Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 12:56

Une espèce thermophile, plutôt méridionale, commune dans le sud de la France, mais beaucoup plus rare dans notre région. Nous l’avons photographiée le 3 septembre 2015 en Savoie, à Pontcharra sur Breda, sur une souche de peuplier.

Pholiota « aegerita », du grec aigeiros qui désigne le peuplier noir.
Pholiota « aegerita », du grec aigeiros qui désigne le peuplier noir.

Pholiota « aegerita », du grec aigeiros qui désigne le peuplier noir.

Chapeau hémisphérique 3-10 cm de diamètre, ochracé pâle, le centre un peu plus foncé.

Chapeau sec, glabre et lisse.

 

La Pholiote du peuplier, Agrocybe aegerita

Pied long, cylindrique, blanchâtre portant un anneau membraneux blanc, vite poudré de brun par les spores

 

Lames serrées, blanchâtres puis brun ocre à brun tabac.

La Pholiote du peuplier, Agrocybe aegerita
La Pholiote du peuplier, Agrocybe aegerita

Cette Pholiote pousse en touffes sur les souches, les troncs de certains feuillus - surtout peupliers, saules et platanes - du printemps à la fin de l’automne et même en hiver si le temps est doux et humide. Une même souche peut ainsi donner plusieurs récoltes par an.

C’est en effet un excellent comestible apprécié et cultivé depuis l’Antiquité. (Pline et Dioscoride en parlent dans leurs récits).

Mais il ne faut pas confondre la Pholiote du peuplier avec la Pholiote destructrice, Hemipholiota populnea (= Pholiota destruens), appelée elle aussi Pholiote du peuplier.

Photo le 19 août 2010, Arenthon près de Bonneville.

Chapeau épais, blanc-jaunâtre à brunâtre, recouvert de grosses mèches irrégulières blanchâtres puis brunâtres
Chapeau épais, blanc-jaunâtre à brunâtre, recouvert de grosses mèches irrégulières blanchâtres puis brunâtres

Chapeau épais, blanc-jaunâtre à brunâtre, recouvert de grosses mèches irrégulières blanchâtres puis brunâtres

Ce champignon pousse en touffes sur les troncs abattus de peupliers, bouleaux, saules, plus rarement sur un arbre vivant. De saveur très amère, il et inconsommable.

La Pholiote du peuplier, Agrocybe aegerita

Les risques de confusion avec des espèces toxiques sont très faibles. En effet, les autres pholiotes qui poussent sur le bois ont des aspects très différents.

 

                                              Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 08:48

~~Dimanche, notre ami Roger a fait un tour dans une forêt de la Semine.

Il a été surpris de trouver des champignons en bon état :

• des Chanterelles en tubes (Craterellus tubaeformis)

• des Chanterelles jaunes (Cantharellus cibarius)

• des Pieds de mouton (Hydnum repandum)

• et des Hygrophores de mars (Hygrophorus marzuolus).

Des champignons en Haute-Savoie début janvier !

~~ Voici la photo qu’il a prise avec son téléphone portable !

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 22:15

~~Chaque mardi nous avons eu une profusion de champignons à déterminer, la fréquentation a été très satisfaisante, il y a eu une bonne ambiance de travail et les séances se sont souvent terminées par un pot et des gâteaux : départ à la retraite de José, anniversaire de Janine, de Fifine, naissance du petit Gabin…. autant d’occasions de faire la fête !

Séances de détermination le mardi soir...
Séances de détermination le mardi soir...

~~Voici quelques champignons que nous avons pu observer :

Asterophora parasitica = Nyctalis parasitica – le Nyctalis parasite-

Asterophora parasitica = Nyctalis parasitica – le Nyctalis parasite-

~~Ce tout petit champignon pousse sur les vieilles russules en décomposition. Les lames sont épaisses et espacées. Il a été trouvé au col de l’Epine. Asterophora, qui porte des étoiles (cf chlamydospores étoilées)- Nyctalis, du grec nuit – sombre, noir- car il affectionne les Russules noircissantes et mortes (noires).

Baeospora myriadophylla = Collybia lilacea – la Collybie à dix mille feuillets-
Baeospora myriadophylla = Collybia lilacea – la Collybie à dix mille feuillets-

Baeospora myriadophylla = Collybia lilacea – la Collybie à dix mille feuillets-

~~Ce petit champignon n’est pas fréquent, il poussait sur une souche pourrie d’épicéa en montant à la fosse à ours de Montangelier. Les lames sont très serrées, de couleur lilas. Baeospora : très petites spores- myriadophylla : à 10 000 feuilles, à lames très nombreuses.

Volvariella gloiocephala- la Volvaire visqueuse-
Volvariella gloiocephala- la Volvaire visqueuse-

Volvariella gloiocephala- la Volvaire visqueuse-

~~Mireille l’a trouvée dans sa pelouse à Giez. Le chapeau n’était plus visqueux mais il était brillant. Gloio, gluant, visqueux- cephala, tête- Sur cette photo de Roger Fillion on voit bien les lames libres de couleur rose pâle et la volve membraneuse blanche à la base du pied.

Helvella lacunosa – l’Helvelle lacuneuse-

Helvella lacunosa – l’Helvelle lacuneuse-

~~Un Ascomycète- le pied est creusé de sillons, le chapeau lobé ondulé, de couleur gris sombre.

Leptopodia elastica = Helvella elastica – l’Helvelle élastique- (à gauche)

Leptopodia elastica = Helvella elastica – l’Helvelle élastique- (à gauche)

~~Encore un Ascomycète - le pied est lisse, le chapeau a 2-3 lobes brun très pâle, on a vu par moment la sporulation. Lepto- mince, podia, pied-

Pulcherricium caeruleum – une « croûte » qui pousse sur le bois mort –

Pulcherricium caeruleum – une « croûte » qui pousse sur le bois mort –

~~ Quelle belle couleur bleu violacé foncé ! (du latin pulcher, beau- caerul-, bleu, couleur de ciel)

Gyromitra infula – le Gyromitre en turban-

Gyromitra infula – le Gyromitre en turban-

~~Chapeau brun-rouge formé de gros lobes faisant penser à un turban. Champignon toxique !

Amanita phalloides – l’Amanite phalloïde –

Amanita phalloides – l’Amanite phalloïde –

~~Ces Amanites phalloïdes ont été cueillies le 18 octobre dans la forêt de la Semine, près de Bellegarde. Rappelons que c’est un champignon mortel. Il faut apprendre à le reconnaitre pour éviter les confusions avec d’autres champignons.

Entoloma lividum – l’Entolome livide –

Entoloma lividum – l’Entolome livide –

~~Le même jour, dans la même forêt, une belle cueillette d’Entolomes livides ! Cette espèce est avec l’Amanite phalloïde, la responsable de la majorité des intoxications. Elle peut même être mortelle pour des sujets jeunes ou des personnes affaiblies.

Lepiota procera - Lépiote élevée, Coulemelle

Lepiota procera - Lépiote élevée, Coulemelle

Et pour terminer, un champignon comestible, la Coulemelle ou Lépiote élevée.

Monique et Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 21:18

~~Chaque année nous cueillons quelques Tricholomes prétentieux, mais c’est la première année que nous en trouvons en si grandes quantités ! Le Suédois Elias Magnus Fries, le « père de la mycologie », a nommé ce champignon Agaricus portentosus en 1821. Lucien Quélet l’a placé en 1872 dans le genre Tricholoma. Tricholoma portentosum – Tricholome prétentieux- Charbonnier - Bise d’automne - Bise d’hiver - Petit gris d’automne- Petit-gris jaune- C’est une espèce tardive que nous avons pu présenter fin septembre à notre exposition, mais elle est bien plus abondante depuis la mi-octobre.

Automne 2015 : une bonne saison pour les prétentieux !

~~Chapeau gris ardoise brillant avec des fibrilles, aspect gras, visqueux - Lames blanches avec reflets jaunes - Pied blanc souvent lavé de jaune- Odeur agréable de farine, d’huître, de marée- saveur de farine. Sous pins, épicéas…

Automne 2015 : une bonne saison pour les prétentieux !

~~Comment un champignon peut-il être « prétentieux » ? Dessin de Roland Sabatier, extrait du livre « Le gratin des champignons » (chez Glénat- 1986- nouvelle édition en 2012).

Automne 2015 : une bonne saison pour les prétentieux !

~~Prétentieux : qui estime, par vanité, avoir une certaine supériorité, qui cherche à se mettre en valeur pour des qualités qu’il n’a pas- qui fait preuve de trop de vanité. Antonyme : humble, modeste. Portentosus : miraculeux, prodigieux, extraordinaire, presque incroyable… Ce mot ne signifie pas « prétentieux » ! Alors pourquoi l’appelle-t-on Tricholome « prétentieux » ? Ce serait peut-être plus juste de l’appeler « Tricholome merveilleux »…. En anglais et en allemand, il n’est pas question de « prétentieux » : Grey and yellow Knight-cap- Schwarzfaseriger Ritterling- Quoiqu’il en soit, le Tricholome prétentieux est un beau champignon que nous avons plaisir à rencontrer, c’est un très bon comestible.

Automne 2015 : une bonne saison pour les prétentieux !

~~Mais attention ! Il ne faut pas le confondre… avec le Tricholome tigré, Tricholoma pardinum, plus charnu, toxique (il provoque de graves troubles gastro-intestinaux)

Automne 2015 : une bonne saison pour les prétentieux !

~~avec le Tricholome vergeté, Tricholoma virgatum, immangeable à cause de sa saveur amère

avec le Tricholome de Josserand, Tricholoma josserandii, toxique (il provoque des troubles gastro-intestinaux)

Automne 2015 : une bonne saison pour les prétentieux !

~~avec le Tricholome disjoint, Tricholoma sejunctum, plus jaune et amer… etc.

Automne 2015 : une bonne saison pour les prétentieux !

~~PRUDENCE- ON NE CONSOMME QUE DES CHAMPIGNONS QUE L’ON CONNAIT BIEN ET EN QUANTITE MODEREE.

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 10:37

La pluie n’a pas découragé Claudie et Stéphane : ils apportent 2 cagettes pleines de champignons variés à déterminer. C’est l’occasion de réviser certaines espèces qui ont déjà été vues cet automne et de féliciter Mireille, une « nouvelle » qui a bien progressé.

 

Deux curiosités :

 

Cordyceps capitata, le Cordyceps à tête, un champignon qui parasite un autre champignon, la truffe des cerfs, Elaphomyces granulatus, une fausse truffe immangeable, peut-être appréciée par les cerfs ?  Le pied est long, épais, jaunâtre. Le chapeau brunâtre  porte des périthèces sur la cuticule : dans ces petites poches (à regarder à la loupe ou au microscope !) se trouvent les asques qui contiennent les spores du champignon (Ascomycète).

 

Cordiceps-capitata-.jpg

D’autres Cordyceps parasitent des insectes. Comme par exemple le fameux Ophiocordyceps sinensis, le Cordyceps de Chine, Yarsagumbu, le « champignon chenille » aux mille vertus qui vaut de l’or.

 

wildcordycepsWild-Cordyceps-Cordyceps-Sinensis-Dong-Chong-Xia-Cao-.jpg

                                                                 photos Internet

 

Cordyceps-sinensis-Garance-N---4-.JPG                                   Garance voyageuse n° 42, article très intéressant à lire !


Des familles entières vont le récolter dans les montagnes de l’Himalaya pour le vendre aux Chinois qui paient très cher ce champignon réputé pour ses propriétés aphrodisiaques, un Viagra naturel qui stimule aussi le système immunitaire et qui est censé procurer une jeunesse éternelle. Les spores du champignon colonisent une chenille, Hepialus fabricius, la chenille se momifie et s’enterre tandis qu’une sorte de corne sort de la terre…

 

 L’Hydne cure-oreille, Auriscalpium vulgare, est un tout petit champignon à chapeau velouté brun foncé. Il est facile à reconnaître : hyménium à aiguillons comme le Pied de mouton ;  pied  grêle, inséré latéralement ; il pousse sur les cônes de pins enfouis dans la terre, plus ou moins décomposés.

 

P1170032.jpg

 

Auriscalpium-vulgare-.jpg

 

 Claudie nous montre une drôle de chenille, toute petite, Apoda limacodes qui  n’a pas de pattes (« apoda »), elle rampe comme une limace (« limacodes ») en glissant par des mouvements ondulatoires sur un pied musculaire sécrétant un mucus adhésif. Claudie l’a trouvée sur des feuilles de hêtre tombées à terre, dans une forêt au-dessus de Faverges.

La chenille photographiée le lendemain : déjà fixée, prête à se nymphoser.

 

LIM-cf-Apoda-limacodes-chenille-Faverges-Prafeu.JPG

 La chenille n’a pas tardé à construire son cocon dans lequel elle passera l’hiver cachée dans les feuilles mortes.  

 

Apoda-limacodes-cocon-copie-1.jpg

 

Espérons que dans quelques mois Claudie pourra nous montrer le papillon,  un tout petit papillon de nuit d’aspect un peu terne…

 

Jean-Marc a installé le matériel, nous regardons quelques photos : le diaporama de Roger Fillion qui montre quelques-unes des 148 espèces rencontrées et un diaporama de Maurice Durand  sur un tout petit coprin qui  a une grosse tête, Coprinus macrocephalus, il est d’une élégance incroyable, très fin, tout blanc… et pourtant il pousse sur les bouses ! Les superbes  photos ont été très appréciées, bravo et merci aux photographes.

 

Pour terminer, Nicole a partagé son gâteau ardéchois à la crème de marrons et Robert a ouvert des bouteilles de cidre.

 

13-11-5-derniere-reunion-myco-Gr-Nature.JPG 

Regardez, il est sur la table ! Gâteau excellent, merci Nicole et François ! La recette se trouve à la page 53 du bulletin annuel  2011.

Pour les nouveaux qui n’ont pas ce bulletin, la voici :

 

Mélanger 2 oeufs, 100 g de sucre, 2 cuillères à soupe de rhum, 1 pincée de sel

Ajouter 100 g de farine et 1 c à soupe de levure chimique, mélanger jusqu'à ce que la pâte soit homogène

Travailler 100 g de beurre pour le ramollir, l'ajouter à  200 g de crème de marrons vanillée. Lorsque le mélange est bien lisse, l'incorporer à la pâte.

Beurrer un moule,  verser la préparation jusqu'à mi-hauteur.

Faire cuire à four modéré (thermostat 5) pendant 40 mn

                           

Nous avons passé une bonne soirée. Tant pis pour ceux qui ont oublié de venir !

 

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 21:56

     Avec ses longs aiguillons pendants (3-5 cm),  blancs puis jaunâtres, l’Hydne hérisson est très facile à reconnaître. Sa forme originale lui a valu de nombreux noms : Lion’s Mane Mushroom (crinière de lion), Hedgehog Mushroom  (champignon hérisson), Igel Stachelbart, Pom Pom Mushroom etc

Dans « Champignons du nord et du midi », André Marchand nous rappelle que Quélet a comparé à un ornement militaire ce champignon qui ressemble en effet à une grosse épaulette garnie de franges pendantes. 

 

     La saveur est douce, l’odeur assez forte rappelle celle du lait caillé.

 

     L’Hydne hérisson est une espèce tardive qui pousse sur des feuillus en mauvaise santé (chênes, hêtres, noyers, platanes, frênes, érables, pommiers etc…)

Je l’ai trouvé cette année à Marlens (74), le 14 octobre, sur un jeune chêne, à la base du tronc.

 

Notre ami Roger F. l’a photographié sur un hêtre au Poisat (01).

 

Hericium-erinaceus-RF-le-Poisat--01--01.11.12.jpg

                                                                                                                    Photo : Roger Fillion

 

     C’est un champignon comestible lorsqu’il est jeune. Mais il serait dommage de le manger, car ce champignon est assez rare.

 

     Au Japon et en Asie, il est cultivé pour la consommation mais aussi pour ses propriétés médicinales.

 

Hydne hérisson propr médicin

      En effet, Hericium erinaceus a de nombreuses vertus thérapeutiques.

Il maintient et régénère les neurones périphériques : cela apporte un nouvel espoir dans le traitement des maladies neurologiques dégénératives comme la sclérose en plaque ou la maladie d'Alzheimer. Il retarde aussi la dégénérescence rétinienne.

Son efficacité est également prouvée dans le traitement des ulcères et des inflammations du tube digestif.

De plus, il a des propriétés immunostimulantes et anticancéreuses remarquables.

 

 

     Nous pouvons aussi rencontrer l’Hydne en corail, Hericium coralloides, une espèce lignicole qui pousse surtout sur le Sapin : beaucoup plus ramifiée, aux aiguillons beaucoup plus courts.

Noêl B. l’a récolté le 16 octobre 2001, puis le 10 octobre 2006 sur Sapin, au Montet au-dessus d’Englannaz (74).

Roger F. a photographié cette espèce spectaculaire au  plateau des Glières, sur Epicéa, le 13 décembre 2010.

 

Hericium-coralloides.jpg

                                                                                                           Photo : Roger Fillion

 

     Hericium clathroides pousse sur les feuillus, en particulier sur le hêtre.

 

     Ces belles espèces ne sont pas très communes ! Il faut les protéger !

 

                                                                                                                      Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 22:31

Merci aux amis courageux qui ont répondu présent à l’invitation du Groupe Nature malgré un temps peu engageant : ils sont venus de Montmélian, d’Albertville, d’Ugine et même de Modane.  Les amis de Moûtiers, pris par une exposition de champignons à Naves, n’ont pas pu venir.

Ils ont été accueillis au Plan d’eau de Marlens par des membres du Groupe Nature. Il pleuvait… Mais grâce à la débrouillardise et au dévouement de Paul, aidé de Jean-Marc, tout ce petit monde a pu prendre le café au sec, sous un chapiteau dressé près du parking.

 

café Sabrina DSCF7254

 

Puis ils sont partis en prospection équipés pour la pluie et munis de gilets fluo (ouverture de la chasse !). 2 sites ont été choisis : « Les Combes » à Seythenex et le « Col de l’Epine » à Marlens.

 

groupe-avec-gilets-fluo-dans-la-foret-Sabrina-70.JPG

 

Intersocietes-myco-13-Odette.JPG

 

Après le pique-nique convivial, les champignons récoltés ont été déterminés par Daniel R-M et Serge M.  J’ai été heureuse de rejoindre le groupe : la cheville dans le plâtre depuis 4 semaines, je suis privée de sorties dans la montagne et dans les bois, privée de réunions, privée de fleurs, de papillons, de champignons etc. !

 

Monique-platre-intersoc-myco-13-Odette-copie-1.JPG

 

Serge a donné des explications très claires, avec des anecdotes parfois amusantes, comme par ex. cette dame qui contestait la toxicité du Paxille enroulé : « Monsieur, je vous dis que j’en mange chaque année depuis 10 ans ! ». Serge lui a répondu : « Mais Madame, c’est à partir de la 11e année qu’il y a des risques ! ». Anecdotes rendant cette séance de détermination très captivante.

 

Determination--4-.JPG

 

Rappelons que Paxillus involutus n’est pas mortel à chaque fois. Les Polonais le consommaient sous le nom de « chanterelle brune ». Mais cru ou mal cuit, ou consommé trop souvent, il peut provoquer la mort. Il a causé la mort du grand mycologue Julius Schäffer (spécialiste des russules) en 1944, à une époque où on ne connaissait pas encore la toxicité de ce champignon. Sa femme a consommé le plat de paxilles sans inconvénients …. « La consommation répétée conduit à un mécanisme de sensibilisation (allergie). »

 

Paxillus-involutus-Pas-du-Roc-73.JPG

                                                  Paxillus involutus, Paxille enroulé

 

Les connaissances évoluent, des champignons réputés comestibles sont reconnus toxiques, par ex. Gyromitra esculenta, qui se traduit par Gyromitre « comestible », le Tricholome équestre..

 

108 champignons ont reçu un nom… (il reste toujours quelques espèces embarrassantes qui restent au fond des paniers ! Pour ces espèces, « détermination poubelle » !)

Voici une petite sélection :

 

cf-Agaricus-silvicola.JPG

                       Agaricus silvicola, un « rosé » à odeur d’anis et jaunissement lent mais intense

 

Calvatia-gigantea.JPG

 

Calvatia-gigantea-interieur-SabrinaDSCF7310.JPG                        Calvatia gigantea = Langermannia gigantea, la vesse de loup géante.  Olivier a repéré ces 2 exemplaires   de     grosseur moyenne, ils peuvent être beaucoup plus gros !) depuis la voiture.

 

Cantarellus-cibarius.JPG

                                Cantharellus cibarius, la chanterelle, de très beaux exemplaires ont été trouvés

 

Catathelasma-imperiale.JPG

                          Catathelasma imperiale= Biannularia imperialis, gros champignon massif. Nom de genre bien difficile à prononcer, « Biannularia », présence de 2 « anneaux », c’était plus simple !

 

Coprinus-micaceus.JPG

                                  Coprinus micaceus, en touffes, sur souches, chapeau ocre à centre poudré

 

Geastrum-quadrifidum-et-sessile.JPG

                        2 espèces de Geaster (aster :étoile- ge.. : de terre) : Geastrum fimbriatum = sessile, pousse sous les conifères et Geastrum quadrifidum.

 

Lentinellus-cochleatus.JPG                                      Lentinellus cochleatus, chapeaux en colimaçon, forte odeur d’anis.

 

  C’est le début de la saison mycologique. Rendez-vous à l’exposition  d’automne du Groupe Nature à la salle polyvalente de Faverges, entrée libre : samedi 28 Septembre, 14h-18h - dimanche 29 Septembre, 9h-18h - lundi 30 Septembre réservé aux scolaires.

 

paniers-intersoc-2013-copie-1.JPG

 

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 09:22

 

Ce champignon n’a ni pied ni lamelles, il est en forme de coupe, rouge écarlate à l’intérieur, plus pâle, rose, à l’extérieur. C’est un Ascomycète. Les spores sont à l’intérieur : on aperçoit  parfois un petit nuage de spores qui sort de la coupe. On dit alors que le champignon sporule.


Sarcoscypha-coccinea--13-.JPG

 

Sarcoscypha-coccinea-Talloires.JPG

Il se développe en hiver (spores d’hiver !) et au début du printemps sur bois pourrissant et sur débris ligneux enfouis.

Il n’est pas toxique, il serait même comestible, mais c’est un champignon rare qu’il vaut mieux laisser en place.

D’après Wikipédia, il a une très large répartition : tout l’hémisphère nord et dans l’hémisphère sud, en Amérique du sud, en Australie…


Sarcoscypha coccinea Talloires (2)

 Les Anglais l’appellent « Scarlet Elf Cup », une coupe écarlate qui servirait aux Elfes ! Les noms allemands sont légèrement plus longs et moins poétiques : Scharlachroter Kelchbecherling ou Zinnoberroter Prachtbecherling…. Son nom latin : Sarcoscypha coccinea (Jacq. : Fr.) Lamb.


Sarcoscypha-coccinea--14-.JPG

 

Sarcoscypha : chair, charnu- vase, coupe

Coccinea fait penser à coccinelle = rouge ! Cocc : grain, pépin, cochenille, kermès, écarlate…

…Le rouge carmin qu’on obtient en broyant les cochenilles Dactylopius coccus qui parasitent les raquettes des cactus « figuiers de Barbarie », Opuntia. C’est le colorant E120 utilisé par les industries alimentaires et pharmaceutiques.

Opuntia-cochenilles.JPGCochenilles-2.JPG

P1040578.jpg

Plantations d'opuntias à Guatiza, sur l'île de Lanzarote (Canaries) pour la culture de la cochenille.

Cette culture est en déclin à cause de la concurrence du marché des colorants synthétiques industriels.


La Pézize écarlate est un champignon facile à reconnaître, me direz-vous !

Eh bien, non ! Les mycologues d’aujourd’hui distinguent 3 espèces différentes en France (cf Guide des champignons d’Eyssartier et Roux- Les articles de Hans-Otto Baral)).

Et ces 3 espèces ne sont pas faciles à distinguer. Microscope indispensable !

S. jurana,  sur bois mort de tilleul

S. coccinea (le « vrai » !), sur hêtre, orme, noisetier, jamais sur tilleul

S. austriaca : sur aulne, érable, saule, robinier….

 

Nous n’avons pas cueilli notre Sarcoscypha…Ce n’est pas S. jurana, il n’y avait pas de tilleuls dans la forêt on nous l’avons trouvé le 22 mars (au-dessus de Talloires, vers le Saut du moine). Un « vrai » coccinea, ou un austriaca ???

 

                                                                                     Monique

 

 


Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 22:16

 

Ce champignon brun-rose ayant la forme d'une petite coupe (2 à 10 cm de diamètre) peut en effet ressembler à une oreille humaine.

La face externe est veloutée, la face interne ridée et veinée. La chair est translucide, gélatineuse, élastique, presque sans saveur.

 

Oreille-de-Judas.jpg

 

Oreille-de-Judas--3-.jpg

Ce champignon assez commun pousse toute l'année même en hiver, sur les troncs de feuillus avec une prédilection pour les sureaux.

Selon les Ecritures Saintes, après avoir trahi Jésus, Judas, rongé par le remords, se serait pendu à un sureau... ce qui explique le nom « oreille de Judas ».

 

Oreille-de-Judas---Copie.jpg

 

C'est un comestible un peu élastique qui se consomme cru en salade ou cuit en accompagnement. On l'appelle "champignon noir" en cuisine asiatique.

 

                                          L'Oreille mésentérique, Auricularia mesenterica

 

Très proche de l’Oreille de Judas, l’Oreille mésentérique colonise les troncs et souches de divers feuillus, qu’elle détruit avec rapidité par une pourriture blanche. Elle est présente toute l’année, mais surtout en hiver.

 

La partie supérieure, stérile, est hérissée de poils blanchâtres et zonée de parties plus foncées à peine tomenteuses.

 

Auricularia-mesenterica-face-sup--2-.jpg

 

La partie fertile ( hyménium) est gris-brun à brun-pourpre et composée de nombreux replis qui font penser au mésentère, c-à-dire à la membrane plissée qui soutient les intestins. Elle est caoutchouteuse et gélatineuse.

 

Auricularia-mesenterica-face-inf.jpg

 

Ce champignon n’est pas comestible.

 

                                                                         Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 10:27

 

Peu répandu, ce Cortinaire pousse aussi bien en plaine qu’en montagne, le plus souvent sous feuillus (chênes …), parfois sous conifères.  Saveur douce, odeur de radis, de pomme de terre…

 

P1010002.JPG

                                                                    Photo prise par Pierre R.

 

Cortinarius-orellanus-12-1-08-myco-Annecy.JPG

Cortinaires-des-montagnes-assiette.jpg

 

Son nom français : Cortinaire couleur de roucou, Cortinaire des montagnes.

On l’aurait appelé « Cortinaire des montagnes »  suite à une erreur d’étymologie…

Cortinaire couleur de roucou, Cortinarius orellanus :

Orellanus de Orellana, nom d’un explorateur espagnol  qui a nommé le fleuve Amazonie. Un arbuste d’Amérique du sud   lui a été dédié, Bixia orellana, le Roucouyer, l’Arbre rouge à lèvre.

 

Bixa-orellana-roucouyer-et-ciel-bleu.JPG

 

Bixa-orellana-fruits--.JPG

Copie-de-Bixa-orellana-fruits-roucou.JPG

 

  C’était  une plante sacrée pour les Indiens. Le fruit à épines molles contient des graines qui servent à faire une teinture rouge. Les Indiens l’utilisaient comme peinture corporelle  (… les « Peaux Rouges » !).

 

Bixa-orellana-Roucou-graines.JPG


 

Aujourd’hui les Guadeloupéens font macérer les graines dans de l’huile « pour remplacer la tomate dans la cuisine ».

 

 

Bixa-orellana--roucou-huile-recette.JPG

 

On utilise le roucou comme colorant alimentaire (E 160b). Certains fromages comme la mimolette, le cheddar, l’édam lui doivent sa couleur orangée. Le roucou servait à teindre les filets de haddock.

Couleur de roucou : ce cortinaire est rouge vif, roux.

 

Les exemplaire photographiés  (lundi  22 octobre, réunion de détermination à Annecy) ont été trouvés près de Rumilly.

 

12-10-08-myco-Annecy----1-.JPG

 

  Jadis, on ne connaissait pas la toxicité de ce champignon. Dans les années 1950, il a beaucoup fait parler de lui, des dizaines de personnes ayant été intoxiquées en Pologne. Depuis on connaît mieux le « syndrome orellanien ».

 

Les premiers symptômes - une dizaine d’heures après l’ingestion- sont bénins.  Les symptômes d’atteinte rénale apparaissent  plusieurs jours après le repas fatal, entre le 4e et le 14e jour. Les intoxications à  « latence » longue sont toujours très graves : on ne pense pas à la possibilité d’une intoxication par des champignons qui sont digérés depuis longtemps et  les reins sont déjà très gravement atteints. Il est trop tard pour agir. La mort survient  le plus  souvent, après de grandes souffrances,  ou, dans le meilleur des cas, dialyse à vie, transplantation rénale…

 

PRUDENCE !

 

                                                                                                 Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans MYCOLOGIE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories