Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 17:34

Le même jour (17 mai 2009, cf article sur le sphinx du tilleul) les mêmes amis m’ont apporté un autre papillon qu’ils avaient trouvé au fond d’un pot de fleurs vide : le Sphinx livournien.

Hyles lineata livornica

                                                                             Photo : Monique M.

 

Cette espèce subcosmopolite ressemble au sphinx de l’euphorbe. C’est un grand migrateur qui vient d’Afrique.

Il y a eu une invasion massive en Europe en 1946 et en 1952 : les chenilles envahirent les vignobles causant de sérieux dommages dans certaines régions.

2009 semble être une bonne année pour la migration de ce sphinx. Le Progrès de Lyon signale le 2 juin : « Venus d’Afrique les sphinx livourniens papillonnent en Dombes. »

 

Ce sphinx  a donc une vie d’adulte relativement longue, contrairement au sphinx du tilleul il a une trompe, il  butine au crépuscule.

 

Hyles livornica lineata M Pantaloni

                                                                             photo : Maurice P.

 

Mais notre papillon semblait fatigué, il avait accompli un très grand voyage  (qu’une si petite bestiole puisse accomplir un pareil exploit semble incroyable !), il avait peut-être déjà pondu…Deux jours plus tard il était mort …

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 17:20

17 mai 2009 : des amis m’apportent un papillon trouvé sur un tronc d’arbre, c’est un sphinx du tilleul. Ce sphinx  est commun, même en ville, mais on ne le remarque pas : il se camoufle bien et il est plutôt nocturne ! La coloration des ailes est variable, de verdâtre à brun, le mien a une couleur de fond  brun rosé.

 

 

 

2-Mimas-tiliae-Sphinx-du-tilleul-19-mai-2009-lathuile.jpg

 

Je l’installe dans une grande boîte transparente car je veux le photographier et le montrer à mon petit-fils Jules.

 

Quelques jours plus tard le papillon (un peu stressé par la captivité ?) a déposé des œufs verts sur le carton au fond de la boîte. Je le laisse partir, il pondra peut-être encore quelques œufs dans la nature, mais je pense qu’il ne va pas tarder à mourir : sa trompe étant atrophiée, il ne peut pas se nourrir, après l’accouplement il pond et, la descendance assurée, la mission accomplie, il peut disparaître : son unique préoccupation est de perpétuer l’espèce !

 

Surprise : le 26 mai, naissance des chenilles (durée normale d’incubation de 2 à 3 semaines, ici ça s’est passé plus vite !). Elles sont minuscules mais par rapport à la taille des œufs elles sont géantes, on se demande comment elles ont pu sortir d’œufs si petits ! Elles sont vertes  et ont déjà la corne caractéristique des sphinx (« scolus »). Je leur donne des feuilles de tilleul, elles grignotent…

Les chenilles mangent de plus en plus et grossissent à vue d’oeil…

 

Mimas tiliae jeune chenille 4 juin 2009

                                                                                         photo : 4 juin

Sphinx du tilleul 24 juin 2009

                                                                                          photo :  24 juin                 

 

Il faut régulièrement nettoyer la boîte, enlever les crottes et les feuilles sèches et leur donner des feuilles fraîches. 

 

Début juillet, elles sont moins nombreuses, mais les 6 qui restent sont bien dodues et présentent  7 belles bandes latérales obliques. Leur seul souci est de manger…

Une chenille meurt, elle est parasitée.

 

Je mets une couche de terre au fond de la boîte : je sais que les chenilles de sphinx se chrysalident dans la terre et qu’elles y passent l’hiver.

Peu à peu les chenilles cessent de s’alimenter et changent de couleur, leur belle couleur verte s’estompe, elles prennent la couleur de la terre, un rose violâtre, la corne est d’un beau bleu lumineux…

 

….Les chenilles disparaissent : elles se sont cachées dans la terre et se sont chrysalidées hors de notre vue….

 

…..La boîte contenant 5 chrysalides est restée tout l’hiver dehors, dans un endroit abrité.

J’ai enlevé un peu de terre pour mieux voir ce qui se passe…

4 chrysalide sphinx du tilleul

 

Quelques mois plus tard, le 3 mai 2010 :  3 papillons sont sortis de leur chrysalide !

 

5 chrysalides sphinx du tilleul 3 papillons sont nés

 L’un s’envole et se pose sur le rideau puis il part dans la nature.

7 un sphinx va s'envoler, sur le rideau 3 mai 2010

 

Le 2e reste au fond de la boîte : ses ailes sont petites et toutes chiffonnées.  Mais lentement, elles s'allongent, se déploient, et le papillon  finira par s’envoler.

 

1 Sphinx tilleul 1 le 3 mai (3)

 

3 Sphinx tilleul 1 le 3 mai

 

Le 3e par contre a les ailes atrophiées, il n’arrive pas à les déployer convenablement.  Il ne prend pas son envol et il meurt  le 14 mai après avoir pondu quelques œufs (non fécondés ??).

Sphinx ailes déformées

 

4 Sphinx tilleul oeufs 13 mai (3)

 

2 chrysalides n’ont rien donné…

 

                                                                                                                    Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 18:59

Il y a quelques jours, le thermomètre affichait  plus de 10° et on se croyait au printemps.

Dans les jardins, la Véronique de Perse est fleurie, sur les pelouses à Annecy les pâquerettes, sur les talus ensoleillés et abrités, les premières primevères.

 

Veronica-persica-mars-07.JPG.jpg


Bellis-parennis---3-.jpg


Primevère fleurie 17 janv-copie-1


Les noisetiers sont fleuris : les longs chatons chargés de pollen sont bien visibles. Par contre, il faut ouvrir l’œil pour voir les fleurs femelles : toutes petites, elles  ressemblent à un bourgeon, mais elles sont ornées de beaux stigmates rouges. Ce sont les futures noisettes !  


noisetier-fleur-femelle---2-.jpg


Les lézards sont sortis pour quelques heures de leur léthargie.

 

C’est bien agréable d’avoir de si belles journées en janvier… mais le redoux a des conséquences fâcheuses sur la nature. En hiver, il ne faut pas de changement brutal de température, il faut une période de froid constant pour que les arbres, les fleurs, les insectes se reposent.

 

Dans un article du Dauphiné Libéré (16.1.11) « La nature s’éveille avec un mois d’avance »,

un apiculteur raconte « Dans les ruches, il y a du couvain. Cela veut dire que la reine recommence à pondre. Quelques abeilles ont déjà du pollen entre leurs pattes. On a un bon mois d’avance. »

 

En effet, trompées par ces températures douces, certaines abeilles sortent déjà de leur ruche.

Nous les avons observées  qui butinaient les chatons de noisetiers, le  17 janvier. Sur la photo, on voit d'ailleurs nettement les « culottes » de pollen : celui -ci se colle aux poils de l'abeille qui quitte alors la fleur et en vol, à l'aide de petites brosses situées sur une paire de pattes, rassemble les grains de pollen et les met dans de petites excavations sur les pattes arrière. Cela forme ces petites boules.


Chatons-abeille-en-vol-17-janvier-copie-1.jpg


Chatons-abeille-17-janvier.jpg


Mais en s’éloignant de leur ruche, les abeilles peuvent se faire prendre par le froid, se retrouver engourdies et être bloquées dans la neige ou la glace.

L’année dernière, à la même époque, nous avions trouvé des abeilles sauvages (Osmies ??) sur une plaque de neige. Elles étaient mortes de froid !   

Abeille-Osmia-Tamie-18-janv.jpg

Mais heureusement, le redoux n’a pas duré, il aurait pu compromettre les futures récoltes…

Et dire que maintenant, c'est un froid polaire qui sévit sur notre région...!

 

                                                                              Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans DIVERS NATURE
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 18:24

Qu’est ce qu’un Washingtonia ?

Cette question fut posée mercredi 12 février à  Faverges, lors des sélections du jeu des mille euros.

 

Une foule nombreuse se presse dans la salle polyvalente pour assister à l’enregistrement  des émissions des 14 et 15 février. Ce jeu radiophonique, diffusé  sur France Inter à 12h 45, est très ancien  (1958) et très populaire. Il est rythmé par les « Chers amis, bonjour ! » des animateurs, Lucien Jeunesse, Louis Bozon et actuellement Nicolas Stoufflet, et par les  tintements des trois notes du métallophone égrenant les secondes.

Une cinquantaine de participants montent sur la scène. Une série de questions permet une première sélection d’une vingtaine de personnes. Les quatre premiers joueurs répondant à la seconde série de questions participeront aux émissions (un seul Favergien, les 3  autres viennent d’Annecy et Albertville).

Les questions, envoyées par les auditeurs, sont classées  par niveau de difficulté : bleues, blanches et rouges, banco et super banco. Les joueurs tirent  au sort les enveloppes contenant les questions qui leur seront posées.

L’enregistrement de la première émission commence. L’animateur  fait une présentation de la  ville de Faverges, puis des joueurs. Ensuite se déroule le jeu : question, réponse, applaudissements…Le public participe « banco, banco…. Super, super… ! »

La première équipe a gagné les mille euros du super banco, mais la seconde a chuté sur une question particulièrement difficile !

Janine

 

Washingtonia H.A. Wendland : genre décrit en 1879 et comprenant deux espèces.

 

C’est le nom de genre de 2 palmiers originaires d’Amérique du Nord qui sont dédiés à George Washington (1732-1799), héros de l’indépendance américaine et premier président des Etats-Unis (1789-1797).

 

Le plus connu est Washingtonia filifera (Linden ex André) H.A. Wendland : ce palmier est originaire du S-O des Etats-Unis, Californie et Arizona. Il a été planté dès 1877 sur la Côte d’Azur, la première floraison européenne a été notée en 1894 à Cannes. On peut le cultiver en pot en appartement.

 

 

Washingtonia-Pritchardia-filifera-Kusadasi.JPG

 

 

Je l’ai photographié en Turquie, à Kusadasi,  en 2006.

Ses grandes feuilles en éventail peuvent mesurer 1,5 m, elles portent de longues fibres argentées (filifera signifie qui porte des fils), leur pétiole est long et épineux. Les feuilles âgées sèchent, mais restent accrochées à l’arbre. Le stipe (le « tronc ») est alors couvert de feuilles mortes, on dirait que l’arbre porte une jupe -ou un jupon- de feuilles sèches, d’où son nom « Petticoat Palm », « Palmier jupon de Californie ». Mais les jardiniers enlèvent ces feuilles mortes.

 En Californie, ce palmier peut atteindre 20-25 m de haut. Dans les pays méditerranéens il ne dépasse pas 8-12 m, celui que j’ai photographié était beaucoup plus petit. Il peut résister à des gels occasionnels de courte durée.

Il a aussi porté le nom de Pritchardia filifera Linden ex André, en l’honneur de George Pritchard (1796-1883), missionnaire protestant méthodiste d’origine britannique qui provoqua de vives tensions entre la France et le Royaume-Uni à propos de Tahiti…

 

L’autre espèce Washingtonia robusta est plus méridionale, elle est originaire du sud de la Californie et du Mexique, elle résiste moins bien au gel. Le stipe (« tronc ») est moins élevé mais plus robuste. Je n’ai pas de photo de ce palmier.

 

Classification :

Famille : Arecaceae

Sous-famille : Coryphoideae

Tribu : Corypheae

Sous-tribu : Livistoninae

Cette « sous-tribu » compte 11 genres en plus du genre Washingtonia.

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 10:10

Bonjour, les oiseaux chantent toujours sur notre blog !Accenteur alpin 30 janv Marlens

 

38 pays terre10.gifont visité notre blog depuis sa création ! Créé le 10/02/2009

 

Si vous souhaitez connaitre le détail, cliquez sur "flag counter" dans la colonne de droite.

 

Notre blog aura 2 ans le 10 Février 2011 !

 

Inscrivez-vous à la newsletter !

Et consultez nos photos sur notre site flickr :

http://www.flickr.com/photos/groupenature

 

Je profite de cet article pour vous souhaiter tous mes vœux pour cette nouvelle année 2011 !

 

Sabrina

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 13:19

  (la Maison des Associations se trouve sous l'Office du Tourisme )

 

Ce petit pays d'Amérique centrale, à peine plus grand que la Suisse, est caractérisé par une multitude de paysages et de milieux (forêts tropicales, savanes, paramo -végétation arbustive d'altitude-, pâturages, mangroves, lagunes...) Il possède une biodiversité exceptionnelle et 25% de son territoire est protégé dans des parcs nationaux ou des réserves.

 

Monteverde-foret-ombrophile.jpg

                                                                              Forêt ombrophile à Monteverde

 

En février 2010, Claudie, Jean-Marc, Maurice et Marie-Reine du Groupe Nature sont partis à la découverte de ses merveilles. A leur suite venez observer parmi les 850 espèces d’oiseaux les colibris au vol si rapide, les perroquets chatoyants, les toucans au bec disproportionné, le mystérieux quetzal et bien d’autres encore. Dans les arbres vous débusquerez des singes et même des iguanes se prélassant sur les branches. Vous admirerez de magnifiques papillons.

Basilicus-2--2-.jpg

                     Basilic

Morpho-helenor-1.jpg

                                                                                   Morpho

Rincon-Pic-bec-pale-1.jpg

      Pic à bec pâle

Toucan-de-Swainson-1.jpg

                                                                        Toucan de Swainson

 

La botanique ne sera pas oubliée : les régions  tropicales vous offriront leur végétation luxuriante.

 

Etlingera elatior Rose de porcelaine

                Rose de porcelaine

 

Une seule soirée ne suffira pas à tout montrer : une autre est prévue…

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 17:25

 

Temps froid et neigeux : 13 cm au sol.

C’est un oiseau mâle (bord des ailes « argenté » et croissant blanc bien marqué), il se nourrit des baies d’une touffe de gui sur un cotoneaster tout proche de la maison durant plusieurs minutes. Il ne va pas aux mangeoires que fréquentent merles noirs, pinsons et autres mésanges diverses (5 espèces)

 

Noël B.

 

 

Le Merle à plastron

Turdus torquatus


 


Il n’est pas courant d’observer le Merle à plastron fin novembre et Noël a eu beaucoup de chance !

 

En effet cet oiseau est un migrateur qui passe l’hiver en Afrique du nord dans les montagnes de l'Atlas principalement et aussi autour du bassin méditerranéen.

Dès la fin mars, au moment où la neige commence à fondre, les premiers Merles à plastron sont de retour dans nos régions. Mais les arrivées peuvent continuer jusqu'à la mi-avril.

Chaque année, nous allons observer ces oiseaux à l’Aulp de Seythenex, aux Fontanettes, au col du Fer…

Perché dans un épicéa, le Merle à plastron se manifeste par un cri aux résonances métalliques. On le voit aussi rechercher sa nourriture près des névés, dans les pâturages.

sans légende - Copie

 

                                                                    Dessin de Roger Prodon

 

On le rencontre surtout entre 1500 et 2000 m, car il aime s'établir au dessus de la lisière des forêts, à la limite de l'étage subalpin.

 

On ne le voit en plaine que lors de la migration. Chaque printemps, Monique en voyait régulièrement à Lathuile…L’un d’eux s’était même assommé contre une vitre. J’en ai aussi observé une petite troupe sous le Crêt de Chambellon, au dessus de Verchères, le 7 avril 2008 après une grosse chute de neige.

 

Merle plastron 7 avril Chambellon


Merle à plastron

 Les Merles à plastron regagnent leurs quartiers d’hiver de mi-septembre à octobre.

 

Alors que faisait cet oiseau observé à Faverges ?

 

En cherchant dans l’Atlas des oiseaux nicheurs de Rhône-Alpes, on peut lire :

« Certains oiseaux sont observés tard en saison : 7 et 8 décembre 1989 en Isère, 20 individus le 8 janvier 1984 à la Chapelle en Valjouffray (38), et les 20 et 26 janvier 1980 à Ste Marie du Mont et  Chapareillan (38), 1 individu le 10 janvier 1990 à Pormenaz (74),...12 individus le 20 janvier 1990 à Beaufort (73)... »

« L'hivernage du Merle à plastron en Rhône-Alpes semble donc être un phénomène plus général qu'on ne le pensait. Ainsi la population hivernante est estimée actuellement entre 100 et 1000 individus (Loose et Deliry 1999) » 


Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:43

 paysage-neige--2-.jpg

                                                                         Photo prise le 2 décembre 2010


Janvier : Froid soutenu, t° négatives toutes les nuits, moyenne mensuelle -2°. Janvier le plus froid depuis 1987 (23 ans).

 

Février : Neigeux la 1ère décade ; et encore plus froid (t° moyenne 1ère quinzaine -2°5) suivi de temps doux, pluvieux avec coups de vent du sud. Souvent nuageux, maussade tout le mois.

 

Mars : Retour du froid sec, accentué par une forte bise la 1ère quinzaine (-8°5 le 10) puis net radoucissement (20° le 19). Pluvieux et frais en fin de mois.

 

Avril : Pluvieux au début (et petit coup de neige –un hiver bien long !). Ensuite beau plutôt ensoleillé et de plus en plus chaud (25°5 le 29) et sec : moins de 40 mm d’eau. 17 jours consécutifs sans pluie.

 

Mai : Net changement de programme…un temps très maussade : nuageux à couvert ou pluvieux et froid : 11 jours avec pluie la 1ère quinzaine (75 mm d’eau) suivi d’une lente amélioration mais bise glaciale durant plusieurs jours. Fortes pluies en fin de mois.

 

Juin : Intempéries (un temps pourri) avec beaucoup de nuages : pluie et froid jusqu’au 21 puis soudain l’été ensoleillé et assez chaud au rendez-vous : 30° le 25.

 

Juillet : Encore très beau et chaud les 2 premières décades ; un peu moins jusqu’en fin de mois (quelques averses).

 

Août : Pluvieux (172 mm) et frais dans l’ensemble mais malgré tout de belles journées, en alternance. Où est donc passée la canicule ? Le mercure n’a atteint ou dépassé les 30° que 5 fois (47 fois en 2003).

 

Septembre : Très beau au début puis temps variable, contrasté et froid la dernière semaine (t° du mois inférieure à la normale saisonnière).

 

Octobre : Assez beau et doux la 1ère décade puis très maussade, froid, couvert durant les 2 semaines suivantes, beau à variable en fin de mois. Déficit pluviométrique depuis fin août.

 

Novembre : Douceur et plutôt ensoleillé la 1ère semaine, ensuite pluvieux ou nuageux, soleil peu généreux. Premières neiges en fin de mois.

 

Décembre : Grosse chute de neige le 1er : 43 cm ; froid suivi d’un fort redoux pluvieux (ruisseaux et rivières en crue) en début de 2e semaine. Retour du froid avec le plus souvent de la grisaille, nuageux tout au long du mois. Encore de la neige (2e quinzaine). Un début d’hiver bien avant l’heure, très froid et neigeux : -11°5 le 27, cumul de la neige : 86 cm depuis le 25 nov.

 

Noël B.

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 16:47

P1220591---Copie.JPG

 

 

Nous souhaitons à tous nos lecteurs une très bonne année et de nombreuses découvertes naturalistes !

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 21:46

   PAYS DE FAVERGES ENVIRONNEMENT

                   Présente :

 

 

  Les Plantes Médicinales

     et les Nutriments

        de l’Hiver       

 

        conférence débat animée par 

   les Docteurs Evelyne Raffin et Pierre May

 

                         

         

   VENDREDI 7 JANVIER  20 H

               LA SOIRIE FAVERGES

                    Entrée 3 €

Donc le 7 Janvier sera  la dernière soirée phytothérapie et nutrithérapie de l’année 2010 (ou la première de 2011) ! Elle sera consacrée aux plantes médicinales et aux nutriments de l’hiver.

Nous somme en effet , à quelques jours du solstice , donc au moment où la durée du jour est la plus courte et la nuit la plus longue .C’est vraiment le cœur de l’hiver , et en médecine chinoise cette période correspond à l’élément eau , avec comme climat le froid , et comme organes associés le rein , la vessie , les os et les moelles (c'est-à-dire le système nerveux ) .Vaste sujet s’il en est : nous allons donc parler des plantes de la vessie, et des nutriments qui aident à soigner une cystite .

Nous allons aussi aborder les pathologies rénales , si fréquentes chez les carnivores ,humains ou animaux ( ! ) ,  et dire ce qu’il faut éviter pour garder un rein en bonne santé .

Et bien sur nous allons parler de l’arthrose , qui en phase de début est plutôt une pathologie terre (c'est-à-dire du conjonctif avec prolifération des cartilages ) et puis qui se termine en pathologie eau , c'est-à-dire en phase de nécrose et de perte de substance osseuse et cartilagineuse , pour aboutir à la prothèse ! Nous allons donc aborder les différentes façons de limiter ce processus dégénératif qui touche tant de personnes à partir de la cinquantaine …

Quant aux maladies dégénératives du cerveau , en particulier les maladies d’Alzheimer et de Parkinson , nous ne ferons que les aborder car elles feront l’objet d’une conférence à elles seules .

 

Nous ferons quand même un petit rappel des plantes et des nutriments du foie , après cette période de chocolat , foie gras dinde aux marrons  et champagne …même si c’est au printemps qu’il faut s’occuper en priorité de ce bel organe vital !

 

Rendez vous donc vendredi 7 Janvier à 20 h pour découvrir toutes les merveilleuses thérapies que la nature nous offre pour soigner ces maladies chroniques et douloureuses qui touchent tant de personnes . En attendant , bonnes fêtes et bonnes ripailles !

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories