Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 12:03

~~ Le programme de la session nous promettait de découvrir Ophrys speculum, O. tenthredinifera, O. fusca, Orchis saccata et Barlia robertiana. Nous n’avons pas été déçus puisque nous les avons vus tous les cinq, parfois après pas mal de recherche et pour un, un peu trop tard. A Sorbas le 24 mars, nous trouvons 2 espèces protégées en France (Protection Nationale) : Ophrys speculum, l’Ophrys miroir dont quelques stations de quelques pieds auraient été relevées en Rhône-Alpes et Ophrys tenthredinifera, l’Ophrys guêpe, fleurs rose, brun et jaune, non présent en Rhône-Alpes, très rare ailleurs en France.

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)
En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)
En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)

~~Le lendemain c’est à proximité de la Plage des Morts à Carboneras que nous découvrons 2 ou 3 pieds de Orchis saccata = Anacamptis collina (Orchis des collines ou Orchis à bourse), hélas fanés. L’espèce a disparu de France où elle était en limite nord de son aire. L’une des 2 localités connues a été détruite en 1988 par des travaux de défrichement : dernière station connue, Hyères dans le Var. La photo présentée ci-dessous provient du site de la SFO (Société Française d’Orchidophilie).

(Photo prise sur le site de la SFO)
(Photo prise sur le site de la SFO)

(Photo prise sur le site de la SFO)

~~Il faut attendre la veille du retour en France (le 28 mars) pour voir dans la Sierra de Cabrera plusieurs pieds de Barlia robertiana = Himantoglossum robertianum (repérés depuis le véhicule). C’est l’Orchis géant ou Orchis à longues bractées. Plante robuste, précoce, les rosettes sortent à l’automne. En France cette espèce est en expansion vers le nord (quelques pieds isolés dans la Loire, la Savoie, l’Ain…) et de ce fait elle a perdu son statut de protection nationale en 1997.

photo prise à Brison (73), le 9-4-2012
photo prise à Brison (73), le 9-4-2012

photo prise à Brison (73), le 9-4-2012

~~Un peu plus loin nous trouvons enfin quelques exemplaires d’Ophrys fusca ou Orchis brun, allusion à la couleur du labelle. Ce taxon n’est pas présent en Rhône-Alpes et est protégé dans plusieurs autres régions

En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)
En Andalousie avec Pascal Jarige : quelques orchidées rares (4)

~~Cinq orchidées seulement ! C’est un peu décevant quand on sait que cette partie occidentale de l’Andalousie en compte une trentaine d’espèces. Il aurait fallu venir plus tôt et rester sur place plus longtemps, ce qui n’était pas prévu. La plupart des espèces non vues sont présentes chez nous. Reste que les 5 espèces que nous avons vues sont rares ou disparues de France, non présentes dans notre département. On ne désespère pas de retourner en Andalousie à une autre époque et dans une région moins aride que la province d’Almeria, plus favorable aux orchidées !

Pierre

~~Certes, la province d’Almeria est pauvre en orchidées, mais elle nous offre de nombreuses plantes endémiques et aussi des plantes d’Afrique du nord…

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES PLANTES
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 20:57

~~Nous logions dans un village aux maisons blanches, los Albaricoques (les Abricots- municipalité de Nijar- Almeria).

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Dans les années 60, des westerns bien connus y ont été tournés, les habitants du village, p. ex. notre aubergiste qui était alors un jeune enfant et sa mère, ont joué des rôles de figurants. A l’hôtel Alba, les décorations des murs rappellent cette époque.

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns
En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Des panneaux explicatifs jalonnent une « route du cinéma ».

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns
En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~A quelques kilomètres du village, Cortijo del Fraile… L’église, les bâtiments, aujourd’hui malheureusement en ruines, ont servi de décor à des westerns… Ce lieu est aussi célèbre à cause d’un crime qui a eu lieu le 22 juillet 1928 et qui a inspiré le drame en vers de Federico Garcia Lorca, « Bodas de sangre » (Noces de sang)….

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Les paysages de la région d’Almeria, très arides, avec des « cactus » - des Agaves, des Figuiers de Barbarie, conviennent bien pour remplacer les déserts américains !

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Sur cette photo on distingue 2 espèces d’Agaves : Agave americana : rosettes vert cendré, la hampe florale (au bout de plusieurs années, de 5 à 15 ans) peut atteindre plusieurs mètres de hauteur. La floraison dure plusieurs mois, puis la plante meurt après avoir émis des drageons, c’est une espèce monocarpique. Agave sisalana : rosettes plus petites, plus vertes. C’est le Sisal, cultivé pour ses fibres.

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Le Figuier de Barbarie, Opuntia ficus-indica, est originaire du Mexique où il est appelé Nopal et figure sur le blason du pays. Il s’est naturalisé sur le pourtour méditerranéen, en Afrique du sud et peut devenir invasif. Il se reproduit par multiplication végétative et aussi par les graines transportées par les oiseaux qui consomment les fruits.

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Les épines sont blanchâtres, longues de 1-2 cm. On les voit bien, mais attention aux glochides minuscules et brunâtres qui se détachent facilement et s’implantent dans la peau : elles sont munies d’écailles en forme de hameçons ! Le fruit, la Figue de Barbarie, est comestible mais pas facile à manger !

En Andalousie avec Pascal Jarige (3)- Le figuier de Barbarie, la cochenille et les westerns

~~Ces amas blancs, ce sont des cochenilles…. Les Figuiers de Barbarie ont été cultivés pour l’élevage de la cochenille, Dactylopius coccus, la Cochenille du Mexique. Cet insecte hémiptère produit un intense colorant naturel, le carmin. Dès 400 ans avant J-C, ce colorant a été utilisé dans la teinture des tissus, de la poterie, dans l’alimentation et la cosmétologie… Plus tard, il fut utilisé par des peintres comme Michel-Ange et Le Tintoret….

Cultures à Guatiza, sur l'île de Fuerteventura (archpel des Canaries)
Cultures à Guatiza, sur l'île de Fuerteventura (archpel des Canaries)

Cultures à Guatiza, sur l'île de Fuerteventura (archpel des Canaries)

~~Avec le doigt, nous avons écrasé des cochenilles. Résultat : le colorant pourpre apparait !

Aujourd’hui, ce colorant est utilisé dans l’industrie alimentaire : c’est le colorant E 120 qui donne la couleur rosée aux saucisses de Francfort ainsi qu’à d'autres charcuteries, à des yaourts, des sodas, des taramas, des bonbons, aux boudoirs « roses » … Le carmin est aussi utilisé pour la coloration de préparations microscopiques. Avec la concurrence des colorants synthétiques industriels, cette culture est en déclin. Cependant, avec les doutes sur les additifs alimentaires artificiels, cela semble à nouveau rentable….

A bientôt !

A bientôt !

Claudie et Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES VOYAGES
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 10:53

~~ Cynomorium coccineum L. : le Cynomore écarlate, le Champignon de Malte, l’Eponge de Malte

Mais quel est donc ce champignon ? En fait, c’est une plante ! Elle faisait partie des Balanophoracées- aujourd’hui c’est une Cynomoriacée.

En Andalousie avec Pascal Jarige : le Cynomore écarlate (2)
En Andalousie avec Pascal Jarige : le Cynomore écarlate (2)

~~Nous l’avons trouvée fin mars en Andalousie orientale, dans le désert de Tabernas (province d’Almeria). Il y en avait 17.

En Andalousie avec Pascal Jarige : le Cynomore écarlate (2)

~~Elle parasite les Tamarix, Salsola, Suaeda, Atriplex, Obione et autres espèces halophiles (plantes qui poussent sur des terrains salés). Un épi floral rougeâtre (coccineum = écarlate) de 15-30 cm de haut, porté par une tige courte un peu écailleuse. Les fleurs sont extrêmement petites, fleurs mâles à une étamine, visibles à la loupe, fleurs femelles moins visibles.

En Andalousie avec Pascal Jarige : le Cynomore écarlate (2)
En Andalousie avec Pascal Jarige : le Cynomore écarlate (2)

~~ La plante dégage une forte odeur de putréfaction : Cynomorium = déjection de chien. .

Pourquoi « Champignon de Malte » ? Le Cynomorium était très recherché au XVIIIe siècle. Séché et réduit en poudre, on l’employait pour traiter les dysenteries, dermatoses, hémorragies. On lui prêtait également des vertus aphrodisiaques. On le trouvait à Malte, à l’ouest de Gozo, sur un îlot appelé « Fungus Rock », le « Rocher des champignons » car on croyait à l’époque qu’il s’agissait d’un champignon. Les chevaliers de l’ordre de Malte en avaient le monopole du commerce. En 1744, on mit le rocher sous contrôle militaire avec interdiction d’approcher ! Les Balanophoracées sont originaires des régions subtropicales à tropicales. Balanophora signifie porteur de gland (forme de l'inflorescence femelle)…APG III a créé une famille spéciale pour notre plante : la famille des Cynomoriacées qui ne comprend que 2 espèces, C. coccineum et une espèce proche C. songaricum (= C. coccineum subsp. songaricum) qui pousse en Asie centrale, les Chinois l’utilisent comme plante médicinale.

Nous avons trouvé cette plante étrange au Maroc, près de l’oued Massa en 1986. Et aussi en Sardaigne, sur la côte ouest, au Cap San Marco péninsule del Sinis, en avril 2011.

En Sardaigne, au cap San Marco, parmi les salicornes
En Sardaigne, au cap San Marco, parmi les salicornes

En Sardaigne, au cap San Marco, parmi les salicornes

~~Sa répartition : Sud de l’Espagne, Portugal, Corse, Sardaigne, Sicile, Malte, Tunisie, Maroc, Palestine, Iran, Asie centrale...

Monique et Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES PLANTES
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 18:22

Le bissap ou jus de bissap est une boisson rafraîchissante rouge consommée en Afrique. En Egypte, on l’appelle karkadé. Pour les Italiens qui ont connu cette boisson lors de la guerre d’Abyssinie de 1936 c‘est le « thé d’Abyssinie ».

 

Nous connaissions le bissap, mais nous n’avions jamais vu la plante qui sert à faire cette boisson. Lors de notre voyage au Sénégal, nous avons vu des cultures d’Hibiscus sabdariffa, dans la région de Kaolack et surtout près de Toubacouta (delta du Siné Saloum).

 

2-Bissap-pres-de-Toubacouta--1-.jpg

 C’est une plante de la famille des Mauves (Malvacées) qui est peut-être originaire d’Asie, mais qui est cultivée depuis très longtemps en Afrique.

 

3-bissap-fleurs-et-feuilles-pres-de-Toubacouta.jpg

 On l’appelle Oseille de Guinée, car les feuilles sont cuisinées comme des épinards.

 

Pour faire la boisson, on n’utilise pas les fleurs.

 

4-Hibiscus-sabdariffa-Malvacees-Oseille-de-Guinee--bissap.jpgOn cueille les calices rouges charnus qui entourent le fruit lorsque les fleurs sont tombées.

 

5-Hibiscus--sabdariffa-Toubacouta-Cl--2-.jpg

 

6-Hibiscus-sabdariffa-Malvacees-Bissap-Toubacouta-Cl--5-.jpg

 

6-x-Bissap-pres-de-Toubacouta--2-.jpg

 

6-y-Bissap-pres-de-Toubacouta--5-.jpgCes calices sont séchés et vendus sur les marchés.

 

7 Bissap marché Burkina Demaison févr 2013

 Pour préparer le bissap, on met une bonne poignée de calices dans de l’eau qu’on porte à ébullition. Puis on ajoute du sucre, éventuellement de la vanille, de la cannelle, des feuilles de menthe, du jus de citron ou du jus d’ananas… et on laisse infuser au moins 2 heures. Ensuite on filtre et on met au réfrigérateur.

On peut aussi laisser infuser les calices dans de l’eau froide pendant au moins 24 heures.

 

Cette boisson légèrement acidulée est agréable. Et elle a de nombreuses propriétés médicinales, elle est antimicrobienne, antiseptique, elle réduirait la tension artérielle, elle faciliterait la digestion…

 

Bissap-1.jpg

 On fait aussi de la gelée, mais il est indispensable d’ajouter un sachet de Vitpris car le bissap ne contient pas de pectines.

 

Dans les cultures de bissap, nous avons remarqué des plantes vert clair et non rouge pourpre. Abdou, notre guide, nous a dit que les femmes les utilisent  en légume pour faire de la soupe ou pour accompagner le riz.

 

8-Bissap-vert-pres-de-Toubacouta--1-.jpg

 

                                                        Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 10:14

Choucador-pourpre---Copie.jpg

                                                                    Choucador pourpré

 

Oedicnemes-du-Senegal--3-.jpg

                                                                    Oedicnèmes du Sénégal

 

Chaque soir, nous faisions la liste des oiseaux vus pendant la journée. Abdou se mettait au milieu, pour être entendu par nous tous. Il avait le ton, la pédagogie parfaite. « Vous y êtes ? Alors nous y sommes… ».

Cette phrase nous nous en souviendrons !

 

Abdou concentré sur la liste de la journée Wassadou Pasc

                                                              Abdou prépare sa liste - (photo Pascal Rapin)


        Abdou et la liste Ranch de Bango (2)                     

 

 Nous avons eu la chance qu’il voyage dans notre minibus. En plus de l’excellent ornithologue, Abdou était un homme amoureux de son pays. Il nous a parlé du Sénégal, où les ethnies se respectent et vivent en harmonie, Sénégal qui essaie d’être un  exemple pour les autres pays d’Afrique. Il a insisté sur l’effort de scolarisation dans les régions éloignées des centres, la scolarisation n’étant pas obligatoire mais bien suivie. Il a parlé de la polygamie. La jeune génération a tendance à abandonner cette pratique ancestrale…

 

Abdou-liste-Wassadou--3----Copie.jpg

 

 En nous quittant le dernier jour il nous a dit « nous avons été solidaires dans l’effort, on a su partager des moments de bonheur  grâce aux oiseaux. Voilà une nouvelle famille qui s’est créée, c’est toute l’équipe qui a gagné. »  Merci Abdou, Super Abdou !

 

Discours-Dakar-Philippe-1600x1200-.JPG

 

Si vous êtes intéressés par les oiseaux, par la nature, allez au Sénégal entre novembre et mai !

Pendant notre séjour nous avons vu 289 espèces d’oiseaux. Il y a donc une très grande variété d’oiseaux. La plupart sont très beaux, parés de couleurs somptueuses. C’est un régal pour les yeux !

 

 

DSC02592-Guepiers-nains-Laurette--2-.JPG

                                             Guêpiers nains, Wassadou

 

Et ils sont souvent en très grand nombre. Nous avons assisté à des spectacles extraordinaires !

 

Dendrocygnes-veufs-vol--3----Copie.JPG

                                                           Vol de Dendrocygnes veufs, Djoudj

 

Dendrocygnes-veufs-.JPG

 

pelicans-.jpg

                                                      Colonie de Pélicans blancs, Djoudj

 

Et demandez à Abdou de vous accompagner !

Abdou Lô habite à Toubacouta, dans le delta du Siné Saloum. Il est passionné d’ornithologie, mais pour le moment il ne peut pas vivre de sa passion. Il tient avec des parents une boutique d’artisanat pas loin de l’hôtel Keur Saloum. 

 

boutique-Carlos--2-.jpg

 

boutique-Carlos.jpg

 

 Abdou a décidé de ne pas en rester là : il va approfondir ses connaissances sur les papillons et les plantes de son pays….

 

Laurette, Monique, Claudie et Jean-Marc

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 22:46

Pour une fois nous n’avons pas fait un voyage botanique. En décembre 2013, nous avons participé à un voyage ornithologique au Sénégal organisé par Lionel Maumary du Cercle Ornithologique de Lausanne et Cristian Jensen, un ornithologue espagnol qui dirige Audouin Birding Tours. Avec les chauffeurs et Abdou nous étions 20 répartis dans 2 minibus.

 

Martin chasseur à tête grise sur Jujubier Ziziphus - - Co

                                                                Martin-chasseur à tête grise

 

 A notre arrivée à Dakar, nous avons été accueillis par notre guide ornitho sénégalais, Abdou Lô. Au cours de quelques phrases d’accueil, de bienvenue,  il a tout de suite donné le ton : «  nous sommes tous des passionnés, il n’y a pas de grand, pas de petit, nous sommes une famille et nous allons tout partager ensemble pendant ce voyage. »

 

Abdou-Wassadou.jpg                                                              Abdou

 

D’emblée une simplicité de prince, lui qui a appris essentiellement en autodidacte. Il était à l’affût, écoutait, voyait, reconnaissait l’oiseau avec une rapidité surprenante.

 

Guepier-de-Perse---Copie.jpg

                                                                              Guêpier de Perse

 

 Et il énonçait chaque fois le nom de l’oiseau dans le  langage scientifique, en français et aussi en anglais, sans hésitation. Il aurait pu nous donner le nom en espagnol, car il parle très bien cette langue, d’ailleurs  son surnom est Carlos.

 

Christain-et-Abdou--Toubacouta-Cl---Copie--2-.jpg

                                                     Abdou Lô (à gauche) et Cristian Jensen (à droite)

 

Il prenait le temps de nous montrer où se trouvait l’oiseau, les plus lents avaient droit à des explications complémentaires. Et il répétait plusieurs fois le nom de l’oiseau… Tout semblait facile. Sans lui, nous aurions eu bien du mal à nommer tous ces oiseaux que nous n’avons pas l’habitude de voir.

 

Abdou-Keur-Saloum-JM--1----Copie.jpg

                                                                      Abdou à Keur Saloum

 

 Abdou reconnaissait sans hésitation tous les oiseaux, aussi bien les oiseaux du Djoudj, tout au nord du Sénégal, que ceux des environs de  Dakar, de Wassadou au bord du fleuve Gambie ou ceux du delta du Siné-Saloum.

 

Pluvian-d-Egypte-Wassadou--M--3-.jpg

                                                               Pluvian d'Egypte, à Wassadou

 

 

                                  Laurette, Monique, Claudie et Jean-Marc

 

           

                                                                                                             A suivre ...!


Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 17:15

Voici 2 plantes remarquables présentes sur l’île Lavezzu.

Nous allons commencer par la plus grande !

 

Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--10-.JPG

 

Helicodiceros muscivorus (L.f.) Engl.= Arum = Dracunculus : Protection Régionale. Ce très gros « Arum mange-mouches » est répandu  sur Lavezzu, mais il a été éradiqué de l’île Cavallo au moment de l’aménagement touristique car l’odeur incommodait les riches clients ! Linné fils l’a nommé « mange-mouches » : il croyait que c’était une plante carnivore. En fait l’odeur attire les mouches, elles assurent la pollinisation de la plante et peuvent rester prisonnières de la plante un certain temps, mais elles ne sont pas « mangées »…


Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--1-.JPG

                     La grande spathe violacée est velue à l’intérieur, d’où le nom « oreille de porc ».



Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--11-.JPG

 

Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--9-.JPG

 

Et voici une toute petite plante :

 

Nananthea-perpusilla-5--1-.jpg

 

Nananthea perpusilla* (Loisel.) DC : Protection Nationale. De nanos nain et anthos fleur. Cette minuscule  Composée (Astéracée) vivace stolonifère forme des tapis sur les sables toujours humides à l’ombre des rochers granitiques. Endémique  de Corse (Port de Centuri au Cap Corse, îles Sanguinaires, Cavallo et Lavazzu). A Lavezzu, les populations de Nananthea  n’ont pas de fleurs ligulées.

 

En Sardaigne, les Nananthea ont des ligules blanches, elles ressemblent à de petites pâquerettes.  Sur l'île Mezzu Mare (Grande Sanguinaire, au NW d'Ajaccio), les capitules ont des fleurs ligulées mais un peu plus petites qu’en Sardaigne. Il y a donc une grande variabilité.


nananthea-perpusilla-ligules-Sardaigne.JPG

 

 Nous avons aperçu plusieurs couleuvres vertes et jaunes, mais elles sont rapides et nous n’avons pas de photos !

En Corse il n’y a pas de vipères, seulement 2 espèces de couleuvres, la verte et jaune qui semble abondante sur l’île et, dans les milieux humides,  la couleuvre à collier…sans collier : la sous-espèce de Corse ne porte pas le collier de couleur claire à l’arrière de la tête.

Les lézards sont plus faciles à photographier, nous vous présentons Podarcis tiliguerta.


Lezard-cf-tiliguerta-1.jpg

 

 

 

                                               Monique et Claudie

 


Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 11:41

 

L’archipel des îles Lavezzi, c’est la partie la plus méridionale de la France, au sud-est de Bonifacio et de ses falaises calcaires. Les îles ont été classées en Réserve naturelle en 1982, à l’exception de l’île de Cavallo. Elles font partie maintenant de la Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio, créée dans le cadre d’un protocole d’accord franco-italien visant à réaliser un Parc Marin International au travers d’un détroit menacé par le trafic maritime et une forte fréquentation touristique.

 

1 Lavezzzi carte 5 (1)

 

2 Lavezzzi carte 5 (2)

 

Le temps était beau et calme quand nous avons quitté le port de Bonifacio pour aller sur l’île Lavezzu, l’île principale de l’archipel (66 ha). Mais la mer peut être très dangereuse dans ce détroit. Lorsqu’on arrive en vue de l’île un monument, une pyramide en granite, rend hommage aux victimes du naufrage de la Sémillante

 

3-Lavezzi-monument-Semillante-5-1.jpg

 

 « La Sémillante, chargée de troupes pour la Crimée, était partie de Toulon, la veille au soir, avec le mauvais temps. La nuit, ça se gâta encore. Du vent, de la pluie, la mer énorme comme on ne l’avait jamais vue…et avec cela une sacrée brume du diable à ne pas distinguer un fanal à quatre pas… » (« L’agonie de la Sémillante » d’Alphonse Daudet -Lettres de mon moulin)

Les 700 hommes ont tous péri dans ce naufrage, 560 reposent dans le cimetière de l’île.

 

4-Cimetiere-5-1.jpg

 

4-Cimetiere-Semilliante--3-.jpg

 

             Le cimetière « un petit enclos de maçonnerie blanche perdu dans la brume au bout de l’île » (A.Daudet)

 

5-Cimetiere-Semilliante--4-.jpg

 

 

Seuls le capitaine Jugan (« en grand costume ») et l’aumônier (« son étole au cou ») ont été identifiés.

6 Cimetière Sémilliante (5)

 

6--cimetiere-Lavazzi-la-Semillante--5-1--1-.jpg

 

 

 « À la mémoire des officiers des armées de terre et de mer qui ont trouvé la mort dans le naufrage de la Sémillante le 15 février 1855 vers midi. Leurs restes sont confondus ici avec ceux de leurs hommes unis dans le repos éternel comme ils l'étaient dans le devoir. Que leurs noms soient connus pour nous permettre d'honorer leur mémoire. »


7-cimetiere-Lavazzi-la-Semillante--5-1--4-.jpg

 

   La liste des plantes notées sur l’île Lavezzu est longue. Dans quelques jours nous vous présenterons deux plantes, une grande et une toute petite…

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 14:19

Voici la colonie de Fous à Muriwai, au nord d’Auckland en Nouvelle-Zélande.

Les oiseaux nichent sur les replats des falaises au bord de la mer de Tasman.

 

Colonie-de-Fous-Gannets--1-3.JPG

Colonie-de-Fous-Gannets--1-3--8-.JPG

 

 

La plante qui se trouve au premier plan est un Phormium tenax (famille des Xanthorrhoeaceae, sous-famille des Hemerocalloideae pour APG III- famille des Agavaceae pour la classification classique…). Plus simplement : Lin de Nouvelle-Zélande, New-Zealand  Flax, Harakeke en Maori.

Les Maoris utilisaient la plante pour faire des vêtements, des paniers, des cordages très solides, des filets pour la pêche, des pièges à oiseaux, des tapis etc. Ils ont sélectionné des variétés pour la qualité de leurs fibres et pour leurs propriétés médicinales. La plante a été mentionnée par le capitaine Cook.

 

Phormium-tenax-panneau-2-3.JPGPhormium tenax 2-3 panneau et pl

2 panneaux au Jardin botanique d’Auckland

 

Les fleurs brunâtres du Phormium sont riches en nectar, elles attirent les oiseaux et les insectes.

 

Verdier Te Anau YvetteDSC 0741 j

 

 

Un verdier perché sur un Phormium, photo d’Yvette

 

En Europe nous avons le Fou de Bassan, Morus bassanus (du nom de la petite île écossaise où se trouve une colonie, Bass Rock). Famille des Sulidae.

En Nouvelle-Zélande, c’est le Fou austral, Australian Gannet,  Morus serrator. En fait, le plumage de notre Fou de Bassan n’est pas vraiment différent !

 

 

Colonie-de-Fous-Gannets--1-3--4-.JPG

 

La Nouvelle-Zélande compte 28 sites de nidification.

La colonie la plus importante est celle de Cap Kidnappers (pourquoi ce nom ? lorsque le capitaine Cook et son équipage sont passés là-bas à bord du « Endeavour »,  des Maoris ont  tenté d’enlever, de kidnapper, le jeune Tahitien qui servait à bord du bateau).

La colonie de Cap Kidnappers compte 15 000 oiseaux,  c’est la plus grande colonie accessible du monde.

On dit que l’équipage du capitaine Cook avait chassé des Fous pour le repas de Noël, en décembre 1769 (1e voyage)…

Aujourd’hui les Fous sont protégés, il vaut mieux acheter une dinde pour le Réveillon !

 

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 09:30

 

  meteo-soleil-13.gifUn week-end dans le sud à Bellegarde dans le Gard

François a eu comme cadeau un coffret box, il a choisi de conduire une Subaru !

Pendant ce temps j’ai eu le temps de photographier quelques fleurs !

C’est le début du printemps dans le sud !!!

 P1040351.JPG

Le diplotaxis fausse roquette (Diplotaxis erucoides), appelé aussi roquette blanche ou fausse roquette, est une plante appartenant à la famille des Brassicacées et au genre Diplotaxis. Surtout répandu en Méditerranée occidentale, il présente la particularité de fleurir abondamment en hiver.

P1040305.JPG

Silybum marianum, le Chardon Marie, de la famille des Astéracées,

En herboristerie on l’utilise pour le foie !

 

P1040309.JPG

Les chatons du tremble, Populus tremula

 

P1040298.JPG

Barlia robertiana = Himantoglossum robertianum est une Orchidée très précoce ! P1040301-copie-1.JPG

 

 

Et ensuite direction Mandelieu la Napoule pour  voir le défilé des chars couverts de Mimosa, c’est la fête du Mimosa !

Du Mimosa partout ! J’adore cette fleur, mon antidépresseur de février !!!! P1040368.JPG

 

Et voici quelques photos d’oliviers et d’arbres fruitiers en fleurs !

P1040340.JPG P1040338.JPG

 

 

P1040348.JPG

  P1040343.JPG

 

Suite des photos de Bellegarde dans le Gard :  http://www.flickr.com/photos/ortie/sets/72157626169186568/

 

Suite des photos de Mandelieu la Napoule : http://www.flickr.com/photos/ortie/sets/72157626043913639/

 

Sabrina

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories