Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 07:04

Odette Lussiana nous fait partager ses recettes du TUSSILAGE


Tussilago farfara L.

Famille des Astéracées

 

Synonymes : Pas d’âne, racine de peste.

 


Description
 : plante vivace n’ayant en même temps que des fleurs ou que des feuilles, formant d’importantes colonies.

Tiges : dressées, atteignant 8-20 cm, non ramifiées, rougeâtres, couvertes d’écailles charnues, portant un unique capitule. Elles paraissent au printemps, avant les feuilles.

Feuilles : sortant directement du sol, de taille variable, longuement pétiolées, à limbe aussi large que long, échancré en cœur à la base, bordé de dents élargies, peu saillantes, vert clair au dessus, blanchâtres-cotonneuses en dessous, de consistance caoutchouteuse. Les feuilles paraissent après la floraison.

Fleurs : en tube au centre et en languettes étroites sur le pourtour, toutes d’un jaune d’or. Réunies en capitule unique au sommet des tiges.

Floraison : février-mai.

Fruits : Akènes bruns munis d’une aigrette blanche.

Partie souterraine : rhizome épais et ramifié, aromatique.


Principaux caractères d’identification
 :
Fleurs et feuilles ne paraissant jamais ensemble, capitules jaune vif uniques à ligules linéaires, sur une tige rougeâtre, feuilles de contour polyédrique, un peu caoutchouteuses, cotonneuses en dessous.


Confusions possibles
 :
lorsqu’il est en fleurs, le tussilage ne peut être confondu avec aucune autre plante. Il n’en est pas de même des feuilles qui peuvent être confondues avec celles de la pétasite ou de l’adénostyle qui bien que moins bonnes au goût, ne sont pas toxiques.


Composition
 :
les feuilles contiennent du mucilage, une résine, du tanin, une huile essentielle, de l’inuline, de la vitamine C, des sels minéraux et une substance antibiotique.


Parties utilisées
 :
la fleur qui pousse dès la fonte des neiges ou la feuille que l’on trouve tout l’été.


Utilisations alimentaires
 :
Les fleurs ont une saveur aromatique douce. Elles sont bonnes crues dans les salades, cuites dans du beurre ou en omelette. Les jeunes feuilles peuvent se faire en beignets.


Caractéristiques médicinales
 : la fleur de tussilage fait partie des 7 fleurs pectorales
. Elle contient beaucoup de mucilage. Elle est calmante, adoucissante, très efficace contre la toux. Elle facilite l’expectoration. Les feuilles et les racines sont sudorifiques. La racine fraîche était appliquée autrefois sur les bubons de la peste (d’où son nom populaire).


Usages traditionnels
 :
Infusion, sirop.


Toxicité
 :
Aucune.

 

 

RECETTES :


Fleurs de tussilage sautées au beurre
 :

(Sauvages et comestibles de Marie-Claude Paume)

Cueillir les fleurs ouvertes mais non fanées, avec quelques centimètres de pédoncule. Les laver si besoin. Les faire sauter avec un peu de beurre fondu. Ces fleurs constituent un accompagnement plaisant pour un rôti. Si la cueillette est insuffisante, faire sauter des pommes de terre et les réunir avec les fleurs.

 

INFUSION : Verser une tasse d'eau bouillante sur deux cuillerées de fleurs et (ou) de feuilles fraîches, ou une cuillerée à dessert de fleurs desséchées et laisser reposer 10 minutes
Prendre trois ou quatre tasses par jour, avec du miel, entre les repas.


SIROP
: 250 g de fleurs fraîches par litre d’eau bouillante. Laisser infuser 8 à 10 heures. Passer. Ajouter le même poids de sucre et cuire doucement jusqu’à l’obtention du sirop. Prendre 4 à 5 cuillerées à soupe par jour.

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 11:31

 

Lundi 27 avril, salle des Clarisses, la Manufacture (parking Ste Claire), 20 h 30 :

 

Diaporama de Philippe Thomé :

« les Ascomycètes»

présenté par l’Association mycologique et botanique d’Annecy.

 

Entrée libre pour tous !

 

 

Philippe Thomé  vous présentera le tableau d’un monde étrange. Les Ascomycètes comptent de nombreuses espèces microscopiques dont l’importance est considérable : parasites de végétaux (oïdium p.ex.) et d’animaux (le « muguet », Candida albicans), agents de fermentations alimentaires (levures pour faire le pain, la bière, le vin, Penicillium pour l’affinage de fromages), producteurs d’antibiotiques (la pénicilline)…Mais il y a aussi des « gros » champignons, par exemple les pézizes et surtout les morilles et les truffes, bien connus et appréciés par les mycologues amateurs pour leur valeur gastronomique.

 

 

Prochains diaporamas :

Lundi 11mai : « La Guadeloupe » Danielle Bessac, Monique Magnouloux.

Lundi 8 juin : « Le volcanisme, l’Etna et les îles Eoliennes » Roland Moënne-Loccoz

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 14:02

Mes recettes :

 

Cake à l’ail des ours :

 

Il faut 100 gr de feuilles d’ail des ours environ ou une poignée environ,

3 œufs,

150 gr de farine,

1 sachet de poudre levante,

1 petit verre de lait (ou 120 ml),

1 cuillère à soupe d’huile d’olive,

Sel,

Poivre.

 

Préparation :

Mélangez les œufs entiers avec la farine et la poudre levante.

Incorporez progressivement le lait.

Ajoutez l’ail des ours.

 

Mélangez bien et ajoutez le sel, le poivre.

  

Faites cuire au four environ 45 minutes th. 6/7 (180°)

 

OU

 

Faites des petits sachets d’une dizaine de feuilles pour mettre dans votre congèle, pour vos salades ou plats chaud.

Je fais des petits fagots que j’enroule de film alimentaire et ensuite je congèle.

 

Ou


Dans un pot en verre, je coupe des petits morceaux de feuilles d’ail des ours, je recouvre d’huile d’olive, je mélange de temps en temps.
je me sers pour assaisonner mes salades ou plats chaud comme vous utiliseriez de l’huile d’olive.


Sabrina 

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans RECETTES
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 08:42

Faverges devait l’organiser, nous avions prévu de passer la journée à Planfay au-dessus de Talloires. Suite au décès de Roger Girel,  la société de Montmélian nous a demandé de changer notre programme. En 2010 la journée aura lieu à Modane, Faverges organisera la journée 2011…  

_________________________________________________________________________

 

 

     SECTION

MYCOLOGIQUE ET BOTANIQUE

            DU FOYER RURAL                                                      A Montmélian, le 6 avril 2009  

           DE MONTMELIAN                                                        

Responsable : Câm-Hông VIRET 

           38530 SAINT MAXIMIN                                                   

 

                                                                      

 

Objet : Botanique – Sortie intersociétés du dimanche 17 mai 2009

 

 

 Chers amis,

 

En mémoire de Roger GIREL, fondateur du Foyer Rural de Montmélian et de la Fédération Mycologique et Botanique Dauphiné Savoie, nous avons le plaisir de vous inviter à la sortie botanique intersociétés fixée au :

 dimanche 17 mai 2009..

 

Rendez vous à 8h30 à l’Espace François Mitterrand de Montmélian (salle du Foyer Rural). Accueil, café, boissons…

 

Herborisation durant la matinée au Fort de Montmélian et l’après midi aux Calloudes.

Repas de midi tiré des sacs, sur place ou au Foyer selon le temps.

 

En cas de mauvais temps, réunion à la salle du Foyer avec projection de photos sur la sortie programmée.

 

Pot de l’amitié prévu avant le départ.

 

Très amicalement

 

                                                                     Câm-Hông VIRET

                                                                  Tél : 04 79 97 32 78 ;  06 72 01 71 85

                                                                    E-mail : camhong.viret@gmail.com

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

BULLETIN DE PARTICIPATION

 

(à retourner avant le 10 mai à Câm-Hông VIRET, ou réponse par mail)

Nom de la Société :

Nombre de participants :

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 09:05
Pensez à aller cueillir l'Ail des ours avant que les fleurs arrivent !!!

Actuellement les principes actifs sont encore dans les feuilles.

Sur un autre article je vous mettrai des recettes personnelles.

Voici un article bien complet sur l'Ail des ours :
http://www.krissnature.net/article-29950147.html

Sabrina
Repost 0
Published by groupe nature - dans RECETTES
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 09:02
AG de la FMBDS à Sevrier dimanche 5 avril 2009

Photos de Michèle Raillère-Burat, spécialiste des Ramaria.

Merci Michèle !

Sur notre site : http://www.flickr.com/photos/groupenature
Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 08:58

 Article transmis par Espérance,

Direction générale de la Santé

Paris, le 18 avril 2008

 

Communiqué de presse

 

Risques d’intoxication liés à la consommation de morilles

Recommandations de cueillette et de préparation

 

Ces dernières années, les centres antipoison et de toxicovigilance français ont repéré plusieurs cas d’intoxication par des morilles, espèce comestible dont la consommation est pourtant considérée sans risque.

 

Ces intoxications surviennent rarement et se caractérisent par des troubles neurologiques, parfois associés à des troubles digestifs. Dans la quasi-totalité des cas, il s’agit de morilles fraichement ramassées et, dans la moitié des cas, insuffisamment cuites. La consommation d’une grande quantité de champignons est fréquemment évoquée.

 

Le début de la saison de la cueillette des morilles étant proche, il est important de suivre les recommandations suivantes :

 

-       ne pas ramasser un champignon si vous avez le moindre doute sur son état ou son identification;

-       ne pas consommer sa récolte avant de l’avoir faite contrôler par un spécialiste en la matière. Les pharmaciens peuvent être consultés et éventuellement la société de mycologie de votre région ;

-       les conserver dans de bonnes conditions de stockage (avec réfrigération) et les consommer rapidement après la cueillette ;

-       les consommer après une cuisson suffisante. Il est rappelé que l’ingestion de spécimens crus est proscrite ;

-       les consommer en quantité raisonnable.

 

L’intoxication se manifeste généralement par :

-       des signes neurologiques : tremblements, vertiges, troubles de l’équilibre, troubles de la vue

-       parfois associés à des signes digestifs : nausées, vomissements, diarrhées

 

Le délai d’apparition des symptômes varie de 5 à 12h.

 

Dès l’apparition d’un ou plusieurs des symptômes évoqués ci-dessus,

il faut contacter sans délai un centre antipoison.

Il est utile de noter les heures du ou des derniers repas, l’heure de survenue des premiers signes et de conserver les restes de la cueillette pour identification.

 

 

D’une manière générale, il faut rappeler que certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles. Chaque année, on signale en France un millier d’intoxications du aux champignons. Les conséquences sur la santé peuvent être graves : troubles digestifs, atteintes du foie, des reins, pouvant conduire à une hospitalisation, voire au décès du consommateur imprudent. C’est pourquoi l’identification précise des champignons récoltés est le seul moyen de prévention efficace.

 

De manière plus générale, les recommandations suivantes doivent être suivies par les amateurs de champignons sauvages :

-       cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon (pied  + chapeau), afin de permettre l’identification ;

-       séparer les champignons récoltés, par espèce. Un champignon vénéneux peut contaminer les autres ;

-       déposer les champignons séparément, dans une caisse ou un carton mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ;

-       toujours s’assurer de l’espèce des champignons et faire vérifier s’ils sont comestibles auprès d’un pharmacien ou d’une association de mycologie ;

-       au moindre doute, jeter le champignon ;

-       consommer les champignons frais en quantité raisonnable ;

-       consommer rapidement la récolte ou la conserver 2 jours maximum dans le bac à légumes du réfrigérateur ;

-       effectuer une cuisson prolongée, ne jamais consommer cru ;

-       bien se laver les mains après la récolte ;

-       éviter les sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges) car les champignons concentrent les polluants.

 

 

 

Liens utiles :

Société Française de Mycologie : http://www.mycofrance.org

Centres antipoison : http://www.centres-antipoison.net/

 

 

 

Contact presse : laurence.danand@sante.gouv.fr   Tél. 01 40 56 52 62

 

 

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 00:00

Randonnées en Haute-Ubaye

Du 24 juin au 1 er juillet 2006

L’Ubaye prend sa source au col du Longet à 2655 m d’altitude. D’une longueur de 83 Km, elle se jette dans la Durance au lac de Serre Ponçon. Le barrage de  terre et de remblai a été mis en service en 1960. Le lac artificiel a une superficie de 28,2 km² (celui d’Annecy mesure 27,6 km²). Son altitude oscille entre 722 et 780 m selon le niveau de l’eau. Outre la production d’électricité, il est utilisé pour l’irrigation, l’alimentation en eau  et le tourisme.

A Barcelonnette, un violent orage nous empêche de visiter la ville. Nous passons à St Paul sur Ubaye, puis une route étroite et sinueuse nous amène au pont du Châtelet. Construit en 1880, ce pont est classé monument historique.

Voici le village de Fouillouse à 1900m d’altitude. Nous sommes très bien accueillis au gite des Granges, une ancienne bergerie.

1. Col du Vallonnet

Nous suivons le GR 56. Après avoir traversé le Riou du Vallon, nous voici dans de belles prairies fleuries de séneçon à têtes, d’anémones à fleurs de narcisse, puis de renoncules des Pyrénées. Quelques mélèzes se dressent dans la lande à rhododendrons. Nous arrivons dans le vallon de Plate Lombarde. Deux lacs, un paysage minéral : nous aurions envie de nous attarder dans ce décor, mais le mauvais temps arrive.

Androsace vitaliana, Antennaria dioïca  Pied de chat, Pinguicula vulgaris Grassette vulgaire, Dianthus pavonius   Oeillet œil de paon, Leontopodium alpinum  Edelweiss, Nigritella rubra ssp corneliana   Nigritelle rose, Gymnadenia conopsea Orchis moucheron, Traunsteinera globosa  Orchis globuleux,Rhododendron ferrugineum  Rhododendron ferrugineux

Nous faisons un arrêt près du fort de Plate Lombarde. Ce sont trois casemates de ferraille et de béton, construites entre 1930 et 1940. (Ligne Maginot)

Pedicularis rosea     Pédiculaire rose, Ornithogalum umbellatum    Dame de onze heures, Clematis alpina Clématite des Alpes

2. Lacs et col de Marinet, Col de Mary

Nous partons de Maljasset. C’est un village perché à 1905m d’altitude, aux maisons de pierre,  coiffées de toits de lauze. Nous admirons l’église de Maurin,  de style roman, classée monument historique, dont le porche est en marbre. Une carrière de marbre vert, en fait, une roche appelée serpentinite a été exploitée  au 19ème siècle.

Nous suivons le vallon de Mary. Sur notre droite, se dressent les  pics impressionnants de l’Aiguille Large et de l’Aiguille Pierre-André. Surprise ! A la bergerie supérieure de Mary : un hélicoptère livre le matériel nécessaire pour l’estivage. Nous prenons à droite en direction des lacs de Marinet.

Le décor est magnifique : deux lacs glaciaires aux couleurs surprenantes, de hautes montagnes et plusieurs glaciers rocheux. Sous cette couche de pierrailles se cache un noyau de glace.

Saxifraga oppositifolia Saxifrage à feuilles opposées, Thlaspi rotundifolium Tabouret à feuilles rondes, Pritzelago alpina ssp brevicaulis Pritzelago à tige courte

Nous continuons jusqu’au col de Marinet à 2784 m. Après un passage en Italie, nous voici au col de Mary.

Silene acaulis Silène acaule, Linaria alpina Linaire des Alpes

3. Col de Mirandol  2455 m

Nous partons de Fouillouse. Nous traversons une forêt de pins cembro puis de grands alpages aux pentes douces.

Dryas octopetala Dryade à huit pétales, Trifolium alpinum Trèfle des Alpes, Trifolium thalli. Trèfle de thal, Leucanthemopsis alpina Chrysanthème des Alpes, Lotus alpinus Lotier des Alpes, Linaria alpina Linaire des Alpes, Armeria alpina Armérie des Alpes , Botrychium lunaria Botryche lunaire, Berardia subacaulis Bérardie laineuse

Descente par Vallon Grand et, dans la forêt :

Aquilegia alpina Ancolie des Alpes, Pseudorchis albida Orchis blanc

4. Lac des 9 couleurs 2841m- Tête de la Fréma 3151m

Un sentier bien balisé, bordé d’edelweiss, nous amène au refuge CAF de Chambeyron et au lac Premier.  Dans une ambiance haute montagne, nous découvrons le Lac  Long, le lac de L’Etoile et le magnifique lac des Neuf Couleurs, encore gelé par endroits.

Après une traversée de névé un peu délicate, nous atteignons le col de la Gypière qui nous offre une vue impressionnante sur le vallon italien de Stroppia. De fortes rafales de vent nous obligent à faire demi-tour avant le sommet de la Fréma.

Petrocallis pyrenaica Petrocallis des Pyrénées, Gentiana orbicularis  Gentiane à feuilles orbiculaires, Ranunculus glacialis Renoncule des glaciers, Primula marginata Primevère marginée, Thlaspi rotundifolium Tabouret à feuilles rondes

Pendant la descente, nous retrouvons les pelouses alpines avec :

Pulsatilla vernalis Pulsatille de printemps, déjà fanée, Helianthemum alpestre Hélianthème alpestre,

Alyssum alpestre Alyssum alpestre, Erysimum rhaeticum  Vélar helvétique

5. Tour du Plan de Parouart

Cette balade est une longue boucle qui nous permet de découvrir un ancien lac comblé par les alluvions des torrents et les éboulements. Situé au confluent de l’Ubaye et du torrent  de Chabrière, c’est maintenant une vaste zone marécageuse,  couverte de  saules et de linaigrettes.

Nous traversons l’Ubaye, puis le ravin de Chabrière et nous suivons la rivière jusqu’à Maljasset. Le retour dans le mélézin est un enchantement : des tapis de renoncules, géraniums, rhododendrons et myosotis !

Plusieurs arbres subissent l’attaque de la tordeuse grise du mélèze.

Sempervivum arachnoidem Joubarbe aranéeuse, Campanula  alpestris Campanule alpestre

Un troupeau de moutons envahit les pâturages au dessus du gite.

6. Vallon des Houerts

Nous passons sur l’autre rive de l’Ubaye, ce qui nous donnera une vue d’ensemble sur les massifs parcourus au cours de la semaine.

La balade commence par un beau lis orangé. Nous grimpons jusqu’à la cabane des Houerts, puis nous arrivons aux lacs : lac vert  2677 m et lac bleu 2645 m

Geum reptens benoite rampante, Daphne cneorum  Daphné camélé, Saxifraga exarata Saxifrage silloné, Galium megalospermum Gaillet à grosses graines

En descendant nous retrouvons la  bérardie  laineuse.

Puis sur ce versant ensoleillé :

 Onanis natrix La bugrane jaune, Campanula spicata La campanule en épi, Berberis vulgaris L’épine vinette

Ces randonnées, entre 1900 et 3000 m d’altitude, nous ont permis de belles découvertes dans une ambiance chaleureuse.






Berardia subacaulis  Bérardie laineuse  (Astéracées)

Etrange, insolite, survivante de temps révolus et sans lien avec la flore alpine qui nous est familière, on la distingue difficilement dans les éboulis calcaires ou schisteux. 

Endémique dans les Alpes Occidentales (Dauphiné et Haute-Provence), elle pousse entre 1500 et 3000 m. Ses feuilles arrondies, gris vert, tomenteuses, irrégulièrement recourbées et bombées, sont disposées en rosette autour d’un ou deux capitules jaune-clair, entourés de plusieurs rangées de bractées laineuses.

C’est en 1789 que le botaniste français Dominique Villars lui donne le nom de bérardie, d’après le col de la Bérarde en Dauphiné. Aujourd’hui, rare témoin encore vivant de l’ère tertiaire, elle demeure un passionnant sujet d’étude pour les botanistes.

 

Janine Blanc

Repost 0
Published by groupe nature - dans SORTIES
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 09:02
Sépulture de René Donzel

Lundi  6 avril à 10 h 30

Église St Laurent à Annecy- le-Vieux

 

René a été longtemps trésorier à l'association mycologique et botanique d'Annecy.

Avec Juliette Druz-Donzel, son épouse, il était aussi membre du Groupe Nature de Faverges.

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 08:53
Sortie Vuache le 2 avril 2009 avec groupe nature d'Ugine
 
La belle couleuvre du Vuache (cf flickr), c'est une couleuvre verte et jaune, ou zaménis

Coluber viridiflavus

Taille adulte 1 m 50, et même plus !!

Elle est parfois agressive, elle se nourrit de lézards, de petits mammifères, d'oisillons, de grenouilles et d'autres serpents ( cf guide Elsevier)

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans REPTILES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories