Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:02

Le Groupe Nature de Faverges propose un diaporama de Monique Magnouloux sur la Nouvelle-Zélande mardi 13 novembre à 20 heures - Maison des Associations (au-dessus de l’Office du Tourisme)- Entrée libre

 

 

Nouvelle-Zélande/ Aotearoa, le pays du long nuage blanc

 

L’ isolement de la NZ  (son voisin le plus proche, l’Australie, est à 2 000 km !) a permis le développement d’une flore et d’une faune endémiques originales très riches.

 

1 Celmisia sp. touffe 8-5

                             Une touffe de Celmisia, lac Tennysson, Upper Clarence Valley, île du sud

Marguerites endémiques de Nelle-Zélande (70 espèces environ), quelques espèces en Australie.

 

1 Kea 13-7

                            Perroquet de montagne, Kéa, Nestor notabilis, endémique des montagnes de l'île du sud

 

 

  Après un  long voyage nous  arriverons à  Auckland dans l’île du Nord avec 12 heures de décalage horaire. Décalage aussi dans les saisons : c’est le printemps !

 

2 printemps à Auckland 1-1 Arbre de Noël de NZ Metroside

                        L'arbre de Noel de Nouvelle-Zélande", Metriosideros excelsa (Myrtaceae) : fleurs à nombreuses  

étamines rouges en décembre, pollinisation  par les oiseaux.

 

Dans la forêt subtropicale de Waitakere, nous admirerons les troncs gigantesques des Kauris (Agathis australis),  les plus grands conifères du monde après les séquoias.  Parmi les fougères arborescentes, la fougère argentée, « Ponga », est devenue le symbole de la NZ et des All Blacks. Premier contact avec le Manuka, l’arbre à thé, Leptospermum scoparium,  qui a des propriétés antibactériennes très intéressantes,  les miels de Manuka sont très chers, suivant leurs niveaux d’activité (miels de dégustation, miels thérapeutiques).

 

3 fougère argentée Ponga Cyathea dealbata dessous 4-3

                                                           Fougère argentée

 

3 Leptospermum scoparium Manuka Myrtacées1-2

                                                                 Manuka, l'arbre à thé

 

La NZ se trouvant  sur la ceinture de feu du Pacifique,  à la jonction de 2 plaques tectoniques, il y a  une intense activité volcanique,  des tremblements de terre...  Nous visiterons la vallée géothermale de Waimangu, créée  par l’éruption du Tarawera en 1886, nous logerons au bord du lac Taupo, formé à la suite d’une éruption volcanique extrêmement violente (en 186), nous ferons une randonnée au pied des volcans du Parc National Tongariro.

 

Pour la traversée en ferry du détroit de Cook, région réputée pour ses vents forts  (les 40e Rugissants…), nous aurons la chance d’avoir un temps très calme.

 

L’île du Sud est très sauvage.  Nous ferons des balades dans des forêts de Nothofagus, des hêtres spécifiques de l’hémisphère sud,   dans les Alpes de NZ, au bord de lacs incroyablement bleus et au pied du Mt Cook-Aoraki, 3754 m, le point culminant,  terrain d’entraînement de Sir Edmund Hillary, vainqueur de l’Everest en 1953.

 

4 Nothofagus Lewis Pass 7-5

 Lewis Pass, 815 m : un petit lac entouré de Nothofagus couverts de lichens barbus, au fond, des sommets enneigés.

 

4 Mt Cook Aoraki

Mont Cook / Aoraki, le plus haut sommet des Alpes de Nouvelle-Zélande, 3754 m : il a perdu 10 m lors d'in éboulement rocheux le 14 décembre 1991.

 

Milford Sound  est l’une des régions les plus arrosées du monde, mais notre croisière en bateau dans le fjord se fera  par un temps magnifique !

 

5 Milford sound 13-6

                                                                                  Pic de la Mitre 1692 m

5 Otaries à fourrure Milford sound 13-6

                                                     Otaries à fourrure se prélassant au soleil

 

Nous terminerons notre voyage à Taiaroa Head  au bout de la péninsule d’Otago (près de Dunedin) où nous verrons  une  colonie d’albatros royaux.

 

Nous évoquerons aussi le problème des plantes et des animaux envahissants…

 

                                                                                              Monique

 

 

 

Prochain diaporama mardi 4 décembre  : « Balades naturalistes dans les réserves de France » par Maurice Pantaloni

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 09:02

                                                                                    

Direction générale de la Santé

 

Paris, le 31 octobre 2012

 

Communiqué de presse

 

664 cas d’intoxication dont 3 décès

liés à la consommation de champignons

 

Ne consommez jamais un champignon

dont l’identification n’est pas certaine !

 

 

L’Institut de veille sanitaire (InVS) a répertorié 664 cas d’intoxications dont 3 décès liés à la consommation de champignons au cours des trois dernières semaines, principalement en Rhône-Alpes, Pays de Loire et Aquitaine.

Ces intoxications sont la conséquence, dans la majorité des cas, d’une confusion avec d’autres champignons comestibles, d’où l’importance de rester vigilant que l’on soit connaisseur ou que l’on pratique la cueillette ponctuellement.

Les conséquences sur la santé de ce type d’intoxications sont graves (troubles digestifs sévères, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe), voire mortelles. La plupart d’entre elles conduit à une hospitalisation, souvent en réanimation.

 

Face à ces cas d’intoxications qui se renouvellent et perdurent chaque année, la Direction générale de la Santé (DGS) et l’Institut de veille sanitaire (InVS) souhaitent mettre en garde les amateurs de cueillette des champignons :

 

-        ne ramassez que les champignons que vous connaissez parfaitement : certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles ;

-        au moindre doute sur l’état ou l’identification de l’un des champignons récoltés, ne consommez pas la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière. (les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés) ;

-        cueillez uniquement les spécimens en bon état et prélevez la totalité du champignon (pied et chapeau), afin de permettre l’identification ;

-        ne cueillez pas près de sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges) car les champignons concentrent les polluants ;

-        déposez les champignons séparément, dans une caisse ou un carton mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ;

-        séparez les champignons récoltés, par espèce. Un champignon vénéneux peut contaminer les autres ;

-        lavez-vous soigneusement les mains après la récolte ;

-        conservez les champignons à part et dans de bonnes conditions au réfrigérateur et consommez-les dans les deux jours au maximum après la cueillette ;

-        consommez les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante, ne les consommez jamais crus.

 

 

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes

(notamment diarrhée, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc.) suite à une consommation de champignons de cueillette

 

Appelez immédiatement un centre antipoison ou le Centre 15

en mentionnant cette consommation

Les symptômes commencent généralement à apparaître dans les 12 heures après la consommation et l’état de la personne intoxiquée peut s’aggraver rapidement.

Il est utile de noter les heures du ou des derniers repas, l’heure de survenue des premiers signes et de conserver les restes de la cueillette pour identification.

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 17:36

 

 

 

Samedi 22 septembre 14h -18 h

Dimanche 23 septembre 10h - 18h

Lundi 24 septembre réservé aux scolaires

 

Salle Polyvalente de Faverges - Entrée libre

 

 

 

·     Exposition de champignons

Boletus edulis 3

·     Les arbres, la forêt

Sous-bois.jpg

·     Le cerf, par l’école d’Entrevernes

les-bois.jpg

·     La Renouée du Japon au Plan d’Eau de Marlens

et autres plantes invasives

Renouee-du-Japon-touffes-9.9.06.JPG.jpg

·     12 secrets de plantes, exposition d’Ilona Mezei des Bauges

Arnica montana

 ·     Un peu de géologie, fossiles... par Christophe Richard

vitrine part.droite

 ·     Sur les pas de Jean-Jacques Rousseau botaniste

Rousseau 2012 panneaux ( 0)

 ·     Diaporamas

·     Observations à la loupe binoculaire

 

 

 

                           Venez nombreux !

 


 


Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 07:35

Exposition temporaire « A la croisée des chemins de Jean-Jacques » est un parcours-mélange au caractère littéraire, botanique, poétique et raisonné, au sens propre et figuré.


Promenades, récits, herborisations, parfois anecdotes, gravures de plantes, rencontre de contemporains de Monsieur Rousseau, présentation de livres anciens et de curiosités, qui inciteront le visiteur à l’agrément d’apprendre.


C’est avec beaucoup d’humilité que nous avons procédé en ce sens, à leur façon.


A la croisée des chemins était la tâche ; ayant peu à donner et tout à recevoir nous vous proposons une aventure réciproque.


Présentation d’un herbier du 19ème siècle selon les conditions de présentations et l’état de conservation.


Sa vie, ses écrits, ses passions illustrent la sélection thématique de l’exposition : la vie intellectuelle, la littérature, la musique et les sciences.


L’exposition est illustrée de documents d’époque : livres, manuscrits, objets, gravures et cartes anciennes.


Cette exposition donnera ainsi un aperçu de l'héritage et des postérités de Rousseau grâce aux surprenantes collections du muséum.


Entrée libre : vendredi, samedi, dimanche et lundi de 14h à 18h


Du 15 juin au 9 juillet et du 14 septembre au 8 octobre 2012


Au Museum d’histoire naturelle 208 avenue de Lyon


73000 Chambéry 

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 21:52

Attention !

Cette soirée n'aura pas lieu à la Maison des Associations

mais à la Communauté de Communes (en face de la Soierie).

 

Renouees-Chaise.jpg

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 21:17

Du bord de la mer jusqu'à la limite des neiges éternelles, des déserts les plus arides, aux tourbières les plus humides, les champignons colonisent le monde et croissent partout. Classés il y a quelques années encore parmi les végétaux, ils occupent à l'heure actuelle, un règne à part, appelé Mycota ou Fungi, placé au plus près du règne animal.

 

Amanita pantherinajpg

Le contexte actuel où les temps de loisir tendent à s'allonger, le développement des moyens de transport, amènent de plus en plus de citadins au contact de la mycologie. Les champignons qui peuvent séduire par leur beauté, leurs formes étranges ont aussi la faculté de nous nourrir et tuer.


En effet, un certain nombre de champignons font l'objet d'une consommation traditionnelle et des risques sanitaires croissants sont liés à ces pratiques. Il appartient à nos sociétés d'avertir le public en attirant l'attention sur la cueillette, la détermination, la conservation et la comestibilité des espèces fongiques.


Aujourd'hui, la dimension récréative de ces découvertes ne doit pas nous faire oublier la nécessité de la protection et de l'éventuelle restauration des milieux naturels.
Ces différents aspects morphologiques, écologiques et toxicologiques de la mycologie moderne, seront évoqués lors de cette conférence.

 

L'Association mycologique et botanique d'Annecy propose ce diaporama de Roger Fillion

lundi 23 avril à  20 h 30, quai des Clarisses, salle des Clarisses (la Manufacture, parking Sainte Claire).

Nous vous invitons à venir nombreux.

Entrée libre.

Prochain diaporama : " l'Ouest américain" par Roland Moënne-Loccoz, lundi 21 mai.

 


 


 


 


 


 


 


 


 



Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 07:54

 

L’Ouest américain

Un pays trop grand pour un voyage trop court…

De sublimes paysages trop vastes pour des points de vue

trop proches…

Ici l’enfer, plus loin le jardin d’Eden…

La Nature à livre ouvert pour le plaisir des yeux d’un amateur de géologie. C’est de cela dont je veux me souvenir,

j’ oublierai l’excès, la démesure et l’outrance.

Roland Moënne-Loccoz

USA 2011 307

 USA-2011-254.jpg

 

Le Groupe Nature vous invite à venir nombreux mardi 3 avril à 20 heures, Maison des Associations à Faverges.

ENTREE LIBRE


Prochaine soirée, mardi 24 avril : « Lutte contre la Renouée du Japon au Plan d’eau de Marlens », Communauté de Communes

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 08:07

     Le régime alimentaire des insectes est très varié, des zoophages, prédateurs ou parasitoïdes, aux détritivores, coprophages en passant par les phytophages se nourrissant de diverses parties de la plante.

    Les insectes phytophages dont il sera surtout question, ont développé des stratégies diverses pour exploiter au mieux les végétaux dont ils se nourrissent.

 

cétoine

 

    Dans un premier volet seront évoquées les adaptations à des aliments particuliers, élaborées chez les brouteurs de feuilles, suceurs de sève, suceurs de nectar, récolteurs de pollen ou mangeurs de bois. Les Insectes pollinisateurs présentent notamment de très intéressants exemples de relations avec les plantes à fleur dont ils assurent la reproduction en mettant en œuvre des processus parfois très étonnants.

    Les Insectes   présentent des degrés variables  de spécialisation à un  ou plusieurs aliments, et on distingue ainsi les monophages, les oligophages et les polyphages. Des exemples seront donnés dans différents Ordres d’Insectes.

   Parfois s’instaurent des relations plus sophistiquées entre le mangeur et le mangé.  Les mineurs et les gallicoles nous en offrent de beaux exemples. Les fourmis ont  développé également des interactions parfois très complexes mettant en scène des partenaires multiples. Ces différents cas souligneront la nécessaire coévolution entre les insectes et les végétaux proies.

   Nous aurons également  l’occasion d’évoquer des  modifications récentes de notre biodiversité, avec l’apparition d’envahisseurs phytophages inquiétants, mais aussi le rôle éminent que certains insectes peuvent jouer dans la régulation de végétaux eux-mêmes envahissants.

   La présentation sera effectuée sous la forme d’un montage Power point.

 

flambépaondujour

 

L’Association mycologique et botanique d’Annecy propose ce diaporama de Jacques Bordon  « Insectes et plantes, une coexistence pas très pacifique »

lundi 12 mars 2012 à 20 heures 30, quai des Clarisses, salle des Clarisses

(la Manufacture, parking Sainte-Claire).

 Nous vous invitons à venir nombreux. Entrée libre

 

Prochain diaporama :

 «  Le monde des champignons »  Roger Fillion, lundi 23 avril       

 

Site internet :  http://perso.wanadoo.fr/ancymyco

annecy.mycologie@wanadoo.fr

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 18:25

  

 -Group-1--_MG_0027__MG_0032-6-images--2--2.jpg

 

« Seul avec mon sac à dos à la rencontre du peuple Birman » diaporama de François Chabrerie

 

_MG_0119-Modifier.jpgFin décembre 2011, François est parti 15 jours en Birmanie  (Myanmar) seul avec son sac à dos. Ce fut vraiment un voyage extraordinaire._MG_9551--2--Modifier.jpg

 

_MG_9752--2--Modifier-2.jpgA Yangoon, notre première visite sera pour la Pagode Shwedagon, le lieu le plus sacré du bouddhisme Birman où se trouveraient quelque cheveux de Bouddha. Nous passerons devant la maison où la Dame, Aung San Suu Kyi , leader de l’opposition, a été assignée à résidence pendant de nombreuses années.

Après 12 heures de bus, nous nous retrouverons à Mandalay, la deuxième ville du pays. Là nous rencontrerons des travailleurs qui n'ont presque que leurs mains comme outils.

Nous irons voir le pont des moines au coucher de soleil. Puis à Pakokku  nous irons au contact des habitants, nous partagerons le repas d’une famille…

Bagan est  absolument grandiose, mais un peu trop touristique au goût de François ...

Pour terminer nous ferons l'ascension de la colline où se trouve le fameux Rocher d'or…_MG_9904-Modifier.jpg

 

_MG_9971_2_3_tonemapped-2-Modifier-2-2.jpgUn voyage absolument grandiose et magnifique mais qui nous réserve quelques très mauvaises surprises....

 

Bande annonce : cliquer sur le lien

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=ktw166I_BuU&feature=BFa&list=HL1327168752&lf=mh_lolz

 

 

Le Groupe Nature vous invite à venir nombreux

mardi 6 mars à 20 heures, Maison des Associations à Faverges.

 

ENTREE LIBRE

 

Prochain diaporama, mardi 3 avril : « L’ouest américain » par  Roland Moënne-Loccoz

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 21:17

La flore des Aravis

 

Les Aravis forment une longue et haute chaîne, orientée nord-sud, qui s’étire sur une trentaine de kilomètres entre l’Arve au nord et Marlens au sud. La partie nord (environ le 1/3 de la chaîne) est située en Haute-Savoie, mais au sud, dès la Roche Perfia, la ligne de crête partage la chaîne entre la Savoie à l’est et la Haute-Savoie à l’ouest. La ligne de crête, partout située au-dessus de 2 200 m en zone alpine, s’abaisse à 1 500 m au col des Aravis, qui représente un point de liaison entre les deux départements. Cette chaîne, hérissée de nombreux points dépassant les 2 300- 2 400 m, culmine à la Pointe Percée à 2 750 m.


Pointe-Percee-JM.JPG

                                                            Pointe Percée

Refuge Gramusset                                                         Refuge Gramusset

Porte-des-Aravis---2-.JPG

                                                               La Porte des Aravis

 

 Elle présente une particularité propre à la Haute-Savoie : une dizaine de combes qui s’alignent les unes après les autres et qui permettent l’ascension des plus hauts sommets.


Chaine-des-Aravis-1.jpg

 La végétation, très dépendante du substrat, est à majorité calcaire. Elle devient silicicole sur les affleurements gréseux ou acidophile en pelouse acidifiée. Elle s’étage du montagnard à l’alpin. La forêt (hêtraie-pessière) est peu représentée – tant au sud (Marlens) ou vers l’extrémité nord (Reposoir-Sallanches). Les pelouses et zones rocheuses représentent les ¾ de la végétation de cette chaîne qui, par ailleurs, est très pauvre en zones humides : lac des Confins, lac du Charvin…

lac des Confins 2011

 

La flore est relativement bien connue. Le massif a été parcouru par de nombreux botanistes. Les premiers, De Candolle, Rapin, Seringe, entre 1820 et 1830, découvrent plusieurs espèces rares, telles que la Renoncule à feuilles de Parnassie ou la Saussurée déprimée. Puis les connaissances se complètent et s’enrichissent avec les observations de Delavay, Romieux, Beauverd, Bernet, Bouchard, Fauconnet etc… jusque vers les années 1920. Les explorations du massif reprennent à partir des années 1970, avec les études de la végétation par L. Richard qui redécouvre la Violette du Mt Cenis. Michel Farille découvre la Renoncule des glaciers en 1979. Moi-même, dès 1975 et jusqu’en 2011, je visite l’ensemble de la chaîne avec, comme objectif non encore atteint, d’explorer chaque combe. Le Pin Cembro, le Cystopteris des montagnes, la Laiche vaginée, le Gaillet des Balmes, l’Arabette nouvelle ou la Linaire des rochers etc… comptent parmi les espèces rares, nouvelles pour cette chaîne. Vers les années 1995-2000, Béatrice Bressoud et Monique Magnouloux ajoutent deux espèces rares, la Drave de Fladniz et la Gentiane délicate, et un hybride d’orchidée. Les recherches se poursuivent car il ne fait pas de doute que des espèces restent à découvrir.

 

Cette belle chaîne – l’un des hauts-lieux de la botanique haut-savoyarde- est affectée physiquement par les aménagements touristiques pour la pratique du ski alpin dans plusieurs combes sur la commune de La Clusaz et dans sa flore par le pâturage ovin. Les moutons qui ont désormais remplacé les bovins –au moins dans la partie supérieure de la chaîne – sont présents sur l’ensemble des Aravis. L’impact de ces animaux qui tondent la pelouse, se concentrent sur les sommités et enrichissent le sol par leurs déjections, n’est pas sans conséquences dans les milieux les plus sensibles du massif, notamment dans les différents types de pelouses alpines et même dans la végétation des éboulis.

 

Pour tenter de préserver ce remarquable édifice naturel, et tout ce qui en fait sa richesse et son intérêt, plusieurs tentatives de protection du massif (ou parties du massif) par Réserve Naturelle ou Arrêté Préfectoral de protection de biotope ont échoué. Ces échecs ont cependant été « rattrapés » aujourd’hui par le classement de la chaîne des Aravis en Natura  2 000.

 

DJordan-Aravis-2011-.JPG

Denis Jordan

 

Nous vous invitons à venir nombreux. Entrée libre


Prochain diaporama : « Relations plantes-insectes » par Jacques Bordon, lundi 12 mars

 

Site internet de l’association :  http://perso.wanadoo.fr/ancymyco

annecy.mycologie@wanadoo.fr     

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories