Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 10:02

 

Pour la seconde journée, nous nous rendons au Col Agnel 2744 m, le 3e plus haut col routier des Alpes après l’Iseran (2770 m) et le col de Stelvio (2757 m). Il relie le Queyras au val Varaita.

 

Col-Agnel---2-.jpg

 Le temps est assez beau, mais il y a quelques nuages et il ne fait pas chaud du tout… Nous reconnaissons le Mont Viso (3841 m), c’est le plus haut sommet des Alpes du Sud. 

Mt-Viso.jpg

Pour les botanistes, c’est l’occasion de voir des plantes d’altitude sans se fatiguer !

 

Petrocallis-pyrenaica.jpg                    Pétrocallis des Pyrénées, Petrocallis pyrenaica 

 

Androsace-helvetica.jpg           Androsace de Suisse, Androsace helvetica qui forme des coussinets denses.

 

Pritzelago-alpina--2-.jpg                      Cresson des chamois, Pritzelago alpina

 

Galium-cf-megalospermum--1-.jpg                       Gaillet à gros fruits, Galium megalospermum 

 

Vitaliana-primuliflora--1-.jpg  Androsace vitaliana, Androsace vitaliana (= Gregoria vitaliana)- Primulacées

 

Erysimum-rhaeticum.JPG                    Erysimum de Suisse, Erysimum rhaeticum

 

Oxytropis-helvetica.jpgOxytropis de Suisse, Oxytropis helvetica, plante velue-soyeuse, pétiole lavé de rouge, fleurs violet terne

 

ZY-Zygaena-exulans-Zygene-des-alpages--chenille--4-.JPG           La petite chenille de la Zygène des alpages, Zygaena exulans.


 Rassemblement pour le pique-nique : pas de chance, il se met à pleuvoir !

Mais cela ne dure pas et la bonne humeur et les chants font oublier le temps maussade.

 

picnic-col-Agnel--19-.JPG

 

picnic-col-Agnel--10-.JPG

                             Jacques et la Présidente de la FMBDS

 

Pedicularis-rosea-ssp-allioni--3-.jpgLa Pédiculaire d’Allioni, Pedicularis rosea ssp. allionii aux  fleurs roses  et aux feuilles très fines.

Saxifraga-diapensoides--4-.jpg

Dans les rochers, la Saxifrage fausse-diapensie, Saxifraga diapensioides, caractérisée par des coussinets denses, en faisceaux cylindriques, et une tige glanduleuse.

 

Traquet-motteux-jeune--1-.JPGUn jeune Traquet motteux tout juste sorti du nid, dans les Renoncules de Kuepfer, Ranunculus kuepferi.

 

Tephroseris-capitata--16-.jpgPlus bas, le beau temps revient, et nous découvrons le magnifique Séneçon en tête, Tephroseris capitata. C’est une plante tomenteuse, blanchâtre, et ses capitules d’une magnifique couleur orangée  font la joie des photographes.

 

Anemone-narcissiflora.jpg             L’Anémone à fleurs de narcisse, Anemone narcissiflora

LY-Lycaena-tityrus-ssp-subalpinus--cuivre-fuligineux---7-.JPG            Le Cuivré fuligineux,Lycaena tityrus ssp subalpinus

 

Pulsatilla-alpina-ssp-apiifolia-Pulsatille-soufree--1-.jpgA notre grand étonnement , la Pulsatille des Alpes (Pulsatilla alpina  sspalpina) et la Pulsatille soufrée (Pulsatilla alpina ssp apiifolia) se côtoient.

 

Tulipa-australis-col-Agnel-2-4.JPG

          La Tulipe australe, Tulipa sylvestris ssp australis, en fin de floraison.

 

Pinguicula-arvetii--3-.JPGAu bord du torrent, une petite zone humide avec la Grassette d’Arvet -Touvet, Pinguicula arveti.

Le Petit Apollon, Parnassius sacerdos est bien dans son milieu : sa plante-hôte est la Saxifrage faux-aizoon, Saxifraga aizoides.

 

Parnassius-sacerdos-Petit-Apollon---4-.jpg

 Beaucoup plus bas, dans un éboulis calcaire, une plante superbe, l’Ail à fleurs de Narcisse, Allium narcissiflorum.

Allium-narcissiflorum--3-.JPG

La Silène du Valais, Silene vallesia, aux fleurs rose sale et au calice rayé de rouge. Nous la rencontrons en Haute-Maurienne.

Silene-valesia--1-.JPG

           Posé sur une Asphodèle, un magnifique Apollon, Parnassius apollo.

Parnassius-apollo-Apollon--1-.JPG

 Un peu plus loin, le Semi-Apollon, Parnassius mnemosyne, un papillon peu commun, aux ailes translucides à nervures noires: on le prendrait presque pour un Gazé (Aporia crataegi) ! Ses chenilles se développent sur les Corydales, Corydalis intermedia par exemple.

 

PA-Parnassius-mnemosyne-Semi-Apollon.JPG

 

 

Encore une journée très intéressante !

 

                                               Claudie et Monique

Par groupe nature - Publié dans : SORTIES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 18 juillet 2014 5 18 /07 /Juil /2014 11:32

Du 26 au 30 juin, nous avons participé à une session botanique FMBDS à Sampeyre, en Italie.

Pour cette première herborisation, nous nous rendons au col de Sampeyre (2284 m) qui relie le val Varaita (Sampeyre) au val Maira (Stroppo). Malheureusement nous sommes dans les nuages ! Et c’est dommage car nous n’avons pas la vue sur le Mont Viso (3841 m).

Il ne fait vraiment pas chaud. Nous sommes au-dessus de la limite des arbres, juste en-dessous, les aulnes verts et les mélèzes avec les Rhododendrons en fleurs et les belles touffes jaunes de l’Huguéninie à feuilles de Tanaisie,  Hugueninia tanacetifolia (nouveau nom : Descurainia tanacetifolia).  Beaucoup de fleurs, mais certaines plantes sont particulièrement intéressantes…

 

Paysage--2-.jpg

 Achillea erba-rotta ssp. erba-rotta, l’Achillée à feuilles simples: une plante des éboulis siliceux frais, utilisée pour les tisanes et digestifs. Nous la rencontrons en Vanoise,Tarentaise.

 

Achillea-erba--rotta.JPG

 Barbarea bracteosa, la Barbarée à bractées: cette plante n’est pas en Haute-Savoie.

Barbarea-bracteata--2-.jpg

 Nous avons vu très souvent Cruciata glabra, la Croisette glabre, une plante présente dans presque toutes les Alpes mais pas en  Haute-Savoie.

 

Cruciata-glabra--3-.jpg

 Fritillaria tubiformis ssp. tubiformis, la Fritillaire du Dauphiné : elle a la couleur de la Frillaire pintade, F. meleagris, mais les damiers sont moins marqués… et elle pousse en montagne !

 

P1100783.JPG

 Damier de la succise,Euphydryas aurinia ssp debilis sur la Nigritelle de Cornelia Rudio,Gymnadenia corneliana,  une Nigritelle aux fleurs roses. En France, de la Savoie aux Alpes-Maritimes.

 

Euphydryas-aurinia-sur-Gymnadenia-corneliana2.jpg                                                          Photo Roger Fillion

  

Phyteuma globulariifolium ssp. pedemontanum, la Raiponce à feuilles de globulaire : on la rencontre en Savoie…mais pas en Haute-Savoie. Les feuilles de la base sont obovales.

 

Phyteuma-globulariifolium--pedemontanum-Mt-Cenis-.JPG

 

Primula halleri, la Primevère de Haller : elle ressemble un peu à la Primevère farineuse, mais ses fleurs rose violacé sont portées par un très long tube- Des Alpes-de-Haute-Provence jusqu’aux Carpates, mais pas en Savoie, ni en Haute-Savoie.

 

Primula-halleri--1-.JPG

 

Primula-halleri--4-.JPG

 Primula marginata, la Primevère marginée : Alpes du S-O. Nous l’avons vue souvent en fin de floraison. Mais ses feuilles sont caractéristiques !

 

Primula-marginata--3-.jpg

 Rhodiola rosea, l’Orpin rose : pétales jaunâtres, rougeâtres en fin de floraison– Presque toutes les Alpes, mais pas en Haute-Savoie.

 

Rhodiola-rosea.jpg

 

Nous avons vu aussi la Pédiculaire en toupet, Pedicularis comosa et l'Oeillet œil-de-paon, Dianths pavonius

 

Pedicularis-comosa--4-.jpg

Une rencontre inattendue par ce mauvais temps : un papillon transi, le Petit Nacré, Issoria lathonia, orné de grosses taches nacrées au revers de l’aile postérieure.

 

NY-Issoria-lathonia-Petit-Nacre--3-.JPG

Nous prenons notre repas au Refuge Meira Garneri, 1850 m

Au menu, « avalanche ! » d’antipasti, viande froide en tranches très fines avec noix et tomates cerises, polenta et saucisses, fromages, tarte aux myrtilles. Excellent !

Nos amis entonnent « Come si pianta la bella polenta » et autres chants bien connus, le tout dans une très bonne ambiance !

 

photo-Michele-Raillere-Burat--4-.jpg                                                                 Photo : Michèle R -B

 

Près du refuge, un très beau trèfle qui évoque un peu T. ochroleucon, mais les inflorescences sont beaucoup plus grandes : le Trèfle de Hongrie, Trifolium pannonicum. Son aire de répartition va de la Turquie à l’Europe de l’est, jusqu’aux Alpes cottiennes et maritimes (haute vallée de la Roya).

 

Trifolium-pannonicum-.jpg

 Le Petit Cytise nain, Chamaecytisus hirsutus ssp. pumilus : on peut le trouver en Italie à Cuneo, Imperia et en France dans les Alpes Maritimes, c’est tout ! En Savoie, au pied du Granier, on trouve Chamaecytisus supinus..

 

Chamaecytisus-hirsutus-ssp-pumilus.jpg

 


 

 Un peu plus haut, de très beaux Cirses des montagnes, Cirsium alsophilum = montanum  déjà vus dans le Mercantour.

 

Carduus-personnata---2-.jpg

 Une belle linaire à fleurs jaune-orange, à tige très feuillée, la Linaire à feuilles très étroites, Linaria angustissima = italica. Déjà vue dans le Valais, en Maurienne.. 

 

Linaria-angustissima--2-.JPG

 

An cœur d’une Rose, un beau longicorne, Pachitodes cerambyciformis

 

Pachytodes-cerambyciformis-.jpg

                                                                                   Photo RogerFillion

 

Que de belles rencontres pour cette première journée !

 

                                                                                                        Claudie

Par groupe nature - Publié dans : SORTIES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 juillet 2014 3 09 /07 /Juil /2014 14:11

Ce dimanche 22 juin, le temps est ensoleillé et les participants sont nombreux pour cette journée botanique intersociété. Ils viennent de Montmélian, Albertville, Modane, Moutiers, Chambéry, Faverges et cette année, sont invités par le Groupe d’Ugine.

 

Près du col de l’Arpettaz, nous nous garons au parking de Retorney pour monter à Praz Véchin (1743 m). Nous entendons la Caille et son célèbre « paie-tes-dettes, paie-tes-dettes ». Plus haut, le Pipit des arbres s’élance de la cime d’un épicéa en chantant tout en se laissant tomber en parachute.

Nous observons de très nombreuses plantes et en dressons une liste.

 

Rosa-tomentosa.JPG

                                                             le Rosier tomenteux, Rosa tomentosa

Trifolium medium

                                                                    le Trèfle moyen, Trifolium medium

Erinus-alpinus--3-.jpg                                                                            l’Erine des Alpes, Erinus alpinus


le Salsifis d’Orient, Tragopogon pratensis ssp orientalis et sa petite mouche aux ailes tachetées, Orellia falcata (Tephritidae).

 

DIP-Orellia-falcata-Tephritidae---col-Arpettaz.JPG                               la Téphridite du Salsifis a de beaux yeux verts et un ovipositeur conique, rigide, qui lui permettra de percer la tige de la plante et d’y déposer ses œufs.

 

Orobanche gracilis

                                             l'Orobanche grêle, Orobanche gracilis, parasite les Fabacées.

                                               L'intérieur de la corolle est rouge brunâtre et sent la girofle.


Au sommet de Praz Véchin, le panorama est superbe, malheureusement les sommets du massif du Mt Blanc sont cachés par les nuages. Tout près, nous admirons le Mont Charvin.

 

Charvin.jpg

 

Vers-le-col-des-Aravis.jpg

                                                                                 Vers le Col des Aravis

 

Groupe-Praz-Vechin---2-.jpg

Des aigles passent au-dessus de nous.

Deux Machaons volent rapidement, se poursuivent : ce comportement territorial des mâles appelé « hill-topping » est caractéristique.

 

Machaon-Col-des-Annes.JPGA la descente, nous admirons un papillon de nuit fraichement éclos, un Bombyx du chêne, Lasiocampa quercus : c’est une femelle aux antennes filiformes et à l’abdomen volumineux  (il contient déjà des œufs qui seront fécondés par un mâle).

 

LAS-Lasiocampa-quercus-femelle-Arpettaz-.JPG

 

L’un de nous a capturé un Cordulégastre bidenté (Cordulegaster bidentata) : cela nous a permis d’identifier cette libellule noire et jaune, avant de la relâcher, bien sûr.

 

OD-Cordulegaster-bidentata-Cordulegastre-bidente-Praz-Vec.JPG

 Puis c’est l’heure de l’apéritif et du pique-nique. Pendant que nous nous promenions, Oscar a tout préparé (tables, parasols). Nous goûtons aux spécialités offertes par nos amis du Groupe d’Ugine. C’est un bon moment où nous nous retrouvons tous, dans une ambiance très sympathique.

Pique-nique.JPG

 L’après-midi, nous repartons pour une boucle par Baru (1414 m), la Plane (1426 m) et revenons au parking par la route. Nous faisons encore de nombreuses découvertes.

La chaleur arrive et les papillons sont de sortie.

 

                  Le Tristan (Aphantopus hyperantus) et ses ocelles noirs pupillés de blanc et cerclés de jaune.

Tristan--2-.jpg

 Lycaena-hippothoe-Cuivre-ecarlate-Praz-Vechin.JPG

                Les Cuivrés écarlates (Lycaena hippothoe), nombreux, font le bonheur des photographes.

 

7-Lycaena-tityrus-ssp-subalpinus-Borderan--4----Copie.JPG               Le Cuivré fuligineux (Lycaena tityrus ssp subalpinus ) est gris-brun avec quelques taches noires.

                                    Les chenilles des Cuivrés se développent sur les Oseilles.

 

C’était une journée très agréable ! Merci à tous ceux qui l’ont organisée !

 

 

                                                                                                          Claudie

Par groupe nature - Publié dans : SORTIES
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 23 juin 2014 1 23 /06 /Juin /2014 16:09

Gentil coquelicot mesdames

Gentil coquelicot messieurs….

 

C’est la saison des coquelicots.

J’ai cueilli des pétales de coquelicot pour faire du sirop, le sirop est fait !!!

Voici le résultat CIMG3569.JPG

pour-blog-coquelicot
Pour colorer les gâteaux, dans les boissons, kir, dans les fromages blancs, yaourt, sur du pain... images images (2)

PHYTOTHERAPIE: sédatif, calmant, toux, aide à trouver le sommeil,... 

La recette est toute simple :

Mettre de l’eau bouillante sur les pétales (300 à 400 grammes  par litre).

Rajouter un peu de citron (pour garder la belle couleur rouge)

Laisser reposer une nuit.

Faire bouillir la tisane avec le même poids de sucre jusqu’à 102 degrés.

 

Et mettre en bouteille. Et le tour est joué ! Sabrina

Par groupe nature - Publié dans : RECETTES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 30 mai 2014 5 30 /05 /Mai /2014 22:01

Après le combat, le mâle dominant peut s’accoupler.

Le moment venu (fin juin-juillet), la femelle choisira soigneusement un endroit bien abrité, chaud et humide,  pour déposer ses œufs (5 à 15 œufs blancs, la coquille n’est pas rigide, des concrétions en forme de petites étoiles parsèment la coquille) : sous des pierres, dans une souche pourrie, dans un tas de végétaux en décomposition, un tas de feuilles, du compost ou du fumier.

Puis elle les abandonnera… Mauvaise mère !!

 

6 à 8 semaines plus tard les jeunes couleuvres sortiront des œufs, elles se disperseront et vivront leur vie loin de leurs parents, comme des grandes !

Les juvéniles n’ont pas la même « robe » que les adultes.

La couleur de leur corps est unie, sans taches, le dessus vert olivâtre, le dessous jaunâtre.

La tête est tachée de noir. Sur la photo on voit bien la pupille ronde typique des couleuvres.

 

Couleuvre-juvenile-verte-et-jaune-Hierophis-viridiflavus--.JPG

                                                                           Photo : Odette L.

 

couleuvre--Francoise-Benoit-Ste-Marie-de-Cuines.JPG

                                                 Photo : Françoise B (dessous du corps)

 

Il lui faudra attendre 2 à 4 ans pour devenir adulte.

 

Pour comparer voici un adulte trouvé mort sur une route…

 

couleuvre-verte-et-jaune-morte-Cevins-14-5-2013--1-.jpg

                                                                     Cevins, 14-5-2013

                       

 

 Fin avril,  nous avons rencontré un juvénile à découvert, au beau milieu d’un sentier à Sainte-Marie-de-Cuines en Savoie.

 

XX-couleuvre-verte-et-jaune--juvenile-Ste-Marie-d-copie-1.jpg

                                                                              Photo Monique M

 

couleuvre-verte-et-jaune-juvenile-Heriophis-viridiflavus-F.JPG

                                                                                  Photo : Françoise B.

 

couleuvre-verte-et-jaune-juvenile-Heriophis-virid-copie-1.JPG

                                                                Photo Françoise B.

 

Couleuvre-juvenile-verte-et-jaune-Hierophis-viridiflavus-O.JPG                                                                    Photo : Odette L.


 

  Nous avons trouvé son comportement bizarre : au lieu de s’enfuir ou de nous faire face, notre serpent est resté un bon moment sur le chemin, il s’est tortillé devant nous dans tous les sens, montrant parfois son dessous jaune…

Parade d’intimidation ?

 

XX couleuvre verte et jaune juvénile Ste Marie de Cuines

 

Après l’avoir bien observé, l’un de nous l’a pris délicatement et l’a posé dans l’herbe pour la mettre à l’abri…

 

 

 

Monique

Par groupe nature - Publié dans : REPTILES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Catégories

Rechercher

Présentation

Créer un Blog

CONNECTER SUR LE BLOG

Il y a actuellement  

20087

  personnes connectées à Over-Blog dont  

3

  sur ce blog

 

_MG_4151.jpg

Nos visiteurs de tous pays

free counters


Si vous cliquez sur "Flag counter" vous avez le détail.

 

Mauve musqu-e

Compteur de visite




Créé le 10 juin 2009

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés