Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 21:46

   PAYS DE FAVERGES ENVIRONNEMENT

                   Présente :

 

 

  Les Plantes Médicinales

     et les Nutriments

        de l’Hiver       

 

        conférence débat animée par 

   les Docteurs Evelyne Raffin et Pierre May

 

                         

         

   VENDREDI 7 JANVIER  20 H

               LA SOIRIE FAVERGES

                    Entrée 3 €

Donc le 7 Janvier sera  la dernière soirée phytothérapie et nutrithérapie de l’année 2010 (ou la première de 2011) ! Elle sera consacrée aux plantes médicinales et aux nutriments de l’hiver.

Nous somme en effet , à quelques jours du solstice , donc au moment où la durée du jour est la plus courte et la nuit la plus longue .C’est vraiment le cœur de l’hiver , et en médecine chinoise cette période correspond à l’élément eau , avec comme climat le froid , et comme organes associés le rein , la vessie , les os et les moelles (c'est-à-dire le système nerveux ) .Vaste sujet s’il en est : nous allons donc parler des plantes de la vessie, et des nutriments qui aident à soigner une cystite .

Nous allons aussi aborder les pathologies rénales , si fréquentes chez les carnivores ,humains ou animaux ( ! ) ,  et dire ce qu’il faut éviter pour garder un rein en bonne santé .

Et bien sur nous allons parler de l’arthrose , qui en phase de début est plutôt une pathologie terre (c'est-à-dire du conjonctif avec prolifération des cartilages ) et puis qui se termine en pathologie eau , c'est-à-dire en phase de nécrose et de perte de substance osseuse et cartilagineuse , pour aboutir à la prothèse ! Nous allons donc aborder les différentes façons de limiter ce processus dégénératif qui touche tant de personnes à partir de la cinquantaine …

Quant aux maladies dégénératives du cerveau , en particulier les maladies d’Alzheimer et de Parkinson , nous ne ferons que les aborder car elles feront l’objet d’une conférence à elles seules .

 

Nous ferons quand même un petit rappel des plantes et des nutriments du foie , après cette période de chocolat , foie gras dinde aux marrons  et champagne …même si c’est au printemps qu’il faut s’occuper en priorité de ce bel organe vital !

 

Rendez vous donc vendredi 7 Janvier à 20 h pour découvrir toutes les merveilleuses thérapies que la nature nous offre pour soigner ces maladies chroniques et douloureuses qui touchent tant de personnes . En attendant , bonnes fêtes et bonnes ripailles !

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 16:52

Habitant près du bief, au cœur du village de Saint Ferréol, j’observe très souvent le cincle, ce magnifique oiseau, très discret, toujours fidèle au poste sur sa petite pierre plate au ras de l'eau. Je le vois vers 10 h le matin et entre 15 h et 16 h l'après –midi : c'est à ce moment qu'il fait régulièrement sa toilette... 

 

Cincle 1 - Copie

 

Cela dure...dure...mais en même temps il garde toujours un œil en direction du courant pour  voir, si par hasard une petite proie se trouverait de passage .De temps en temps, il donne de petits coups d'œil alentours ,et soudain un plongeon rapide le fait disparaître dans l’eau.  Quelquefois il fait un démarrage «  à 100 à l’heure » au raz de l'eau sur une dizaine de mètres. Très rarement,  j’ai pu aussi le voir se poser sur le courant un court laps de temps. 

Je pense que son nid n’est pas loin mais je ne l’ai pas encore cherché de peur de le déranger.

 

                                                          Gérard

 

 

Cincle plongeur, merle d’eau. Cinclus cinclus : le seul passereau capable de plonger et de marcher au fond de l’eau.

D’aspect rondelet, brun chocolat, il a une bavette blanche formant un éclatant plastron, très visible. Il a de petites ailes courtes et arrondies pour ramer sous l’eau et pour voler à toute allure au dessus de la rivière. Sa petite queue courte souvent dressée, lui sert de gouvernail sous l’eau. Ses grandes pattes, munies de griffes,  lui permettent de retourner les pierres  pour capturer les larves d’insectes aquatiques.

 

cincle 3 - Copie

 

 

 

Il se nourrit de larves de phryganes et d’éphémères, de petits poissons et de minuscules mollusques…

C’est un indicateur de la qualité de l’eau des rivières à truites.

A l’expo, nous avions un nid trouvé à Arnand, le long de l’Ire. C’est une grosse boule de mousse tapissée à l’intérieur de feuilles et d’herbes. L’entrée se trouve sur le côté. Les petits cincles âgés de 3 semaines, se jettent à l’eau, dans le vide : ils apprennent à plonger et à nager avant de savoir voler.

 

                                                         Janine

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 13:40

Le Pinson du nord

Fringilla montifringilla

 

 

C’est un visiteur d’hiver : il niche dans les forêts de bouleaux et d’épicéas de Scandinavie et du nord-est de l’Europe.

On ne voit donc cet oiseau qu’à la fin de l’automne et c’est toujours une belle surprise quand il revient visiter nos mangeoires.

Janine en a photographié toute une bande (environ 25 !) sur sa terrasse.

 

groupe-de-pinsons-du-nord-P1020411.JPG

 

Le mâle a la poitrine d’un beau roux orangé, le ventre blanc, la tête gris noire,  le bec jaune à bout foncé. Le croupion blanc est bien visible en vol.

La femelle lui ressemble mais elle est plus terne, avec un dessin grisâtre sur la tête.

 

Pinson du nord 2

 

Pinson du nord

 

En hiver, les pinsons du nord arrivent en grand nombre autour des mangeoires où ils se régalent des graines de tournesol. Mais on les observe aussi près des fermes et des jardins, où ils cherchent leur nourriture dans les champs en friches.

Leur nourriture favorite : les faînes de hêtres riches en farine oléagineuse, qui leur procurent un apport calorique précieux pour passer la saison froide.

 

Ils peuvent devenir très grégaires et se rassembler dans d’immenses dortoirs regroupant des milliers d’individus. C’est parait-il un spectacle inoubliable que je rêve de voir !

 

Le Tarin des aulnes

Carduelis spinus

 

C’est aussi un visiteur d’hiver. Il arrive en groupe de Scandinavie et de la Baltique.

 

tarin des aulnes (2) - Copie

 

 

En hiver, il fréquente volontiers les mangeoires, il aime les graines de tournesol, les arachides.

On l’observe aussi dans les jardins, les parcs, spécialement sur les bouleaux et les aulnes, dont il mange  les petites graines. Il se nourrit comme les mésanges, suspendu la tête en bas au bout des branches. Il y a quelques semaines, alertée par un gazouillis presqu’incessant, j’en ai observé depuis la fenêtre de la cuisine, toute une troupe dans le bouleau de mon voisin.  Dans les positions les plus variées, ces petits passereaux jaune verdâtre, tout en babillant avec entrain, ont épluché les minuscules petits cônes (strobiles).

 

Mais attention, ne confondez pas la tarin avec le verdier ! Il est beaucoup plus petit, son plumage est strié et bariolé : poitrine jaune, ventre clair, tête jaune et noir, dos verdâtre, barre alaire jaune bordée de noir. Le bec est puissant et pointu.

 

Le Grosbec casse-noyaux

Coccothraustes coccothraustes

 

On peut admirer ce bel oiseau, en hiver, pendant les périodes de grand froid.

 

 

On le reconnaît d’emblée à son bec hors du commun : massif, conique, très puissant, il lui permet de casser les graines les plus dures, en particulier les noyaux de cerise pour en extraire l’amande.

gros bec casse-noyaux3

                                                                        Photo Janine

 

Grosbec profil

                                       C’est un oiseau gros et corpulent (comparez le avec la mésange charbonnière !)

Grosbec pinson N mesange verdier moineau

 

                                      Grosbec avec pinson du nord, mésange charbonnière, moineau domestique.

 

Gros-bec - Copie

 

Son plumage est brun-roux et chamois avec des détails noirs, blancs et gris.

Les ailes sont d’un noir-bleu brillant chez le mâle.

La queue est courte, brune avec le bout blanc.

On remarque une petite bavette noire.

 

A la mangeoire, il s’installe pour un bon moment et mange avec appétit les graines de tournesol, tandis que les autres oiseaux (mésanges, moineaux, verdiers, pinsons..) attendent patiemment qu’il veuille bien céder la place.

 

Mais en dehors de la saison hivernale, le grosbec est plus farouche et ce sera plus difficile de l’observer : il affectionne les forêts de feuillus (chênes, charmes, hêtres…) où il évolue surtout à la cime des arbres.

 

                                                 Claudie et Janine

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 13:20

 

Le pic épeiche


Pic epeiche 6

 Il est superbe avec son plumage noir et blanc et une tache rouge sur le ventre près de la queue.  Contrairement à la femelle, le mâle possède une tache rouge à la nuque. (photo : mâle)

 

Le verdier


Verdier                                                                                      mâle

 

verdier femelle

 

Verdier de dos Janine                                         femelles (photo Janine)


Le mâle est vert jaune olivâtre avec des taches jaune vif sur les ailes et la queue.

La femelle est plus terne.

 

Le chardonneret

 

Un oiseau très bariolé : face rouge écarlate, dos et flancs bruns, ailes noires rayées d'une large bande jaune vif.

Les chardonnerets  se nourrissent de graines de chardons (d'où son nom), bardanes, cosmos, asters.

Mais, ils fréquentent assidûment les mangeoires à notre plus grand plaisir.

 

Chardonneret TB

 

chardonneret 1

                                                                                         photo Janine

 

Le moineau domestique

 

Et dire que c'est un oiseau en voie de disparition ! … chez nous, ils viennent par dizaines manger les graines de tournesol !

 

 

Le rouge-gorge

 

Haut sur pattes, un corps rondelet, une gorge orangée, de grands yeux noirs, le rouge-gorge est caractéristique.

C’est un oiseau familier, peu farouche, bien connu des jardiniers.

En hiver, il vient tout près des maisons chercher la nourriture qu’on voudra bien lui réserver : au sol, un peu de margarine, quelques petites graines, des noix… Mais attention au chat !

Rouge gorge (2)

 

Le pinson des arbres

 

Le male a la gorge rosâtre, des barres alaires blanches. Dos brun, ventre et gorge rosâtres, calotte et nuque bleues.

Le croupion est verdâtre.

Pinson mâle-copie-1

 

Pinson mâle dos croupion

 

La femelle est  terne, ventre blanchâtre et dos brun olive.

 

Pinson-femelle.jpg

 

Il vient en bande avec d’autres granivores (chardonnerets, verdiers) Au sol il  récupère les graines tombées du plateau de la mangeoire.

 

Le merle

 

Le merle apprécie les pommes.

La merlette a un plumage brun.

 

Merle--2-.jpg

Merlette.jpg

 

                                            Claudie et Janine

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 11:47

L’observation des oiseaux est l’un des grands plaisirs de l’hiver et la meilleure façon de les regarder facilement, c’est d’installer une mangeoire près d’une fenêtre de la maison.

Mangeoire mésange charbo janv 07.JPG

 

 

   La mésange charbonnière

 

C'est la plus grande des mésanges et la plus commune.

La tête est d’un bleu noir luisant avec les joues blanches, le ventre jaune avec une bande médiane noire (plus large pour le mâle).

Les mésanges sont hyperactives, elles sont toujours en mouvement !

Mes charbo 6

 

Elles font partie des rares passereaux qui se servent de leurs pattes pour se nourrir. Elles emportent une graine pour la décortiquer sur une branche. La graine maintenue entre les deux pattes, elles tambourinent dessus pour en extraire la pulpe.

 

La mésange bleue 

 

Elle se distingue par sa calotte bleue. Une ligne foncée traverse sa face blanche. Ailes et queue sont bleues, le ventre jaune avec une bande médiane peu marquée.

Malgré sa petite taille (9-12 g), c'est une batailleuse et elle se montre agressive pour chasser les intrus qui veulent lui faire concurrence

mesange bleue (2) - Copie

.

La mésange noire

 

Cette petite mésange habite les forêts de résineux, mais en hiver, il lui arrive de visiter les mangeoires.

Sa tête ressemble un peu à celle de la mésange charbonnière, mais elle possède une tache blanche sur la nuque. Ses couleurs sont moins vives, le dessous du ventre est gris beige.

mésange noire

                                                                                photo Janine

 

La mésange nonnette

 

On la reconnaît facilement avec sa petite casquette noire.

 

Mes nonnette

 

Elle est un peu farouche et ne vient à la mangeoire que furtivement.

Elle a un sosie, la mésange boréale. Mais cette dernière ne vient en principe pas aux mangeoires, elle fréquente les forêts de conifères en montagne, les biotopes humides -aulnes, fourrés de feuillus-

 

 

La mésange huppée

 

On la reconnaît sans problème avec sa petite huppe dressée sur la tête.

Elle ne fréquente les aires de nourrissage qu'à condition de trouver des conifères à proximité immédiate.

mésange huppée                                                                                           Claudie et Janine

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 16:08

    C'est une jolie espèce ! Je la retrouve chaque année, en décembre sur une souche d'épicéa...mais elle serait plus fréquente sur les souches de feuillus.

 

Flammulina velutipes (3)

 

 Le chapeau est roux orangé avec la marge jaune, il est visqueux et hygrophane.

 Les lames sont peu serrées, blanches puis crème et enfin beige ochracé.

 Le pied est d'abord jaune avec la bordure roussâtre puis il devient entièrement brun velouté.

 

Flammulina velutipes (4)

 

 Ce beau champignon est comestible lorsqu'il est jeune, mais je ne l'ai jamais goûté !

 

                                                         Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 14:53

A gauche, un drôle de champignon  à lamelles ??  Bizarre,  il est pétrifié ! Le chapeau est intact, mais il manque le pied….

Non, ce n’est pas un champignon fossile, c’est du corail !

 

madrepore-Nelle-Caledonie-2.jpg

 

Nos amis Odile et Jacques ont ramené ces 2 petits bijoux de leur séjour en Nouvelle-Calédonie en novembre 2009, ils les ont offerts au Groupe Nature.

 

La Nouvelle-Calédonie est entourée par la 2e plus grande barrière de corail du monde (après celle d’Australie), plus de 1600 km, elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008.

Ce sont de minuscules petites bêtes marines de la classe des Cnidaires, les polypes, qui ont un squelette calcaire. Ces polypes vivent en colonies et, en s’agglomérant, ils forment des récifs coralliens.

 

Je n’ai pas d’explication pour cette forme de champignon et vous ?…

En tout cas, c’est très beau !

Merci Odile et Jacques !

 

                                       Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans DIVERS NATURE
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 16:12

Un grand choc sur le carreau de la porte fenêtre, un bruit retentissant. Que s’est-il passé ?

Un gros oiseau git par terre, sur la terrasse, immobile. Quel dommage ! Je suis bien triste. Il y a pourtant plus de 10 ans que je nourris les oiseaux en hiver et c’est la première fois que l’un deux s’assomme contre la vitre.

 

epervier Cote marlens janine

 

  Son bec noir est épais et crochu.  L’œil est jaune. Le  plumage gris marron sur le dos, a des reflets roux. Le dessous du corps et des ailes est entièrement blanc barré de marron roux.

 

plumes

 

tête

 

Ses pattes jaunes portent des serres noires, fines et pointues.

Poids : 130g, Longueur : 30 cm. C’est un épervier d’Europe (Accipiter nisus)

 

epervier Cote marlens janine (2)

 

L’épervier est un petit rapace diurne. Il se nourrit exclusivement d’oiseaux qu’il pourchasse à vive allure le long des haies ou près des lisières des forêts. Son vol caractéristique, onduleux, alterne des battements d’ailes rapides et de courts vols planés en arcs de cercle.

Construit en mars, début avril, le nid est fait de brindilles cassées. La femelle pond 4 à 6 œufs en avril mai. Les jeunes naissent au bout de 5 semaines. Pendants 15 jours, ils sont élevés par la femelle qui leur donne des proies déplumées par le mâle. Ils acquièrent leur plumage définitif au bout de 4,5 semaines.

Que faire de ce bel oiseau mort ? Nous décidons de le rendre à la nature en le déposant sous un buisson à l’orée du bois.

Autrefois, à la récré, nous jouions au jeu de l’épervier dans la cour de l’école.

 Il s’agit de courir d’un côté à l’autre du terrain sans se faire toucher par l’épervier. Celui-ci donne le signal de la poursuite en criant « l’Epervier part en chasse ! »Chaque joueur touché devient Epervier à son tour et donne la main à ses camarades en formant une chaîne de plus en plus longue. Le vainqueur est le dernier joueur à rester libre. Plus rapide, plus agile et plus malin, il sera l’Epervier de la partie suivante !

 

                                                                                                Janine

 

L’épervier chasse souvent près des habitations et en hiver, il surveille les mangeoires où se rassemblent la plupart des petits oiseaux. Il se fait remarquer par la rapidité de ses attaques.

Paul Géroudet écrit : « L’épervier poursuit sa victime avec une telle ardeur qu’il en oublie le danger ; à la suite des moineaux, il pénètre dans les poulaillers et les maisons, s’assomme contre des vitres… et l’on a retrouvé des cadavres de rapaces empalés sur des branches ou empêtrés dans des fourrés. »

En général, il emporte ses victimes (essentiellement moineaux, mais aussi grives musiciennes, pinsons, mésanges…) pour les plumer : il « travaille » alors sur une souche, une grosse pierre. Mais l’hiver dernier, j’ai photographié un mâle devant la maison, en train de dépecer un petit passereau qu’il avait réussi à capturer.

 

janv-2008-Marlens-mangeoire.jpg

 

La visite de ce petit rapace sème la panique parmi les oiseaux qui disparaissent alors en un clin d’œil !

 

                                                                                          Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 10:38

 Nous vous invitons à regarder notre diaporama le mardi 14 décembre à 20h dans la salle des associations au-dessus de l’Office du tourisme.

C’est avant tout une visite d’une petite partie de la Grande Terre, appelée aussi « le Caillou », mais qui est heureusement bien autre chose. Ce sont des paysages très riches et variés des bords de l'océan jusqu'au sommet des montagnes, de plus le climat est agréable. C’est l’éternel printemps. En ce début novembre, il fait 30°C.

Alors venez vous réchauffer avec nous !

 

Couleurs-du-lagon.jpg

couleurs du lagon

 

Le cycas, plante fossile...

                                                                           Le Cycas, une plante fossile

Couleur-urbaine.jpg

Couleur urbaine

Retour-de-la-chute-de-Tao-copie-1.jpg

                                                                      Retour de la chute de Tao

 

                                                                                                              Odile et Jacques

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 20:20

Queue-de-renard-expo.jpg


Oui, cette grosse mèche s'appelle une "queue de renard" !

 

 

Elle se formait à l'intérieur d'anciennes canalisations en béton. 

Ces canalisations étaient composées de plusieurs tronçons de tuyaux ( 1,50 à 2 mètres ) 

assemblés bout à bout et scellés pour l'étanchéité. Parfois ces joints comportaient des fuites dues au vieillissement ou à la déformation de la conduite. Par ces fuites des

radicelles d'arbres environnants recherchant l'humidité, donc l'eau, parvenaient à

s'infiltrer à l'intérieur des tuyaux, se multipliaient et grossissaient jusqu'à les

obstruer complètement et ceci sur plusieurs mètres de longueur.

Il était pratiquement impossible de déboucher sans désassembler la canalisation.

 

Noël B.

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories