25) et des températures supérieures à 20°. Retour d’un temps humide le 26 (couvert ou pluvieux) froid.

Mai : Même programme…en pire, 19 jours avec pluie : 165 mm, T° moyenne 9°9 dont 1 minima de +1°5. Chutes de neige au-dessus de 1700 m, 6 fois - le mois de mai le plus froid depuis 1983-

Juin : Nette amélioration la 1e quinzaine mais avec séquences pluvieuses, la végétation est en retard de près de 3 semaines. Fin de mois variable, un peu moins beau.

Juillet : Enfin l’été est là, ensoleillé et chaud (bien mérité après ce printemps « pourri ») modérément arrosé, mais encore plus chaud en fin de mois : 33° le 27.

Août : Même temps sans excès de chaleur. De très belles journées au cours du mois.

Septembre : Sous le signe de la douceur ; pluviométrie normale, léger rafraichissement après le 15 accompagné de nuages et de pluie jusqu’au 20. Retour du beau en fin de mois.

Octobre : Bien arrosé la 1e quinzaine (total du mois 173 mm), mais du beau, du soleil par la suite, et des T° moyennes un peu au-dessus des normes.

Novembre : Très fortes pluies au début du mois, 120 mm en 5 jours successifs, 194 mm pour le mois (très bon pour la nappe phréatique), temps maussade. Froid à partir du 20 avec chutes de neige par 2 fois (-8° le 28).

Décembre : Très ensoleillé mais froid sec, persistant du 2 au 18, gelées nocturnes ininterrompues, ensuite variable, redoux, pluvieux jusque vers 2000 m (coups de foehn). « Noël au balcon » avec un parapluie, +13°, puis de nouveau soleil jusqu’au 31.

 

                                                                                      Noël B.

 


 


Repost 0
Published by groupe nature - dans METEO
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories