Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 19:11

 

Un tout petit peu de géologie

 

La tectonique soulève, plie ou casse, l’érosion sculpte ! 

 

La cascade d’Angon.

La Cluse d’Annecy, lors des périodes glaciaires, a subi une érosion intense. Les terrains de cette partie basse de la rive droite du lac sont datés dans le jurassique supérieur (env. – 145 MA), mais de deux natures différentes : la partie basale est constituée de calcaires marneux alors que la partie supérieure est en calcaires massifs dits lithographiques, donc beaucoup plus purs et plus résistants.

L’érosion glaciaire a attaqué plus facilement la couche inférieure, tandis que la couche supérieure a beaucoup mieux résisté, d’où la cascade du Nant d’Oy.

Une petite centaine de mètres à l’amont du pont dit des fées, certains ont pu constater un nouveau changement dans la nature des roches : à un calcaire massif au niveau du pont succèdent des strates de différentes épaisseurs, les unes d’un calcaire assez pur, les autres beaucoup plus fines et nettement plus marneuses.

La même raison que pour la cascade explique l’érosion de cette couche par le torrent et, du fait de l’érosion glaciaire, sa brutale disparition un peu à l’amont du pont. On peut donc en déduire que les glaces atteignaient au minimum cette altitude.

 La carte géologique nous indique que nous sommes maintenant dans le crétacé basal

(env. 130 MA).  

 

 

 

Les Marmites de géants ou  aussi Chaudrons de sorcières.

Ces cavités prennent naissance dans des cours d’eau à régime torrentiel à partir d’une discontinuité dans le lit, pouvant retenir des cailloux plus ou moins gros et provoquant un tourbillon quasi incessant qui, à la longueur des temps géologiques, va élargir et approfondir la discontinuité initiale et lui donner cette forme parfaitement circulaire. Il arrive que l’on trouve au fond de la marmite les restes des cailloux responsables, naturellement sphériques !

                                                                                              Roland  ML numerisation0007.jpg

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans GEOLOGIE
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 09:05

L’Association mycologique et botanique d’Annecy propose une soirée d’évasion vers l’Amérique du Sud le lundi 19 avril à 20 heures 30, à la Salle des Clarisses (la Manufacture, parking Sainte-Claire).

Jacques Bordon vous fera partager le plaisir qu’il a eu à découvrir les paysages de l’Argentine lors d’un voyage effectué de fin décembre 2008 au début janvier 2009. Au cours de ce long périple, la pampa argentine et les plaines désertiques de la Patagonie ont livré leurs trésors floristiques et faunistiques. Guanacos, Lièvres des pampas, Manchot de Magellan, Lions de mer ou Eléphants de mer ont remplacé dans les grands espaces les gigantesques Dinosaures découverts récemment et remarquablement présentés dans des musées modernes.

Dans le sud de la Patagonie tout près de la Terre de Feu, le Parc des glaciers a livré des paysages extraordinaires avec des langues glaciaires vomissant leurs icebergs dans des lacs enchâssés dans les premiers contreforts des Andes.

Le diaporama se terminera avec un aperçu de la végétation et de la faune tropicale du nord de l’Argentine, autour des étonnantes chutes d’Iguaçu. Ces sites sont des réserves de biosphères protégées par l’UNESCO et accueillent de très nombreux visiteurs du monde entier.

 

Nous vous invitons à venir nombreux le lundi 19 avril à 20 heures 30. Entrée libre.

Jacques Bordon apportera quelques exemplaires de l'ouvrage qu'il a écrit avec Jean Charollais :

"Le Vuache, montagne insolite" (15 €)

 

 

Vuache montagne insolite


Vuache montagne insolite (1)


Il pourra vous le dédicacer si vous le souhaitez. Cet ouvrage, largement illustré, décrit l'histoire géologique, la flore, la faune, l'histoire humaine, des premiers occupants chasseurs-cueilleurs à aujourd'hui, la gestion du patrimoine naturel ...Il est accompagné d'une carte géologique et d’une carte de végétation au 1/25000ème.

 

L’association présente des diaporamas une fois par mois de février à juin.

Prochain diaporama, lundi 3 mai : « Escapade naturaliste en Espagne » Claudie et Jean-Marc Desjacquot.

De fin juin à début novembre il y a des séances hebdomadaires de détermination de champignons.

Exposition d’automne, champignons, arbres et arbustes... : samedi 2 et dimanche 3 octobre à Bonlieu, salle Eugène Verdun.

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 08:33

Samedi 13 février 2010 9h du matin


Je prenais tranquillement mon petit déjeuner, quand, tout à coup, depuis la fenêtre de ma cuisine, je vois 2 chevreuils dans le pré au dessus de chez moi. Ils avancent lentement, enfonçant dans l’épaisse couche de neige.

 

Copie-de-P1000276--Large-.JPG


Le jeune chevrillard semble avoir environ 1 an. L’autre est un très beau brocard de 3 ou 4 ans. Ses bois tout neufs sont recouverts de velours. Les 2 animaux font le tour du tas de branches, mangeant au passage quelques bourgeons. Ensuite, ils montent sur le talus, grattant la neige par endroit pour trouver quelques ronces. Puis ils se dirigent vers la forêt.


Copie-de-P1000255--Large-.JPG

 

Copie-de-P1000256--Large-.JPG

 


Le chevreuil, Capreolus capreolus est un mammifère ongulé de la famille des cervidés.Il est présent dans toute l’Europe (sauf Irlande, Corse, Sardaigne, Sicile et Iles Baléares).

Dépourvu de queue, le chevreuil porte sur le fessier une tache claire appelée : le miroir. Il se nourrit des feuilles de jeunes arbres puis en automne il mange lierre, ronces, myrtilles, framboisiers…

La fécondation a lieu en été, période du rut, mais la gestation ne commence réellement qu’à la fin décembre (implantation embryonnaire différée) pour des naissances entre la mi-mai et la mi-juin. La chevrette a généralement 2 faons pesant entre 1 et 2 kg.

Le chevreuil a une durée de vie de 10 à 15 ans.

 


                                                                                 Janine

Repost 0
Published by groupe nature - dans MAMMIFERES
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 10:53

Journée des plantes intéressantes

 Elle a été fixée le 29 mai 2010 à Bourg en Bresse au local de l’association

5 bis Avenue des Belges

(Ancien bâtiment des Pompiers, à côté du siège de la Police municipale)

 

 Programme

9 H 30 : Accueil des participants et mise  en pot des plantes apportées si nécessaire

 

10 h : Début des présentations des plantes par les participants qui les ont apportées.

 

12 h 30 : Repas avec possibilités de repas au restaurant ou repas tirés du sac

 

14 h En options :

Soit suite des exposés sur  les plantes intéressantes.

Soit sortie sur le terrain à la cascade de la Vallière (Ceyzériat)

 

17 h : fin de la journée pour permettre à ceux qui viennent de loin un retour pas trop tardif.

 

NB : Les plantes « intéressantes «   ne sont pas forcément des plantes rares mais des plantes caractéristiques d’un milieu.

 

 

Inscription

Nom :

Prénom :

 

Adresse :

 

 

Téléphone :

Mail :

 

-Assistera à la journée des plantes intéressantes le 29 mai 2010 à Bourg en Bresse

 

-Souhaite prendre son repas au restaurant* (aux frais du participant)

 

-Souhaite apporter son repas*

 

-Préfère participer à une sortie l’après-midi*

 

-Préfère poursuivre l’exposé en salle*

 

Fait le                                       à …….

 

Signature :

 

 

 

* Rayez la mention inutile

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 17:14
 Quelques photos du fauchage  
 du marais de Giez le 1er mars 2010. Sur notre site flickr 
 Jacques 
Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 16:26

P1000347--Large-.JPG On m’a offert, au mois de septembre, un phalaenopsis ou "orchidée papillon" Du grec "phalaina" = phalène, papillon. En effet, les fleurs évoquent la forme d'un papillon.

A l'état naturel, ces orchidées poussent entre 200 à 400 m d'altitude, dans des forêts denses, humides et chaudes de l'Indonésie, des Philippines,  de l'Australie et de Nouvelle Guinée.

Elles sont épiphytes : elles se développent sur les branches supérieures des arbres, ce qui leur assure une ambiance ombragée et les protège de la lumière directe du soleil.

La pluie quotidienne coule le long des feuilles qui sont recourbées : l'eau ne stagne donc pas, mais la plante tire profit de l'humidité ambiante grâce à ses racines aériennes.

 

Ses 2 tiges portent 17 grosses fleurs roses. A la base, les feuilles allongées sont épaisses et luisantes.

Durant ces 6 mois, aucune fleur ne s’est fanée ! Elles commencent à pâlir un peu et 2 nouvelles pousses sont apparues.

Quelle chance de pouvoir admirer ces jolies fleurs tout l’hiver !

 

P1000373--Large-.JPG

 

Janine

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:28

Les premiers papillons que l'on voit voler en février – mars sont nés l'année précédente et ont hiverné à l'état adulte. Ils ont passé l'hiver, bien à l'abri, dans un arbre creux, un grenier, un bâtiment désaffecté... Lorsque les journées se font plus douces, ils sortent de leur léthargie et les mâles occupent et défendent un territoire où ils attendent le passage d'une femelle, le long d'une lisière ou au coin d'un bois. Les femelles pondront des oeufs, qui deviendront des chenilles, donnant une génération estivale.

 

Vous avez peut-être observé ces derniers jours le Robert-le-Diable, aux ailes très découpées, à dessus brun rouge marqué de noir et bordé de brun. Au revers de l'aile postérieure, le petit C blanc explique son nom latin, Polygonia C album. On le nomme aussi « Gamma ». Il est assez petit (22-26 mm). Il est attiré par les suintements de sève sur les troncs.

 

Robert-le-diable.jpg

 

Le Paon du jour, Inachis io, est un beau papillon, un peu plus grand (27-30 mm). Le dessus est rouge vineux avec un gros ocelle bleu sur chaque aile. Le dessous est noir. Les chenilles vivent en colonies sur les feuilles d'ortie.

 

 

Vanessa-io-Paon-du-jour.jpg

 

Inachis--io.jpg

 

La Petite Tortue de l’ortie, Vanessa urticae, 44-50 mm. Ce papillon coloré est très commun. Au début du printemps, nous le rencontrons très souvent, lors de nos promenades, quelquefois dans nos jardins. En été, nous le voyons aussi en altitude jusqu'à 2500m, voire 3000 m et plus. Il butine les fleurs. Il hiverne souvent dans les maisons.

 

Aglais-urticae-1.jpg

 

 

La Grande Tortue, Nymphalis polychloros. C'est une espèce moins commune que la Petite Tortue, à qui elle ressemble beaucoup. Mais elle est plus grande (50-55 mm), d'un fauve plus terne, les lunules bleues ne sont présentes qu'aux ailes postérieures. Elle visite rarement les fleurs, si ce n'est celles des Saules. Et est attirée par les écoulements de sève. C'est une espèce en régression.

La ponte est groupée en manchon autour des rameaux de Saule marsault, Peuplier tremble et quelques autres arbres.

 

 

Grande-Tortue-Nymphalis-polychloros---2-.jpg

 

Tout le monde connaît le Citron, Gonopteryx rhamni ! C'est ce joli papillon, jaune pour le mâle, vert clair pour la femelle, avec un tout petit point orange au milieu de chaque aile.

Mais savez-vous que ce papillon hiverne dans les bois, caché dans le feuillage des lierres, des ronciers ? Il est le seul Rhopalocère (papillon de jour) à hiverner ainsi, presque à découvert. Il peut disparaître sous une épaisse couche de neige et reparaître intact dès que la neige fond, une élévation de la concentration des liquides cellulaires s'opposant au gel de ses tissus !

En avril, les oeufs sont déposés sur les bourgeons de la bourdaine (Frangula alnus) et du Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica), ce qui explique son nom latin.

 

Gonopteryx-rhamni-femelle.jpg

 

Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 18:22

Jeudi 12 mars

 

Tandis que sur le Léman les bateaux revêtent un habit de glace, les premières fleurs s’épanouissent au Jardin botanique de Genève…

 

 

divers-0370.jpg

divers-0338.jpg

 

 

Eranthis hyemalis (L.) Salisb.

Du grec er = printemps et anthos = fleur

 

Famille des Renonculacées

Eranthe d’hiver, hellébore d'hiver, Winterstern (étoile d’hiver), Winterling…

 

Cette jolie fleur a une floraison très précoce, elle fleurit dès la fin de l’hiver, dès que le temps se radoucit. Les fleurs ne s'ouvrent complètement qu'au soleil. Sur les 2 photos vous pouvez voir que les fleurs ne sont pas épanouies, le soleil n’ayant pas voulu se montrer généreusement…

Elle est cultivée dans les jardins (on dit que sa culture est facile…) et pousse parfois à l’état subspontané (p. ex. en Alsace au pied des Vosges, au château de Landsberg).

 

Les fleurs, solitaires, jaune vif, sont comme des boutons d’or entourés d’une collerette verte (l’involucre). Les feuilles apparaissent après les fleurs. Au centre de la fleur, il y a de nombreuses étamines. Autour, les pièces jaunes, ce sont des sépales qui ressemblent à des pétales, ils s’allongent pendant la floraison. Les « vrais » pétales sont très petits, en forme de cornets nectarifères.

 

Lors de votre prochaine promenade, observez de près une fleur d’hellébore fétide (famille des Renonculacées, comme l’Eranthe) : vous verrez les sépales, puis beaucoup plus petits, les pétales transformés en cornets nectarifères qui, comme leur nom l’indiquent, contiennent du nectar que les abeilles et autres insectes viennent récolter, réalisant par la même occasion le transport du pollen pour la fécondation de la plante. Si les sépales sont verts bordés de rouge (signal coloré pour les insectes), c’est que la pollinisation a déjà eu lieu, ne cherchez plus les cornets nectarifères ! Ouvrez une fleur aux sépales bien verts et vous les trouverez !

 

divers-0005.jpg
Hellebore-cornets-nectariferes.jpg














Pour voir, les cornets nectarifères, on a relevé les sépales.

 

 

Voir sur flick’r d’autres photos d’Alain des premières fleurs du printemps

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 18:31

 

La Société Linnéenne de Lyon avait programmé sa première sortie botanique de l’année l’après-midi de ce dimanche 7 mars, pour observer des fritillaires pintades (Fritillaria meleagris), plantes à bulbe printanières, à Morestel (Isère).

Dès la fin de la matinée, il commence à tomber de légers flocons, mais à l’heure du rendez-vous, il neige abondamment et la neige tient sur le sol. Nous rejoignons le groupe avec notre amie Christine qui habite depuis quelques mois chez ses parents à Morestel, juste en face du lieu de rendez-vous. Nous sommes surprises de voir que, malgré le mauvais temps, une trentaine de personnes se regroupent sous leurs parapluies.

 


rendez-vous-Morestel-DB-copie-1.jpg

 


Retrouvailles chaleureuses de compagnons de voyages qu’on a parfois du mal à reconnaître sous leur bonnet enfoncé jusqu’aux yeux ! On reprend les voitures sur quelques kilomètres pour s’arrêter le long d’un champ de chaume recouvert de neige. Les botanistes avancent prudemment, les yeux rivés au sol, puis se mettent à gratter pour le déneiger : apparaissent de malheureuses fritillaires en bouton, n’attendant qu’un rayon de soleil pour s’ouvrir. Il fallait vraiment connaître l’endroit précis pour les retrouver. Les pieds sont abondants, et il est difficile de n’en point piétiner. Sur les plus avancés, on voit déjà apparaître le damier caractéristique de l’espèce ; on dit que les tépales sont « tessellés ». C’est émouvant de voir la résistance de ces plantes d’apparence si fragile, stoppées dans leur éclosion par un caprice du climat.

 

 

fritillaire-1-DB.jpg

fritillaire-2-DB.jpg

La sortie doit se poursuivre pour d’autres plantes printanières à bulbes, nivéoles (Leucojum vernum) et scilles. Mais c’est assez loin et la neige tient sur la route. Je m’inquiète pour le retour à Annecy et, à regret, nous faisons demi-tour pour Morestel où je ramène Christine, avant de reprendre l’autoroute. A ma grande surprise, quelques dix kilomètres plus loin, il ne neige déjà plus, et après le tunnel de L’Epine, le soleil apparait ! L’averse de neige était juste centrée sur Morestel et nos pauvres petites fleurs.

C’était quand même une très bonne journée de rencontre et de découverte, car c’est la première fois que je vois des fritillaires en France ; j’en avais vu en Crète, mais d’une autre variété sans damier (Fritillaria messanensis).

 

 

DSC05385Fritillaire-de-Crete.jpg

Il reste à espérer les voir dans toute leur splendeur l’an prochain.


Danielle


Mireille de Seynod est allée voir la station bien connue de Lavours (Ain) le 15 mars, les fritillaires n’étaient pas encore épanouis, ils étaient à peine visibles, elle n’a vu que quelques boutons.

 

 

 

2010-03-14-Ain-001.jpg

(voir l’article du blog : « Lundi 23 mars, sortie fritillaires à Lavours », publié le 24 mars 2009 dans « sorties »)


Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans SORTIES
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 13:01
Une info, ...

terre10.gif23 differents pays ont visité notre blog à ce jour !

Sabrina
Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories