Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 11:50

Lors de notre semaine dans le Péloponnèse, nous avons observé très souvent le petit mâle de Neoscona adianta, 4-5 mm.  

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Une femelle, plus grosse, sur le Chrysanthème à couronnes, Glebionis coronaria.

Remarquez le dessin dorsal blanc souligné de noir, en forme de feuille de chêne ou de lobes de fougère (cf Adiantum)

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

A Mistra, immobile sur une plante, la Pisaure admirable, Pisaura mirabilis (ou noviciae), prend un bain de soleil.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

 

Cette « Araignée-crabe » femelle, Thomisus onustus, attend ses proies sur les fleurs, dont elle adopte parfois la couleur.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Ce petit mâle de la même espèce est à l’affût sur un Anthemis : les 2 pattes antérieures plus longues, sont tenues écartées comme les pinces d’un crabe.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

En soulevant une grosse pierre, notre ami Maxime a découvert une très belle araignée : Eresus walkenaerius.

A côté d’elle, on peut voir les restes de ses proies.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Nous l’avons placée dans une boîte pour mieux l’observer : cette femelle mesure presque 40 mm !

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Sur un autre site, se dissimulant dans les herbes, un mâle beaucoup plus petit et coloré, les pattes postérieures teintées de rouge : probablement Eresus kollari (anciennement E. niger)

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Cette espèce est appelée « Araignée coccinelle », car le mâle possède un abdomen rouge orné de 4 points noirs.

Eresus (walkenaerius ?) – mâle photographié à Rhodes en 2013 (pattes postérieures non teintées de rouge)

Eresus (walkenaerius ?) – mâle photographié à Rhodes en 2013 (pattes postérieures non teintées de rouge)

Au sud du Péloponnèse, Monemvassia est une petite ville fortifiée située au pied d’un rocher de 300 m de haut, sur une presqu’île. Un site exceptionnel !

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Nous nous promenons dans le Kastro, la ville historique.

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Nous nous promenons dans le Kastro, la ville historique. Sur les remparts, nous entendons et observons plusieurs Monticoles bleus (Merles bleus).

Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…
Dans le Péloponnèse avec Pascal Jarige (6) – Quelques petites bêtes (suite)…

Nous avons passé une semaine très intéressante dans le Sud du Péloponnèse et il y aurait beaucoup de choses à raconter !

 

                                                                     Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES ARAIGNEES
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 21:28

 

L’Epeire feuille-de-chêne, Aculepeira ceropegia

Son ventre a la forme d’un ballon de rugby, il est orné d’un dessin caractéristique évoquant une feuille de chêne.

 

Aculepeira-ceropegia--Epeire-feuille-de-chene-dessin.jpg

 

Cette araignée détricote et retisse sa toile chaque jour en fin d’après-midi.

Elle passe presque tout son temps au milieu de sa toile. Mais parfois elle se repose dans une petite « couchette » de soie blanche qu’elle a installée juste à côté, ici sous une fleur de scabieuse.

 

Aculepeira-ceropegia-dans-sa-couchette.jpg

 

Nous l’avons surprise en train d’emballer un criquet. En quelques secondes et après l’avoir paralysé avec son venin, l’araignée a déversé sur lui une soie compacte dévidée en larges rubans. Le pauvre insecte a vite été ligoté et n’a eu plus aucune chance de s’en sortir !

 

Aculepeira-ceropegia--emballe-criquet-Creuzates--2-.jpg

 

 

L’Epeire à quatre points, Araneus quadratus

Une grosse araignée à ventre rond, de couleur verte avec quatre très belles taches blanches.

 Une ombelle retournée et desséchée lui permet d’y fixer sa tente de soie blanche : pendant la journée, c’est là qu’elle se repose.

 

Araneus-quadratus-Epeire-a-4-points-Creuzates--7-.jpg

A la fin de l’été, elle change de couleur et devient kaki foncé, orange ou même rouge brique.

Avant de mourir, elle pondra une centaine de petits œufs emballés dans un cocon de soie isolante : ainsi ils pourront passer l’hiver sans problème.  

 

Araneus diadematus, l’Epeire diadème ou Araignée porte-croix

Ce petit nom à cause de la croix en pierres précieuses  qui semble dessinée sur son abdomen.

Une femelle photographiée sur une Reine-des-prés ou Spirée (Filipendula ulmaria)

 

Araneus-diadematus--femelle-Creuzates.jpg

 

Nous avons capturé un mâle avec le filet, mais après l’avoir observé, nous l’avons relâché aussitôt.

 

Araneus-diadematus-male-Creuzates--2-.jpg

 

                                                                                                       Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans ARAIGNEES
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 22:03

C’est une araignée crabe, une Thomise. Je l’ai photographiée près de Bonifacio, elle est posée sur la fleur blanche d’un ciste de Montpellier.

 

Araignee-Napoleon-en-Corse.jpg

Comme toutes les araignées crabes, elle ne tisse pas de toile mais chasse à l’affût. Elle attend patiemment l’arrivée d’une proie qu’elle saisira avec ses pattes avant beaucoup plus grandes que celles de derrière.

 

Synaema-globosum-4--sur-Ciste-Montpellier---2-.JPG

 

Synaema-globosum-Corse-2-copie-1.JPG

 

Elle est facile à identifier, rouge, jaune ou blanc cassé, avec sur l’abdomen un motif qui, si on le regarde du bon côté, rappelle une silhouette historique bien connue, l’empereur avec son bicorne.

La Hulotte (n° 60) dit que dans le sud on rencontre surtout des individus tilleul ou blanc cassé, tandis qu’au nord, où la bestiole est un peu plus rare, les exemplaires… arborent généralement une superbe teinte orange sanguine…

 

Synaema-globosum--3-.JPG

 

Synaema-globosum-jaune-et-noire.JPG

Mon araignée de Corse a de belles teintes rouge orangé et noir…

Qui peut me dire le nom de sa victime ??

 

                                                                                 Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans ARAIGNEES
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 14:14

Vous avez certainement rencontré cette superbe araignée lors de vos promenades !

Quand c’est une femelle adulte, on la reconnaît facilement à ses rayures horizontales jaunes et noires, imitant le frelon : d'ailleurs les oiseaux s'y trompent et aucun n'ose l'approcher ! Notre belle araignée passe donc toute la journée bien en évidence au milieu de sa toile !

 

Argiope bruennichi St Jo proie

 

C'est une araignée orbitèle : pour chasser, elle tisse une toile géométrique orbiculaire, dans la végétation, à moins d'un mètre de hauteur du sol.

Vous  la trouverez dans les prairies chaudes et ensoleillées mais aussi dans les zones humides.

Cette araignée  tisse sa toile chaque matin et la signe du stabilimentum, un zig-zag de soie blanche Ce stabilimentum est sujet à de nombreuses controverses quant à ses fonctions : il pourrait contribuer à la stabilisation de la toile, à l'utilisation de la surface pour favoriser le dépôt de gouttelettes de rosée et servir de source d'eau. D'autres pensent qu'il masque la silhouette de l'araignée et réduit les possibilités de localisation par les prédateurs.

Mais, selon l’hypothèse la plus récente, le stabilimentum reflèterait les rayons UV comme certains pétales de fleur et pourrait ainsi contribuer à l’attraction des proies.

 

L'Argiope immobilise ses proies (sauterelles, abeilles, mouches...) grâce à un venin paralysant, inoculé par des crochets portés par les chélicères.

Elle dilue les chairs de sa proie grâce à des sucs digestifs très puissants.

 

Sur la face ventrale de la femelle, à l'avant de l'abdomen, on peut voir l'épigyne en forme de crochet.

 

Argiope-bruennichi-St-Jo-face-ventr.jpg

 

Les pédipalpes ont des fonctions tactiles et préhensiles. 

 

 La femelle mesure 15-25 mm, le mâle est bien plus petit (4-8 mm) et plus terne.

 

A la fin de l'été, vous pourrez trouver des petites urnes en parchemin, cachées dans la végétation : ce sont des cocons en forme de montgolfière –mais ici, l’ouverture se trouve en haut - dans lesquels la femelle dépose ses oeufs, avant de mourir.

cocon ArgiopeLH

                                                                 Photo : Luc Hamon, Minzier (74), 29 août 2010

 

Argiope de Bruennich…. mais qui est donc Brünnich ?

Martin (ou Morten) Thrane Brünnich(1737- 1827) est un zoologiste et un minéralogiste danois. Il a publié entre autres Ornithologia borealis, où il décrit pour la 1ère fois de nombreuses espèces d’oiseaux du nord de l’Europe, un traité sur les Eiders, un ouvrage sur les insectes Entomologia. Un oiseau porte son nom : le Guillemot de Brünnich. Cet oiseau de mer de la famille des Alcidés vit en colonies sur les côtes rocheuses, tout au nord de l’Europe : c’est une espèce arctique.

 

Nous  rencontrons très souvent  cette araignée : au marais de St Jorioz, à la Réserve du Bout-du-Lac, dans notre jardin... et même au Maroc, le 10 juin, dans les anciennes salines d’Aït Ourir (Haut Atlas, 700 m).

 

Argiope bruennichi marais St Jo

 

Argiope-Brunnich-6-6--2----Copie.jpg

Le petit point rouge que vous apercevez sur l'argiope : c'est un acarien qui se sert de l'araignée comme moyen de transport !

 

                                 Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans ARAIGNEES
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 17:41

 

La Steatoda triangulosa est une toute petite araignée qui avait élu domicile sous un tabouret dans ma maison de la Drôme, devant la cheminée.

Cette araignée vit dans les maisons. Elle fait partie des Steatoda (Therididae). Elle s’appelle triangulosa à cause des dessins en forme de triangle sur son dos.

Elle existe dans de nombreux pays, sur tous les continents.

 

araignee-1.jpg

 

Elle construit un ensemble enchevêtré de fils de soie gluants, dans lequel elle tisse de petits sacs ronds qui contiennent une trentaine d’œufs.

araignee-sac-d-oeufs-3.jpg

 

Dans cet enchevêtrement de fils on trouve aussi les cadavres des insectes qui ont été pris et dont elle se nourrit : fourmi, abeille, guêpe, gendarme, coccinelle et même une araignée.

 

araignee-toile-2.jpg

 

Actuellement elle est installée à Annecy, dans un bocal, et je vais à la chasse tous les jours pour la nourrir. Je l’ai nourrie de coccinelles car depuis 2 ans j’héberge tous les hivers des centaines de coccinelles (asiatiques, espèce invasive !) dans ma maison.

J’attends l’éclosion de tous ces œufs et ensuite je pourrai la remettre en liberté dans la Drôme !

 

Michèle P.

 

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans ARAIGNEES
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 07:09
C’est une araignée thomise (appelée aussi « araignée-crabe » car elle se déplace latéralement) du genre Xysticus (espèce non déterminable sur photo).

Tapie sur des plantes, notre araignée a attendu patiemment qu’une proie s’approche… Ici elle a capturé une cigale, probablement la petite cigale des montagnes, Cicadetta montana.

(Les araignées-crabes ne font pas de toiles, elles chassent à l’affût).

Photo de Roland M-L, le 3 juin 2009, à Ponay au-dessus de Talloires.

Repost 0
Published by groupe nature - dans ARAIGNEES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories