Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 08:29

Le 1e mars on fête l’arrivée du printemps en Bulgarie et aussi dans d’autres pays d’Europe du Sud-Est, Roumanie, Grèce…

En Bulgarie, cette fête s’appelle Martenitsa, ce qui signifie « petit mars » (c’est le diminutif de « mars »).

Martenitsi : Pendo et Pizho

Martenitsi : Pendo et Pizho

On fabrique – ou on achète- des martenitsi, des petites poupées en laine rouge et blanche, un petit bonhomme et une petite bonne femme qui portent le nom de Pendo et Pizho.

Bulgarie, juin 2014

Bulgarie, juin 2014

On offre ce talisman aux amis. On l’épingle à la poitrine côté cœur. On le porte pendant tout le mois de mars, on ne l’enlève que lorsqu’on a aperçu la première hirondelle, une cigogne ou un arbre en fleurs …

On peut aussi l’attacher à une branche d’arbre. C’est ainsi que nous avons pu en photographier début juin 2014 lors de notre voyage en Bulgarie.

L’arrivée du printemps en Bulgarie
L’arrivée du printemps en Bulgarie

Le blanc : couleur de la neige, symbole de l’hiver, du froid … Le rouge : le soleil, la chaleur…

Le rouge, symbole de santé, de force… Le blanc, symbole de longue vie…

Cette tradition est encore très vivace. Aujourd’hui on a tendance à ajouter une troisième couleur : le vert.

On a ainsi les couleurs du drapeau bulgare !

Drapeau bulgare

Drapeau bulgare

                                                                        Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 11:41

 

Lors de nos sorties sur l’île d’Eubée, nous avons observé des tortues terrestres à plusieurs reprises.

 

Elles sont actives de jour. Essentiellement végétariennes, elles consomment également limaces, vers, charognes ou même excréments.

Tortue marginée, Tortue bordée
Tortue marginée, Tortue bordée

Tortue marginée, Tortue bordée

La Tortue bordée ou Tortue marginée - Testudo marginata – Sa carapace est allongée, fortement bombée, très évasée à l’arrière, en forme de jupe. Pas d’éperon corné sur la queue et 1 écaille supracaudale.

 

Carapace évasée, 1 écaille supracaudale
Carapace évasée, 1 écaille supracaudale

Carapace évasée, 1 écaille supracaudale

Tortue marginée -  détail des écailles
Tortue marginée -  détail des écailles

Tortue marginée - détail des écailles

En Grèce, elle est présente au sud de l’Olympe, surtout dans le Péloponèse et sur les îles voisines.

Aussi en Albanie, Sardaigne, Sicile.

Tortue des Balkans, Eurotestudo boettgeri
Tortue des Balkans, Eurotestudo boettgeri

Tortue des Balkans, Eurotestudo boettgeri

La Tortue des Balkans, Eurotestudo boettgeri, Testudo hermanni ssp boettgeri.

Elle peut dépasser 30 cm. Sa carapace ovale, fortement bombée est de teinte assez uniforme, de jaune à noirâtre.

Tortue des Balkans - 2 écailles supracaudales - gros éperon corné
Tortue des Balkans - 2 écailles supracaudales - gros éperon corné

Tortue des Balkans - 2 écailles supracaudales - gros éperon corné

Il faut voir les 2 écailles supracaudales (au-dessus de la queue) : sur la photo, en bas, à droite.

Un gros éperon corné au bout de la queue : la Tortue grecque et la Tortue marginée en sont dépourvues.

Tortue des Balkans - tiques
Tortue des Balkans - tiques

Tortue des Balkans - tiques

En retournant cette tortue, nous avons découvert des tiques : ces Acariens hématophages se fixent là où la peau est fine, à la base des pattes.

N.B. La Tortue d’Hermann, Testudo hermanni hermanni vit dans la partie ouest de l’aire de répartition (Espagne, France, Italie, Corse, Sardaigne, Sicile). Plus petite que la Tortue des Balkans, joues tachées de jaune, couleurs contrastées, du noir et du jaune.

                                                                        Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans REPTILES VOYAGES
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 10:08

 

Le Tordyle d’Apulie, Tordylium apulum – les fruits de cette Apiacée sont très jolis, ils ressemblent à des tartelettes ! - photo de l’ombelle dans l’article précédent, Eubée (3)-

Le Tordyle d’Apulie, Tordylium apulum
Le Tordyle d’Apulie, Tordylium apulum

Le Tordyle d’Apulie, Tordylium apulum

La Pivoine commune de Grèce, Paeonia mascula ssp hellenica avec ses belles fleurs blanches.

La Pivoine commune de Grèce, Paeonia mascula ssp hellenica

La Pivoine commune de Grèce, Paeonia mascula ssp hellenica

Le Salsifis à feuilles de poireau, Tragopogon porrifolius – il peut être rose ou blanc, les 8 bractées dépassent les ligules.

Le Salsifis à feuilles de poireau, Tragopogon porrifolius
Le Salsifis à feuilles de poireau, Tragopogon porrifolius

Le Salsifis à feuilles de poireau, Tragopogon porrifolius

Le Grand Mélinet, Cerinthe major – une Borraginacée… glabre !

Le Grand Mélinet, Cerinthe major

Le Grand Mélinet, Cerinthe major

La Centaurée radis, Centaurea raphanina

La Centaurée radis, Centaurea raphanina

La Centaurée radis, Centaurea raphanina

L’Ortie à pilules, Urtica pilulifera – fleurs femelles en têtes globuleuses

L’Ortie à pilules, Urtica pilulifera

L’Ortie à pilules, Urtica pilulifera

L’Asphodéline jaune, Asphodelina lutea – tige feuillée, feuilles raides et pointues

L’Asphodéline jaune, Asphodelina lutea

L’Asphodéline jaune, Asphodelina lutea

L’Anémone écarlate, Anemone pavonina – les fleurs sont violettes ou rouges

L’Anémone écarlate, Anemone pavonina

L’Anémone écarlate, Anemone pavonina

 

Le Biarum à feuilles fines, Biarum tenuifolium – spathe et spadice long et étroit, pourpre foncé, les feuilles très fines ne sont pas visibles à la floraison.

Le Biarum à feuilles fines, Biarum tenuifolium

Le Biarum à feuilles fines, Biarum tenuifolium

Le Trèfle à feuilles étroites, Trifolium angustifolium

Le Trèfle à feuilles étroites, Trifolium angustifolium

Le Trèfle à feuilles étroites, Trifolium angustifolium

L’Orcanette de Grèce, Alkanna graeca- endémique du sud de la Grèce

 L’Orcanette de Grèce, Alkanna graeca

L’Orcanette de Grèce, Alkanna graeca

La Clypéole jonthlaspi, Clypeola jonthlaspi - cette Brassicacée a des fleurs assez insignifiantes mais des siliques bien particulières, rondes comme des boucliers (clypeus = bouclier en latin). Cette plante est présente à Faverges dans les rochers au-dessus de Viuz (rare !)

La Clypéole jonthlaspi, Clypeola jonthlaspi

La Clypéole jonthlaspi, Clypeola jonthlaspi

La Vesce œil noir, Vicia melanops – vesce à corolle jaune verdâtre et extrémité des ailes tachée de brun foncé. Présente en France mais très localisée.

La Vesce œil noir, Vicia melanops

La Vesce œil noir, Vicia melanops

 

Le Frêne à fleurs, l’Orne, Fraxinus ornus – un Frêne à fleurs blanches en grappes dressées ou pendantes. Cultivé dans le sud de l’Italie pour la manne, substance sucrée qui exsude des feuilles et qui constituait jadis une des ressources de la Sicile.

Le Frêne à fleurs est présent dans notre région : à la sortie d’Ugine en direction des gorges de l’Arly, à Duingt dans le virage, au Roc de Chère. Pour le repérer facilement, il faut qu’il soit en fleurs.

Le Frêne à fleurs, l’Orne, Fraxinus ornus

Le Frêne à fleurs, l’Orne, Fraxinus ornus

Le Bugle oriental, Ajuga orientalis - bractées souvent lobées et teintées de bleu violet, corolles bleu violet, à tube sans anneau de poils interne, étamines incluses dans le tube de la corolle. Sud de l’Europe, de la Sardaigne et l’Italie méridionale à la Turquie et la Crimée, Crète, région égéenne, plus à l’est, atteint le Moyen-Orient et le N-O de l’Iran.

 Le Bugle oriental, Ajuga orientalis
 Le Bugle oriental, Ajuga orientalis

Le Bugle oriental, Ajuga orientalis

Le Lamier bifide, Lamum bifidum. ssp. balkanicum - fleurs roses, tube droit, oreilles de lapin ( !)…beaucoup plus petit que L. garganicum.

Le Lamier bifide,  Lamum bifidum. ssp. balkanicum
Le Lamier bifide,  Lamum bifidum. ssp. balkanicum

Le Lamier bifide, Lamum bifidum. ssp. balkanicum

Le Trèfle à une fleur, Trifolium uniflorum – Tiges très peu développées, fleurs solitaires ou par 2, relativement grandes, blanches ou rosées : ce Trèfle forme des tapis.

En France : naturalisé sur le môle de Cassis, 1859, mais station détruite en 1944 lors de l’extension du port.

Le Trèfle à une fleur, Trifolium uniflorum

Le Trèfle à une fleur, Trifolium uniflorum

Le Pistachier lentisque, Pistacia lentiscus

Nous avons goûté le « Mastiha de Chios », une résine naturelle aromatique sécrétée sous forme de larme provenant de l`arbre à mastic, Pistacia lentiscus var.chia.

Dès l`Antiquité, le mastiha de Chios fut reconnu tant pour son arôme particulier que pour ses qualités thérapeutiques. Il fut enregistré comme la première gomme à mâcher naturelle du monde ancien. Le mastiha de Chios est depuis 1997 un A.O.C.

« Le Mastiha de Chios : une larme qui réjouit, parfume, soulage, guérit ! »

Le Pistachier lentisque, Pistacia lentiscus

Le Pistachier lentisque, Pistacia lentiscus

                                     Dominique S. (photos) Claudie D. (texte)

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES PLANTES
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 11:33

Juste à l'Est de Noirmoutier (Vendée), s'étend le Marais Breton au centre duquel est implanté le village de Bouin. Avant la réalisation des levées de terre, puis des digues, Bouin était une ile régulièrement soumise aux tempêtes et autres raz-de-marée.

Visite d'une nurserie d'huitres

L'activité sur ce marais a longtemps été tournée vers la production de sel, avant d'être aujourd'hui essentiellement ostréicole. Entre le Port des Champs et le Port du Bec, une zone gagnée sur la mer (polder) et protégée par une digue est alimentée en eau de mer par un canal (étier). Cette eau y entre à marée haute et en ressort à marée basse, par des écluses, au niveau de la sortie du Port du Bec.

Visite d'une nurserie d'huitres

Ce port de pêche reste très actif encore aujourd'hui et surprend avec ses ponts de bois, d'un autre âge semble-t-il.

Visite d'une nurserie d'huitres

Sur ce site poldérisé, sont implantées 20 entreprises qui font "grandir" les huitres avant de les emmener en mer pour qu'elles prennent leur taille normale : ce sont les nurseries d'huitres. Les nurseurs se fournissent en essaims auprès d'écloseurs (5 en France). La production française annuelle est de 4 à 500 millions d'essaims (1 million d'huitres par essaim).

Les micro-huitres (2-3mm) sont placées en couche régulière dans des tamis qui sont plongés pendant 2 à 3 mois dans des bacs où circule en continu de l'eau de mer.

Visite d'une nurserie d'huitres
Visite d'une nurserie d'huitres

L'exploitant surveille leur croissance régulière en s'assurant qu'elles sentent bien l'eau de mer et qu'elles ont une belle dentelle (transparence du pourtour de la coquille). Les huitres malades ou mortes sont rejetées.

Visite d'une nurserie d'huitres

Le PH de l'eau de mer est surveillé ainsi que la température 17-18°. On y ajoute des diatomées provenant d'eau de mer pompée dans le sol et riche en phytoplancton. Ces micro-algues se développent en 3 jours dans 3 bassins différents avant d'être ajoutées à l'eau de mer qui circulent dans les bassins et traversent les tamis.

Les bébés huitres grandissent été comme hiver, mais un peu moins vite en hiver. Quand elles atteignent 1.5cm de diamètre, les huitres sont mises en poches à mailles adaptées à leur taille (4, 9 ou 14mm).

Visite d'une nurserie d'huitres

Les poches sont posées en mer sur des tables (700 tables / ha) et sont retournées régulièrement : au moins 1 fois par mois.

Visite d'une nurserie d'huitres
Visite d'une nurserie d'huitres

Il faut 2 à 3 ans pour "faire une huitre".

La visite s'est terminée par une dégustation d'huitres et un verre de l'incontournable Muscadet.

Pierre

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES DIVERS NATURE
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 17:15

~~(Voir l’article de Pierre « Du safran en Chartreuse » 13 nov. 2015)

~~Comme c’est agréable de se promener dans les souks et de regarder les échoppes d’épices ! Chez nous, les épices sont vendues en petits flacons (« Ducros se décarcasse… »),

En Tunisie, au Maroc, vous voyez de gros tas d’épices de toutes les couleurs. Voici quelques photos prises lors de nos voyages …

A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…

~~Bien sûr, il manque l’ambiance, les odeurs….

A propos du safran…

~~Le prix n’est pas affiché, il faut marchander. Mais vous allez acheter un sachet de cette poudre jaune à un prix dérisoire- rien à voir avec les prix du safran en poudre pratiqués chez nous. Le touriste croit avoir fait une bonne affaire.

En fait, ce n’est pas du safran, Crocus sativus- C’est du curcuma en poudre. Curcuma longa, curcuma, safran des Indes, « safran pays » à la Réunion- Famille des Zingibéracées comme le gingembre.

Le curcuma est cultivé dans les pays tropicaux, Inde, Sri Lanka, Java, Philippines, Madagascar, Brésil… On récolte le rhizome, on le réduit en poudre. C’est l’un des principaux composants du curry, beaucoup utilisé dans la cuisine en Inde, pour sa couleur et pour son goût, il aurait des propriétés médicinales. C’est un produit bon marché.

A propos du safran…

~~On conseille toujours de ne pas acheter le safran en poudre car il est facile de falsifier la poudre. Là c’est de la « fleur » de safran, est-ce mieux ?

Non, ce n’est pas du safran, c’est du carthame. Carthamus tinctorius, safran égyptien, safran bâtard, safran des teinturiers. Les ligules du « chardon à huile » sont séchées.

C’est une Astéracée (Composée) cultivée en Europe méridionale, en Afrique du Nord… Peu de goût, mais un grand pouvoir colorant. L’huile obtenue à partir des graines est vendue dans les magasins diététiques.

Carthamus tinctorius, Safran bâtard, Carthame (photo Internet)

Carthamus tinctorius, Safran bâtard, Carthame (photo Internet)

A propos du safran…

~~Ici on vend des « pestiles » de safran- des pistils de safran ?

On utilise le pistil du safran, composé de 3 stigmates de couleur rouge… Mais ce n’est pas du safran, c’est encore du carthame – à moins que ce soit du Souci (Calendula), ce qui n’est pas mieux…

~~Si on dit au vendeur de faux safran qu’on désire du vrai safran, il voit qu’il a affaire à un connaisseur, il va chercher dans l’arrière-boutique un tout petit sachet qui contient quelques grammes de filaments (stigmates) de safran et il sort une petite balance pour peser les métaux précieux….

~~Au Maroc, on cultive le vrai safran dans la région de Taliouine.

En juin 2011 nous avons logé à l’hôtel « le Safran » :

A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…

~~Taliouine, hôtel le Safran : "Crocos était un jeune homme très beau, amoureux de la nymphe Smilax et ami d’Hermès, dieu des marchands et des voleurs. Un jour, pendant une partie de lancer du disque, Crocos fut tué accidentellement, frappé en pleine tête par le disque lancé par Hermès. Trois gouttes de sang coulèrent de sa blessure et tombèrent sur le sol. A cet endroit une petite fleur mauve aux stigmates apparut : krokos, le safran, Crocus sativus."

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES VOYAGES
commenter cet article
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 21:24

~~ Proposé par le Groupe Nature de Faverges

Mardi 16 février à 20 heures, Maison des Associations

(au-dessus de l’Office du Tourisme)

Entrée libre

~~ Les interminables heures de vol pour rejoindre ce continent des antipodes sont oubliées dès que l’on pose le pied sur le sol australien.

Déjà dans les plates-bandes de l’aéroport de Perth, la Patte de Kangourou (Anigozanthos) nous projette ses corolles étranges.

Anigozanthos manglesii

Anigozanthos manglesii

~~Ensuite, d’un espace protégé à l’autre, ce n’est qu’émerveillement devant ces plantes qui appartiennent à des familles ignorées de notre sol européen.

Les Protéacées, famille gondwanienne avec les Banksias, Grevillea, Hackea et tant d’autres, rivalisent d’inventions florales avec les très diverses Myrtacées, Fabacées.

Regelia velutina

Regelia velutina

~~D’autres comme les Stylidiacées, ont développé de surprenantes stratégies pour assurer leur pollinisation.

Bref, à chaque pas c’est la surprise qui fait oublier un peu la mainmise de l’Homme sur ces territoires au sol et au climat propices à la culture intensive.

Le sud-ouest australien est non seulement le grenier de toute l’Australie, mais c’est un des réservoirs de biodiversité floristique (hot spot) les plus remarquables au monde.

En effet, cette région est riche de plus de 4000 espèces sur les 19 000 que compte le continent australien dans son ensemble. Le taux d’endémisme y est aussi très élevé. La faune est également très particulière, même si elle est d’approche plus difficile.

~~Ces observations ont été réalisées lors du voyage d’étude dans le sud-ouest de l’Etat d’Australie Occidentale (Western Australia) organisé par la Société Botanique de France du 28 septembre au 12 octobre 2104.

Jacques BORDON

~~Venez nombreux !

Faites suivre l’info à vos amis.

Pensez à informer ceux qui n’ont pas internet.

~~Prochains diaporamas :

Mardi 15 mars : « Les plantes bulbeuses », Jean-Claude Moiron

Mardi 5 avril : « Les étages de végétation », Roger Fillion

Mardi 26 avril : « Séjour en Andalousie orientale", 23-29 mars 2015 », Pierre Melin

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES PLANTES
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 18:22

~~Lors de notre voyage, nous avons rencontré dans le désert de Tabernas - plus précisément dans le Barranco de Rioja - un lézard endémique du nord-ouest de l’Afrique, du Portugal et du sud de l’Espagne : l’Acanthodactyle commun ou Acanthodactyle de l’Atlas, Lézard à pieds épineux, Lézard fouette-pieds, Acanthodactylus erythrurus. Des épines sont disposées comme un peigne sur les orteils des pattes postérieures (acantha, « épine » et dactylos, « doigt »). Ces sortes de « raquettes » sont très utiles pour courir sur le sable ! Ce lézard extrêmement rapide n’est pas facile à photographier !

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques belles rencontres (6)
En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques belles rencontres (6)

~~Sa posture est caractéristique : il redresse l’avant de son corps pour fixer les prédateurs.

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques belles rencontres (6)

~~ Photo d’un adulte (18-20 cm), dos brun orné de rayures blanches longitudinales, points noirs et jaunes sur les flancs, ventre blanc, queue très mince, effilée, fortement gonflée à la base chez les mâles adultes.

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques belles rencontres (6)

~~Un juvénile noir à rayures blanches, queue et cuisses rouge vif (cf Acanthodactylus erythrurus : erythros, « rouge » et urus, queue)

26 mars, Barranco de Rioja

26 mars, Barranco de Rioja

~~Un papillon commun dans le sud de l’Espagne et du Portugal, le Zébré du Sisymbre, Euchloe belemia – Dessus blanc taché de noir, dessous vert à bandes blanches. Nous l’avons vu plusieurs fois au cours de notre séjour : dans le Barranco de Rioja, à Tabernas et aussi au Cabo de Gata, en arrière de la plage de Rodalquilar.

26 mars, Barranco de Rioja
26 mars, Barranco de Rioja

26 mars, Barranco de Rioja

~~Mimétisme étonnant !

Il se distingue facilement des autres Marbrés (Euchloe sp) qui ont un revers tacheté de vert alors que celui-ci est zébré. Chenilles sur diverses Brassicacées (Sisymbrium, Diplotaxis…)

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques belles rencontres (6)

~~ Dans les Lauriers roses (Nerium oleander) et en particulier dans leurs fruits, nous avons observé de nombreuses punaises rouges et noires : Caenocoris nerii, la Punaise du laurier rose.

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques belles rencontres (6)

~~Elle est arrivée dans le sud de la France il y a quelques années seulement : vous l’y rencontrerez peut-être !

26 mars, Barranco de Rioja
26 mars, Barranco de Rioja

26 mars, Barranco de Rioja

~~Le Scorpion languedocien ou Scorpion jaune – Buthus occitanus – il se cache la journée sous les pierres : avant de le trouver nous avons soulevé un bon nombre de cailloux ! La nuit, il chasse les araignées et les scolopendres. Doré à orangé, pinces fines, queue épaisse et puissante, 5 petits yeux latéraux situés de chaque côté, très en avant de la tête et 2 yeux plus grands situés en arrière.

23 mars, Cabo de Gata, Moulin de Genoveses
23 mars, Cabo de Gata, Moulin de Genoveses

23 mars, Cabo de Gata, Moulin de Genoveses

~~Du Var aux Pyrénées-Orientales, Péninsule Ibérique où il est largement répandu. Attention, sa piqûre est très douloureuse !

Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 14:18

~~Dans le Désert de Tabernas, situé au nord d’Almeria entre la Sierra de los Filabres et la Sierra Alhamilla, le climat est très sec (pluies rares, mais alors pluies torrentielles qui ravinent les terrains). Les températures sont élevées, le soleil brille 3000 heures par an. Sur la plate-forme solaire d’Almeria, la plus grande d’Europe, des chercheurs travaillent sur des technologies de pointe

En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)

~~On peut visiter des villages décors de western où de nombreux films ont été tournés : Lawrence d’Arabie, le dernier des Mohicans, les 7 Mercenaires, le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois dans l’Ouest etc.

En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)

~~La végétation est clairsemée… Peu de fleurs, même fin mars avant les grosses chaleurs…Pas une seule orchidée…

En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)

~~Mais certaines plantes qui poussent là sont tout à fait originales. Par exemple, Euzomodendron bourgaeanum, une Brassicacée (= Crucifère) arbustive de 50 cm de haut, fleurs jaune pâle veinées de pourpre, feuilles charnues, velues.

En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)
En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)

~~ Cette plante ressemble à Eruca sativa, la Roquette, mais c’est une plante endémique du Désert de Tabernas qu’on ne trouve nulle part ailleurs…

En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)

~~…et Ernest Saint Charles Cosson a dédié en 1815 cette plante andalouse à …un haut savoyard, Eugène Bourgeau.

En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)

~~Eugène Bourgeau est né en 1813 à Brison, un petit village perché à 1000 m d’altitude sur le plateau de Solaison au-dessus de Bonneville. Il aimait accompagner son oncle Timothée Moënne-Loccoz, guide attitré des botanistes suisses. Le directeur du jardin botanique de Lyon le remarqua et le prit à son service. Puis des botanistes célèbres l’ont engagé pour qu’il collecte des plantes en Espagne, en Afrique du nord, dans les îles Canaries, en Turquie, au Canada, au Mexique ….

En Andalousie avec Pascal Jarige- Le Désert de Tabernas (5)

~~Extrait du discours de Cosson à Bonneville en 1866 à la session extraordinaire de la Société Botanique de France : « … Bourgeau, le parfait collecteur, brave soldat de la science que nos vœux suivent aussi en ce moment sur les tierras calientes du Mexique…M. Bourgeau est un enfant du pays, et l’éloge que j’ai à en faire trouve naturellement sa place dans une séance tenue dans cette ville, pour ainsi dire sa patrie… Bourgeau n’est pas à vrai dire un savant : mais, par son aptitude pour l’histoire naturelle et son zèle, il a su suppléer aux lacunes de son éducation première. Il a le coup d’œil du naturaliste et souvent sur le terrain a su reconnaître des plantes comme espèces nouvelles pour la science… Toute la vie de M. Bourgeau est un exemple frappant de ce qu’un homme, même issu des rangs inférieurs de la société, peut obtenir par la volonté et la persévérance, qualités distinctives de l’enfant des Alpes… »

 Cette Brassicacée pousse à Ténérife, au pied du Teide, elle est dédiée à Bourgeau.

Cette Brassicacée pousse à Ténérife, au pied du Teide, elle est dédiée à Bourgeau.

C’est en Turquie que j’ai photographié cette fougère, Asplenium bourgaei

C’est en Turquie que j’ai photographié cette fougère, Asplenium bourgaei

~~Rendons hommage à ce botaniste savoyard méconnu ! Il a exploré des pays lointains à une époque où les voyages étaient de véritables expéditions. Né dans une famille modeste, il n’a pas fait d’études, mais il est devenu le « Prince des récolteurs », très apprécié des grands botanistes de l’époque. 141 plantes portent son nom, p. ex. Descurainia bourgaeana, Euphorbia bourgeana, Limonium bourgeaui, Centaurea bourgaei, Marrubium bourgaei, Muscari bourgaei, Pyrus bourgaeana, Heliconia bourgeana, Saxifraga bourgeana, Astragalus bourgovii, Rosa acicularis var. bourgeauiana etc… Au Canada il y a un Mount Bourgeau (2930 m) et un lac Bourgeau….

Monique et Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES PLANTES
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 12:03

~~ Le programme de la session nous promettait de découvrir Ophrys speculum, O. tenthredinifera, O. fusca, Orchis saccata et Barlia robertiana. Nous n’avons pas été déçus puisque nous les avons vus tous les cinq, parfois après pas mal de recherche et pour un, un peu trop tard. A Sorbas le 24 mars, nous trouvons 2 espèces protégées en France (Protection Nationale) : Ophrys speculum, l’Ophrys miroir dont quelques stations de quelques pieds auraient été relevées en Rhône-Alpes et Ophrys tenthredinifera, l’Ophrys guêpe, fleurs rose, brun et jaune, non présent en Rhône-Alpes, très rare ailleurs en France.

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)
En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)
En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)

~~Le lendemain c’est à proximité de la Plage des Morts à Carboneras que nous découvrons 2 ou 3 pieds de Orchis saccata = Anacamptis collina (Orchis des collines ou Orchis à bourse), hélas fanés. L’espèce a disparu de France où elle était en limite nord de son aire. L’une des 2 localités connues a été détruite en 1988 par des travaux de défrichement : dernière station connue, Hyères dans le Var. La photo présentée ci-dessous provient du site de la SFO (Société Française d’Orchidophilie).

(Photo prise sur le site de la SFO)
(Photo prise sur le site de la SFO)

(Photo prise sur le site de la SFO)

~~Il faut attendre la veille du retour en France (le 28 mars) pour voir dans la Sierra de Cabrera plusieurs pieds de Barlia robertiana = Himantoglossum robertianum (repérés depuis le véhicule). C’est l’Orchis géant ou Orchis à longues bractées. Plante robuste, précoce, les rosettes sortent à l’automne. En France cette espèce est en expansion vers le nord (quelques pieds isolés dans la Loire, la Savoie, l’Ain…) et de ce fait elle a perdu son statut de protection nationale en 1997.

photo prise à Brison (73), le 9-4-2012
photo prise à Brison (73), le 9-4-2012

photo prise à Brison (73), le 9-4-2012

~~Un peu plus loin nous trouvons enfin quelques exemplaires d’Ophrys fusca ou Orchis brun, allusion à la couleur du labelle. Ce taxon n’est pas présent en Rhône-Alpes et est protégé dans plusieurs autres régions

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)
En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)

~~Cinq orchidées seulement ! C’est un peu décevant quand on sait que cette partie occidentale de l’Andalousie en compte une trentaine d’espèces. Il aurait fallu venir plus tôt et rester sur place plus longtemps, ce qui n’était pas prévu. La plupart des espèces non vues sont présentes chez nous. Reste que les 5 espèces que nous avons vues sont rares ou disparues de France, non présentes dans notre département. On ne désespère pas de retourner en Andalousie à une autre époque et dans une région moins aride que la province d’Almeria, plus favorable aux orchidées !

Pierre

~~Certes, la province d’Almeria est pauvre en orchidées, mais elle nous offre de nombreuses plantes endémiques et aussi des plantes d’Afrique du nord…

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES PLANTES
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 20:57

~~Nous logions dans un village aux maisons blanches, los Albaricoques (les Abricots- municipalité de Nijar- Almeria).

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Dans les années 60, des westerns bien connus y ont été tournés, les habitants du village, p. ex. notre aubergiste qui était alors un jeune enfant et sa mère, ont joué des rôles de figurants. A l’hôtel Alba, les décorations des murs rappellent cette époque.

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns
En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Des panneaux explicatifs jalonnent une « route du cinéma ».

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns
En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~A quelques kilomètres du village, Cortijo del Fraile… L’église, les bâtiments, aujourd’hui malheureusement en ruines, ont servi de décor à des westerns… Ce lieu est aussi célèbre à cause d’un crime qui a eu lieu le 22 juillet 1928 et qui a inspiré le drame en vers de Federico Garcia Lorca, « Bodas de sangre » (Noces de sang)….

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Les paysages de la région d’Almeria, très arides, avec des « cactus » - des Agaves, des Figuiers de Barbarie, conviennent bien pour remplacer les déserts américains !

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Sur cette photo on distingue 2 espèces d’Agaves : Agave americana : rosettes vert cendré, la hampe florale (au bout de plusieurs années, de 5 à 15 ans) peut atteindre plusieurs mètres de hauteur. La floraison dure plusieurs mois, puis la plante meurt après avoir émis des drageons, c’est une espèce monocarpique. Agave sisalana : rosettes plus petites, plus vertes. C’est le Sisal, cultivé pour ses fibres.

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Le Figuier de Barbarie, Opuntia ficus-indica, est originaire du Mexique où il est appelé Nopal et figure sur le blason du pays. Il s’est naturalisé sur le pourtour méditerranéen, en Afrique du sud et peut devenir invasif. Il se reproduit par multiplication végétative et aussi par les graines transportées par les oiseaux qui consomment les fruits.

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Les épines sont blanchâtres, longues de 1-2 cm. On les voit bien, mais attention aux glochides minuscules et brunâtres qui se détachent facilement et s’implantent dans la peau : elles sont munies d’écailles en forme de hameçons ! Le fruit, la Figue de Barbarie, est comestible mais pas facile à manger !

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Ces amas blancs, ce sont des cochenilles…. Les Figuiers de Barbarie ont été cultivés pour l’élevage de la cochenille, Dactylopius coccus, la Cochenille du Mexique. Cet insecte hémiptère produit un intense colorant naturel, le carmin. Dès 400 ans avant J-C, ce colorant a été utilisé dans la teinture des tissus, de la poterie, dans l’alimentation et la cosmétologie… Plus tard, il fut utilisé par des peintres comme Michel-Ange et Le Tintoret….

Cultures à Guatiza, sur l'île de Fuerteventura (archpel des Canaries)
Cultures à Guatiza, sur l'île de Fuerteventura (archpel des Canaries)

Cultures à Guatiza, sur l'île de Fuerteventura (archpel des Canaries)

~~Avec le doigt, nous avons écrasé des cochenilles. Résultat : le colorant pourpre apparait !

Aujourd’hui, ce colorant est utilisé dans l’industrie alimentaire : c’est le colorant E 120 qui donne la couleur rosée aux saucisses de Francfort ainsi qu’à d'autres charcuteries, à des yaourts, des sodas, des taramas, des bonbons, aux boudoirs « roses » … Le carmin est aussi utilisé pour la coloration de préparations microscopiques. Avec la concurrence des colorants synthétiques industriels, cette culture est en déclin. Cependant, avec les doutes sur les additifs alimentaires artificiels, cela semble à nouveau rentable….

A bientôt !

A bientôt !

Claudie et Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES VOYAGES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories