Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 16:55
Eschscholzias dans un jardin - feuilles -
Eschscholzias dans un jardin - feuilles -

Eschscholzias dans un jardin - feuilles -

~~Eschscholzia, voici un mot bien difficile à écrire sans fautes ! Sur la flore de Fournier (1946), c’était Eschscholtzia, Flora Gallica (2014) a supprimé le t…

C’est plus simple de l’appeler « Pavot de Californie » : la plante est en effet originaire du S-O des Etats-Unis. En mars 2015, notre amie Françoise a vu des champs de California Poppy à perte de vue dans la Réserve d’Antelope Valley.

Et c’est bien un Pavot, famille des Papavéracées, comme le coquelicot. Mais la capsule ne ressemble pas à celle du coquelicot, elle est très longue (5 à 10 cm).

La capsule est très longue.
La capsule est très longue.

La capsule est très longue.

~~Dans la nature les pétales sont de couleur orange, mais les variétés cultivées peuvent être jaune pâle, blanc crème …

Eschscholzia ou Pavot de Californie

~~Cette plante annuelle se ressème spontanément. Parfois les graines quittent le jardin, elles vont dans la nature et peuvent même devenir envahissantes.

Sabrina devant un talus couvert d'Eschscholzias, en Tarentaise

Sabrina devant un talus couvert d'Eschscholzias, en Tarentaise

~~Cette plante a été décrite en 1820 par l’écrivain Adalbert von Chamisso.

Louis Charles Adélaïde de Chamissot de Boncourt est né en France au château de Boncourt (Champagne) en 1781. Il émigre en Allemagne avec sa famille en 1790 pour fuir la Révolution. A 20 ans, il adopte le prénom Adalbert, il choisit d’écrire en allemand tout en gardant sa nationalité française. « Ma patrie : je suis français en Allemagne et allemand en France, catholique chez les protestants, protestant chez les catholiques, philosophe chez les gens religieux et cagot chez les gens sans préjugés ; homme du monde chez les savants, et pédant dans le monde, jacobin chez les aristocrates, et chez les démocrates un noble, un homme de l’Ancien Régime, etc. Je ne suis nulle part de mise, je suis partout étranger. »

Son œuvre la plus célèbre, c’est « La merveilleuse histoire de Peter Schlemihl » (1814), l'histoire d'un homme qui a vendu son ombre et qui court le monde pour la retrouver.

Mais Chamisso est aussi naturaliste-botaniste. Il participe de 1815 à 1818 à un voyage scientifique autour du monde (île des Pâques, Californie, Hawaï, archipel des Marshall…) sur le vaisseau russe Rurik, commandé par le capitaine russe Otto von Kotzebue. Une île du détroit de Behring porte son nom : l’île de Chamisso.

Au retour, en 1820, il dédie le Pavot de Californie à un compagnon de voyage, le médecin-botaniste estonien Johann-Friedrich Eschscholtz (…pourquoi le t a-t-il été supprimé ??). Les Indiens utilisaient cette plante contre les maux de tête, de dents et comme somnifère. Le botaniste Chamisso a décrit aussi Myrica californica et d’autres plantes et arbres du Mexique en collaboration avec Diederich Franz Leonhard von Schlechtendal.

~~ Monique

Published by groupe nature - dans plantes
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 23:08

~~« Mouche cantharide » et pourtant, ce n’est ni une mouche, ni un Cantharidé ! C’est un Coléoptère qui appartient à la famille des Méloidés.

Nous avons eu la chance de rencontrer ce magnifique insecte au printemps, mi-mai 2015 en Tarentaise, près de la Côte d’Aime. Il n’est pas très commun.

15-20 mm de long, corps allongé d’un beau vert brillant. Elytres luisants, petit thorax, le bout de l’abdomen dépasse en arrière les élytres.

                                         La Cantharide officinale, Lytta vesicatoria

~~L’adulte dévore les feuilles du troëne, du lilas, du frêne.

La femelle pond près des nids des abeilles solitaires car les larves se nourrissent des œufs, des réserves de pollen et de nectar de ces abeilles.

~~ Lytta vesicatoria dégage une odeur forte désagréable - odeur de souris - pour décourager les prédateurs.

Elle a aussi une arme de défense redoutable : elle sécrète par ses téguments un produit vésicant, la cantharidine, connue depuis l'Antiquité pour ses puissantes propriétés aphrodisiaques. Les Grecs la connaissaient et les Romains s'en servaient pendant leurs orgies.

La cantharidine est encore employée aujourd’hui en pharmacopée comme emplâtre vésicant pour soigner de nombreuses affections.

Au XIXe siècle, la récolte des cantharides officinales était assez répandue et rémunératrice.

~~Cet insecte est tellement beau que l'on peut avoir envie de le toucher. Mais attention ! Ce poison violent provoque des brûlures sur la peau. La cantharidine est également dangereuse pour les yeux.

Répartition : Europe méridionale et centrale, Asie, Afrique tempérée, Amérique (introduite).

Claudie

Published by groupe nature
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 19:12

~~Diaporama proposé par le Groupe Nature de Faverges

Mardi 26 avril, à 20 h

Maison des Association (au-dessus de l’Office de Tourisme)

Entrée libre

Plage de Media Luna - Gynandriris
Plage de Media Luna - Gynandriris

Plage de Media Luna - Gynandriris

~~Nous étions 5 du Groupe Nature de Faverges à participer à la session botanique organisée par Pascal Jarige en Andalousie orientale.

Cistanche - Eponge de Malte
Cistanche - Eponge de Malte

Cistanche - Eponge de Malte

~~Les paysages arides de la région d’Almeria (la région la plus aride d’Europe) ont été choisis dans les années 60 pour tourner des westerns bien connus. Mais en mars une flore très riche, originale et intéressante, s’y développe.

Lavatère- Ophrys tenthrède
Lavatère- Ophrys tenthrède

Lavatère- Ophrys tenthrède

~~Pierre Melin vous propose de découvrir les paysages et la flore de cette région du sud de l'Espagne.

Moulin de Geneveses - Ophrys miroir
Moulin de Geneveses - Ophrys miroir

Moulin de Geneveses - Ophrys miroir

~~Claudie Desjacquot vous présentera quelques photos de la faune rencontrée.

~~Venez nombreux !

Faites suivre l’info à vos amis.

Pensez à informer ceux qui n’ont pas internet. Merci !

~~En mai et juin, séances de détermination de plantes (et de champignons) tous les mardis à 20 h au local-

En septembre et octobre, séances de détermination de champignons et de plantes.

Published by groupe nature
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 18:49

Depuis plusieurs années de nombreux châtaigniers souffrent d'attaques d'un nouveau parasite, le Cynips du châtaignier (Dryocosmus kuriphilus).

Le cynips est repéré pour la première fois en Ardèche au printemps 2010.

Les adultes pondent dans les bourgeons pendant la saison de végétation.

Les larves séjournent dans les bourgeons et passent l’hiver sans que le parasite puisse être détecté. Au printemps suivant, les larves se développent et, sous l'effet des toxines qu'elles secrètent, se forment des galles plus ou moins rouges à la place de la pousse normale.

Les plants infestés, au lieu de porter des feuilles et des fruits, ne donnent qu’une pousse très courte avec quelques feuilles déformées par les galles.

À terme, cela provoque une perte de vigueur et la mortalité de rameaux (chute de la production fruitière pouvant atteindre 60 à 80 %) et mène dans le pire des cas à la mort des arbres.

Un prédateur de ce parasite existe, c'est le Torymus sinensis est un petit hyménoptère de la famille des Torymidacées, originaire de Chine.

Une lutte biologique contre le Cynips est donc menée par les arboriculteurs et les apiculteurs notamment, car le châtaignier est l'arbre le plus mellifère de notre région, et des lâchers de Torymus sont donc effectués.

Les apiculteurs professionnels de Rhône-Alpes regroupés au sein de l’Association pour le Développement de l’Apiculture en Rhône-Alpes (A.D.A.R.A) ont mis au point un protocole de comptage des Torymus présents dans les différents secteurs de notre région, afin d’optimiser les lâchers de Torymus, qui sont très onéreux (230 € par lâcher), dans les secteurs qui en sont dépourvus.

En effet, notre auxiliaire, le Torymus pond en été dans les galles, et ses larves y passent l'hiver avant leur éclosion printanière.

Pour effectuer ce comptage, il convient donc dans un premier temps de récolter sur les châtaigniers en hiver les galles dans lesquelles peuvent se trouver les larves de Torymus.

Avec Odette et Patrice, nous sommes allés cueillir des galles sur les châtaigniers. Patrice avait participé à une réunion sur le sujet avec l’A.D.A.R.A. Il avait accepté d’aller cueillir des galles pour voir si des larves de Torymus s’étaient installées.

Nous voici partis cueillir.

Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier

La première photo montre la boîte d'éclosion. C'est un classeur en carton dans lequel les galles récoltées sur Châtaignier ont été déposées. Ce classeur est hermétiquement clos, et on y a pratiqué 2 ouvertures sur lesquelles sont ajustés 2 récipients transparents. Attirés par la lumière, les Torymus éclos y vont.

On recueille les insectes, un passage au frigo pour les engourdir avant de les poser sur une feuille blanche pour les compter.

Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier

On distingue bien les Torymus femelles avec leur oviscapte ou ovipositeur au bout de leur abdomen.

Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier
Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier

Le résultat d'un comptage d'éclosion de Torymus dans le secteur de Césarches entre Albertville et Ugine, en Savoie :

Lutte biologique contre le Cynips du châtaignier

Sabrina

Published by groupe nature - dans INSECTES
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 17:15

~~(Voir l’article de Pierre « Du safran en Chartreuse » 13 nov. 2015)

~~Comme c’est agréable de se promener dans les souks et de regarder les échoppes d’épices ! Chez nous, les épices sont vendues en petits flacons (« Ducros se décarcasse… »),

En Tunisie, au Maroc, vous voyez de gros tas d’épices de toutes les couleurs. Voici quelques photos prises lors de nos voyages …

A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…

~~Bien sûr, il manque l’ambiance, les odeurs….

A propos du safran…

~~Le prix n’est pas affiché, il faut marchander. Mais vous allez acheter un sachet de cette poudre jaune à un prix dérisoire- rien à voir avec les prix du safran en poudre pratiqués chez nous. Le touriste croit avoir fait une bonne affaire.

En fait, ce n’est pas du safran, Crocus sativus- C’est du curcuma en poudre. Curcuma longa, curcuma, safran des Indes, « safran pays » à la Réunion- Famille des Zingibéracées comme le gingembre.

Le curcuma est cultivé dans les pays tropicaux, Inde, Sri Lanka, Java, Philippines, Madagascar, Brésil… On récolte le rhizome, on le réduit en poudre. C’est l’un des principaux composants du curry, beaucoup utilisé dans la cuisine en Inde, pour sa couleur et pour son goût, il aurait des propriétés médicinales. C’est un produit bon marché.

A propos du safran…

~~On conseille toujours de ne pas acheter le safran en poudre car il est facile de falsifier la poudre. Là c’est de la « fleur » de safran, est-ce mieux ?

Non, ce n’est pas du safran, c’est du carthame. Carthamus tinctorius, safran égyptien, safran bâtard, safran des teinturiers. Les ligules du « chardon à huile » sont séchées.

C’est une Astéracée (Composée) cultivée en Europe méridionale, en Afrique du Nord… Peu de goût, mais un grand pouvoir colorant. L’huile obtenue à partir des graines est vendue dans les magasins diététiques.

Carthamus tinctorius, Safran bâtard, Carthame (photo Internet)

Carthamus tinctorius, Safran bâtard, Carthame (photo Internet)

A propos du safran…

~~Ici on vend des « pestiles » de safran- des pistils de safran ?

On utilise le pistil du safran, composé de 3 stigmates de couleur rouge… Mais ce n’est pas du safran, c’est encore du carthame – à moins que ce soit du Souci (Calendula), ce qui n’est pas mieux…

~~Si on dit au vendeur de faux safran qu’on désire du vrai safran, il voit qu’il a affaire à un connaisseur, il va chercher dans l’arrière-boutique un tout petit sachet qui contient quelques grammes de filaments (stigmates) de safran et il sort une petite balance pour peser les métaux précieux….

~~Au Maroc, on cultive le vrai safran dans la région de Taliouine.

En juin 2011 nous avons logé à l’hôtel « le Safran » :

A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…
A propos du safran…

~~Taliouine, hôtel le Safran : "Crocos était un jeune homme très beau, amoureux de la nymphe Smilax et ami d’Hermès, dieu des marchands et des voleurs. Un jour, pendant une partie de lancer du disque, Crocos fut tué accidentellement, frappé en pleine tête par le disque lancé par Hermès. Trois gouttes de sang coulèrent de sa blessure et tombèrent sur le sol. A cet endroit une petite fleur mauve aux stigmates apparut : krokos, le safran, Crocus sativus."

Monique

Published by groupe nature - dans plantes voyages
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 20:00

~~Diaporama sur la faune, les fleurs et les champignons de l’étage alpin

~~Proposé par le Groupe Nature de Faverges

Mardi 5 avril à 20 heures

Maison des Associations (au-dessus de l’Office du Tourisme).

Entrée libre

« Promenade à l’étage alpin » - Diaporama de Roger Fillion

~~Roger Fillion, naturaliste, ancien directeur du Bulletin de la fédération mycologique et botanique Dauphiné-Savoie vous invite à la découverte du milieu alpin, monde merveilleux, parfois redoutable, mais toujours fascinant.

« Promenade à l’étage alpin » - Diaporama de Roger Fillion

~~C’est à ce niveau si particulier et si spectaculaire, de la limite supérieure des arbres, jusqu’au monde purement minéral, domaine des rochers et de la neige qu’il vous convie.

Là, malgré les contraintes météorologiques et climatiques extrêmes, grâce à toutes sortes d’astuces, végétaux et animaux luttent pour survivre.

« Promenade à l’étage alpin » - Diaporama de Roger Fillion

~~ Des champignons minuscules, qui vivent en symbiose avec des arbustes d’une taille de 2 cm, hantent ces pentes… Le cycle de reproduction en est très court, ils ne disposent que de quelques jours pour passer du printemps à l’hiver suivant…

Rendez-vous donc dans ce monde où les fleurs ont des couleurs si intenses et profondes et où un ciel merveilleux, succède souvent aux plus inquiétantes tempêtes.

« Promenade à l’étage alpin » - Diaporama de Roger Fillion

~~Venez nombreux !

Faites suivre l’info à vos amis.

Pensez à informer ceux qui n’ont pas internet.

Merci !

Published by groupe nature - dans infos
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 21:55

Pour mon anniversaire, j'ai eu une magnifique surprise, visiter le jardin botanique du château de Pérouse, à la sortie de Saint-Gilles dans le Gard, près d'Arles.

Ce jardin est encore en cours d'aménagement. Mais 130 variétés de Camélias, des plantes d'Australie, Afrique du Sud, mais surtout des espèces méditerranéennes, s'y épanouissent déjà !

Ils ont aménagé des ruisseaux, avec quelques petites cascades et des petits étangs; avec les plantes c’est magnifique.

Voici quelques photos du jardin.

Jardin botanique du château de Pérouse
Jardin botanique du château de Pérouse
Jardin botanique du château de Pérouse

Deux grands cèdres du Liban veillent sur l'entrée du château.

Jardin botanique du château de Pérouse
Jardin botanique du château de Pérouse

Sur une photo je vous montre un buis malade : ces petits arbustes dépérissent sous les coups de boutoir de deux maladies causées par des champignons microscopiques (Cylindrocladium buxicola et Volutella buxi) quand ils ne sont pas littéralement dévorés par les chenilles de pyrale (Cydalima perspectalis), un papillon importé récemment d'Asie. Quelle galère ! Les chenilles de ce papillon nocturne, arrivé en France sont capables de défolier un gros buis en moins de 24 h.

Sabrina

Jardin botanique du château de Pérouse

Jardin à visiter si vous êtes dans la région et voici les explications du jardin :http://www.chateau-perouse.com/fr/jardins/

Explication sur leur site :

" Le parc botanique de Château Pérouse est le fruit de 10 ans de recherche, de réflexion et de travail, pour aboutir à un concept spécifique. La superficie de 65 ha ouvrait le champ des possibles à l’infini, sans jamais perdre de vue que la végétation méditerranéenne reste le point d’ancrage du projet."

" Au fil des siècles, d’illustres botanistes ont exploré le monde ramenant de leurs voyages, des graines, des spécimens et de nombreuses études. Ils purent dresser un inventaire non exhaustif et définir des «archétypes» d’espèces végétales regroupant les mêmes spécificités. Ainsi les végétaux dits de type méditerranéen occupent bien évidemment le pourtour méditerranéen, mais cette typicité se retrouve aussi…. En Australie, en Afrique du Sud… au Chili….

D’où l’idée originale retenue…Créer un parc botanique des espèces méditerranéennes.

La métamorphose du lieu opère peu à peu.

Dans un 1er temps, L'ambiance du jardin actuel entourant la demeure a été améliorée. Nous avons crée une pépinière qui accueille les grands sujets, étape essentielle pour permettre leur développement et suivre leur comportement avant leur réimplantation. La nature par principe généreuse nous offrant boutures et graines, nous a donné l’idée de créer une seconde pépinière qui voit s’épanouir les jeunes pousses.

Puis dans un 2ième temps, et dans le respect des chartes environnementales, nous avons installé un jardin d’expérimentation où nous testons toutes ces plantes arrivant des quatre coins du monde.

Toutes ces études, ces essais, représentent un challenge qui ne pourra aboutir qu’avec un partenaire incontournable, le temps."

Autres photos :

Jardin botanique du château de Pérouse
Published by groupe nature - dans DIVERS NATURE
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:01

~~Proposé par l’Association mycologique et botanique d’Annecy

Lundi 21 mars 2016, à 20 h 30

Annecy, la Manufacture, quai des Clarisses

Salle des Clarisses

~~Photos de Denis Jordan et de son neveu, Raphaël Jordan, ornithologue.

~~L'Extrême Orient russe est une minuscule partie (160000 km2) de l'immense Russie, située entre la mer du Japon à l'est, la Chine à l'ouest et la Corée du nord au sud.

La capitale administrative Vladivostok- 600000 habitants- est une ville bien connue pour être la destination finale du Transsibérien.

~~Cette contrée lointaine représente actuellement la seule zone refuge pour le tigre de Sibérie au nombre d'environ 400 individus, principalement localisés dans plusieurs grandes réserves.

Forêt de feuillus et résineux, habitat du Tigre de Sibérie.

Forêt de feuillus et résineux, habitat du Tigre de Sibérie.

~~Ce voyage avait pour but l'observation des oiseaux, du tigre (seules des empreintes de 3 individus différents ont été vues), des autres animaux et de la riche flore assez comparable à celle de l'ouest Européen.

Grand-Duc pêcheur Kétoupa de Blakiston  et Calypso boréale
Grand-Duc pêcheur Kétoupa de Blakiston  et Calypso boréale

Grand-Duc pêcheur Kétoupa de Blakiston et Calypso boréale

Denis Jordan

Published by groupe nature - dans infos voyages
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 11:08

Comme chaque année en mars, Christelle d’Asters (Conservatoire d'espaces naturels de Haute-Savoie) organise un chantier de fauche de la zone à Drosera au marais de Giez. Ce marais, situé sur les communes de Faverges et de Doussard est classé Zone Natura 2000, il est protégé par un arrêté préfectoral de protection de biotope.

Rendez-vous à 9 h au boviduc à Villard- Vésonne.

Il s’agit de débroussailler manuellement un petit secteur du marais.

Ce 1er mars nous étions 6 du Groupe Nature de Faverges : Danièle, José, Robert, Jacques, Paul, moi-même et notre amie Odette de la société d’Ugine. Le beau temps était au rendez-vous. Nous étions une belle équipe, bien organisée, avec débroussailleuses, râteaux, fourches…

Marais de Giez, chantier de fauche de la zone à Drosera
Marais de Giez, chantier de fauche de la zone à Drosera

Pourquoi cette action ? Pour laisser pousser une orchidée précieuse : le Liparis de Loesel qui fleurira en juin. Cette plante, nous la trouvons aussi au marais de l'Enfer de Saint-Jorioz et au grand marais de Margencel, en tout dans une vingtaine de stations en Haute-Savoie.

…Et d’autres plantes rares comme la Drosera à longues feuilles, une plante carnivore, la Linaigrette grêle (Eriophorum gracile) et la Linaigrette à larges feuilles (famille des Cypéracées), l’Orchis odorant (Gymnadenia odoratissima). Et aussi la petite Utriculaire (Utricularia minor, famille des Lentibulariacées), une plante carnivore aquatique. Ses pièges à petits invertébrés, les utricules, peuvent être portés aussi bien par des rameaux chlorophylliens que non chlorophylliens. Les fleurs, de petite taille, sont jaune pâle et portent un court éperon conique.

Nous avons observé des pontes de grenouilles.

Marais de Giez, chantier de fauche de la zone à Drosera
Marais de Giez, chantier de fauche de la zone à Drosera
Marais de Giez, chantier de fauche de la zone à Drosera
Marais de Giez, chantier de fauche de la zone à Drosera

Et pour finir cette belle matinée, Christelle nous a offert des boissons chaudes et des viennoiseries.

A l’année prochaine pour un nouveau fauchage !

Sabrina

Marais de Giez, chantier de fauche de la zone à Drosera

Autres photos :

Published by groupe nature - dans divers nature
commenter cet article
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 16:21

Proposé par le Groupe Nature de Faverges

Mardi 15 mars à 20 heures

Maison des Associations (au-dessus de l’Office du Tourisme).

Entrée libre

Acidenthera, Glaïeul d'Abyssinie et Tigridia
Acidenthera, Glaïeul d'Abyssinie et Tigridia

Acidenthera, Glaïeul d'Abyssinie et Tigridia

~~ Les Plantes bulbeuses, ce sont des végétaux qui ont en commun l'aptitude à accumuler des réserves dans des organes souterrains (bulbes, rhizomes, tubercules ou racines tubérisées).

Eremurus robustus et Galnonia syn Jacinthe du Cap
Eremurus robustus et Galnonia syn Jacinthe du Cap

Eremurus robustus et Galnonia syn Jacinthe du Cap

~~Ces réserves seront consommées par les fleurs au départ d'un nouveau cycle végétatif.

Le règne des plantes bulbeuses est si vaste que le jardinier n'aura que l'embarras du choix pour agrémenter son jardin, en toutes saisons.

Hymenocallis X festalis et Polianthes tuberosa "The Perl"
Hymenocallis X festalis et Polianthes tuberosa "The Perl"

Hymenocallis X festalis et Polianthes tuberosa "The Perl"

Jean-Claude Moiron -

Ingénieur en horticulture, Officier du Mérite Agricole, Ancien Directeur des Espaces Verts d’Annecy

~~Jean-Claude Moiron était directeur des Espaces Verts de la ville d’Annecy.

Il aime les plantes, les beaux jardins et le travail bien fait.

Maître- jardinier curieux et passionné, il a passé sa vie au service des jardins et des espaces verts à la recherche de l’excellence.

Son bonheur aujourd’hui est de partager son savoir-faire à travers des conférences …

Published by groupe nature - dans Infos
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher