Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 19:52

 

Photo insolite d'un flamant rose survolant le lac d'Annecy ! Eh oui, vous ne rêvez pas, en arrière-plan vous apercevez la carrière de Bredannaz !

 

photo.JPG

                                             Cette photo a été prise par un ami Valentin B. le19 mai.

 

A la LPO, un observateur a également signalé le 19 mai deux flamants roses à l’Eau Morte à Doussard.

 

Le flamant rose (Phoenicopterus roseus) est un oiseau magnifique. Son plumage est blanc-rosâtre, les couvertures alaires sont rouges, les rémiges noires.

C’est un des symboles de la Camargue. Vous l’avez certainement admiré sur les étangs salés du delta. L’envol d’une grande troupe est un spectacle merveilleux,  « une brusque flambée d’écarlate, de rose et d’ébène qui monte dans le ciel » comme l’écrit Paul Géroudet.

 

flamants-roses.jpg

flamants roses vol (2)

flamants-roses-JM--10-.jpg

 

            Le flamant rose vole cou et pattes tendues à l’horizontale, en file indienne ou en alignement décalé.

            Il vit en colonies de plusieurs milliers d’individus.

 

flamants-roses-JM--5--copie-1.jpg

 

Le flamant rose utilise son long cou et son bec épais pour remuer le fond de l’eau et trouver sa nourriture .Il se nourrit essentiellement d’une espèce de petite crevette, Artemia salina, qui lui donne sa couleur si spécifique. Dans son bec, de fines lamelles filtrent animaux et végétaux.

 

Groupe-flamants-roses.jpg

                           Flamants en train de se nourrir Réserve des Aiguamolls de l’Emporda (Espagne)

 

               Le flamant rose pond un œuf unique sur un « nid » fait d’un amas de boue.

 

Ce flamant rose s'est certainement échappé d’un parc ornithologique. Je me demande ce qu’il est devenu !

 

 

 

                                                           Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 22:03

C’est une araignée crabe, une Thomise. Je l’ai photographiée près de Bonifacio, elle est posée sur la fleur blanche d’un ciste de Montpellier.

 

Araignee-Napoleon-en-Corse.jpg

Comme toutes les araignées crabes, elle ne tisse pas de toile mais chasse à l’affût. Elle attend patiemment l’arrivée d’une proie qu’elle saisira avec ses pattes avant beaucoup plus grandes que celles de derrière.

 

Synaema-globosum-4--sur-Ciste-Montpellier---2-.JPG

 

Synaema-globosum-Corse-2-copie-1.JPG

 

Elle est facile à identifier, rouge, jaune ou blanc cassé, avec sur l’abdomen un motif qui, si on le regarde du bon côté, rappelle une silhouette historique bien connue, l’empereur avec son bicorne.

La Hulotte (n° 60) dit que dans le sud on rencontre surtout des individus tilleul ou blanc cassé, tandis qu’au nord, où la bestiole est un peu plus rare, les exemplaires… arborent généralement une superbe teinte orange sanguine…

 

Synaema-globosum--3-.JPG

 

Synaema-globosum-jaune-et-noire.JPG

Mon araignée de Corse a de belles teintes rouge orangé et noir…

Qui peut me dire le nom de sa victime ??

 

                                                                                 Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans ARAIGNEES
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 07:35

Exposition temporaire « A la croisée des chemins de Jean-Jacques » est un parcours-mélange au caractère littéraire, botanique, poétique et raisonné, au sens propre et figuré.


Promenades, récits, herborisations, parfois anecdotes, gravures de plantes, rencontre de contemporains de Monsieur Rousseau, présentation de livres anciens et de curiosités, qui inciteront le visiteur à l’agrément d’apprendre.


C’est avec beaucoup d’humilité que nous avons procédé en ce sens, à leur façon.


A la croisée des chemins était la tâche ; ayant peu à donner et tout à recevoir nous vous proposons une aventure réciproque.


Présentation d’un herbier du 19ème siècle selon les conditions de présentations et l’état de conservation.


Sa vie, ses écrits, ses passions illustrent la sélection thématique de l’exposition : la vie intellectuelle, la littérature, la musique et les sciences.


L’exposition est illustrée de documents d’époque : livres, manuscrits, objets, gravures et cartes anciennes.


Cette exposition donnera ainsi un aperçu de l'héritage et des postérités de Rousseau grâce aux surprenantes collections du muséum.


Entrée libre : vendredi, samedi, dimanche et lundi de 14h à 18h


Du 15 juin au 9 juillet et du 14 septembre au 8 octobre 2012


Au Museum d’histoire naturelle 208 avenue de Lyon


73000 Chambéry 

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 17:15

Voici 2 plantes remarquables présentes sur l’île Lavezzu.

Nous allons commencer par la plus grande !

 

Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--10-.JPG

 

Helicodiceros muscivorus (L.f.) Engl.= Arum = Dracunculus : Protection Régionale. Ce très gros « Arum mange-mouches » est répandu  sur Lavezzu, mais il a été éradiqué de l’île Cavallo au moment de l’aménagement touristique car l’odeur incommodait les riches clients ! Linné fils l’a nommé « mange-mouches » : il croyait que c’était une plante carnivore. En fait l’odeur attire les mouches, elles assurent la pollinisation de la plante et peuvent rester prisonnières de la plante un certain temps, mais elles ne sont pas « mangées »…


Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--1-.JPG

                     La grande spathe violacée est velue à l’intérieur, d’où le nom « oreille de porc ».



Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--11-.JPG

 

Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--9-.JPG

 

Et voici une toute petite plante :

 

Nananthea-perpusilla-5--1-.jpg

 

Nananthea perpusilla* (Loisel.) DC : Protection Nationale. De nanos nain et anthos fleur. Cette minuscule  Composée (Astéracée) vivace stolonifère forme des tapis sur les sables toujours humides à l’ombre des rochers granitiques. Endémique  de Corse (Port de Centuri au Cap Corse, îles Sanguinaires, Cavallo et Lavazzu). A Lavezzu, les populations de Nananthea  n’ont pas de fleurs ligulées.

 

En Sardaigne, les Nananthea ont des ligules blanches, elles ressemblent à de petites pâquerettes.  Sur l'île Mezzu Mare (Grande Sanguinaire, au NW d'Ajaccio), les capitules ont des fleurs ligulées mais un peu plus petites qu’en Sardaigne. Il y a donc une grande variabilité.


nananthea-perpusilla-ligules-Sardaigne.JPG

 

 Nous avons aperçu plusieurs couleuvres vertes et jaunes, mais elles sont rapides et nous n’avons pas de photos !

En Corse il n’y a pas de vipères, seulement 2 espèces de couleuvres, la verte et jaune qui semble abondante sur l’île et, dans les milieux humides,  la couleuvre à collier…sans collier : la sous-espèce de Corse ne porte pas le collier de couleur claire à l’arrière de la tête.

Les lézards sont plus faciles à photographier, nous vous présentons Podarcis tiliguerta.


Lezard-cf-tiliguerta-1.jpg

 

 

 

                                               Monique et Claudie

 


Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 11:41

 

L’archipel des îles Lavezzi, c’est la partie la plus méridionale de la France, au sud-est de Bonifacio et de ses falaises calcaires. Les îles ont été classées en Réserve naturelle en 1982, à l’exception de l’île de Cavallo. Elles font partie maintenant de la Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio, créée dans le cadre d’un protocole d’accord franco-italien visant à réaliser un Parc Marin International au travers d’un détroit menacé par le trafic maritime et une forte fréquentation touristique.

 

1 Lavezzzi carte 5 (1)

 

2 Lavezzzi carte 5 (2)

 

Le temps était beau et calme quand nous avons quitté le port de Bonifacio pour aller sur l’île Lavezzu, l’île principale de l’archipel (66 ha). Mais la mer peut être très dangereuse dans ce détroit. Lorsqu’on arrive en vue de l’île un monument, une pyramide en granite, rend hommage aux victimes du naufrage de la Sémillante

 

3-Lavezzi-monument-Semillante-5-1.jpg

 

 « La Sémillante, chargée de troupes pour la Crimée, était partie de Toulon, la veille au soir, avec le mauvais temps. La nuit, ça se gâta encore. Du vent, de la pluie, la mer énorme comme on ne l’avait jamais vue…et avec cela une sacrée brume du diable à ne pas distinguer un fanal à quatre pas… » (« L’agonie de la Sémillante » d’Alphonse Daudet -Lettres de mon moulin)

Les 700 hommes ont tous péri dans ce naufrage, 560 reposent dans le cimetière de l’île.

 

4-Cimetiere-5-1.jpg

 

4-Cimetiere-Semilliante--3-.jpg

 

             Le cimetière « un petit enclos de maçonnerie blanche perdu dans la brume au bout de l’île » (A.Daudet)

 

5-Cimetiere-Semilliante--4-.jpg

 

 

Seuls le capitaine Jugan (« en grand costume ») et l’aumônier (« son étole au cou ») ont été identifiés.

6 Cimetière Sémilliante (5)

 

6--cimetiere-Lavazzi-la-Semillante--5-1--1-.jpg

 

 

 « À la mémoire des officiers des armées de terre et de mer qui ont trouvé la mort dans le naufrage de la Sémillante le 15 février 1855 vers midi. Leurs restes sont confondus ici avec ceux de leurs hommes unis dans le repos éternel comme ils l'étaient dans le devoir. Que leurs noms soient connus pour nous permettre d'honorer leur mémoire. »


7-cimetiere-Lavazzi-la-Semillante--5-1--4-.jpg

 

   La liste des plantes notées sur l’île Lavezzu est longue. Dans quelques jours nous vous présenterons deux plantes, une grande et une toute petite…

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 11:38

 

Salade de Tilleul etc.

Asperges du pauvre : Berce, Raiponce en épi, Ornithogale des Pyrénées

Tarte à l’Ail des ours et à l’Ortie

Flan à l’Aspérule odorante

Vin de Mai à l’ Aspérule odorante

Salade :

Jeunes feuilles de Tilleul et de Frêne (des feuilles très tendres, nous avons choisi les feuilles les plus tendres possible).

Jeunes feuilles de Laiteron.

Fleurs d’Ail des ours, de Raiponce en épi, de Trèfle, de Lotier corniculé, de Salsifis…

Assaisonnement  : « tapenade » maison : Ail des ours, mélangé à de l’huile d’olive et à des noix réduites en poudre, sel et poivre.

 

Asperges du pauvre :

Nous avons  fait cuire à la vapeur (5 minutes environ) :

Raiponce en épi, Ornithogale des Pyrénées, Berce

La Raiponce a des tiges dures, celles de l’Ornithogale sont tendres.

Berce : la tige de Berce crue a un gout de mandarine.

Tarte :

Ail des ours et Ortie

Sur une pâte à tarte, nous avons déposé l’ail des ours et les orties.

Dans un bol nous avons mélangé du lait d’avoine, deux œufs, de la crème, sel, poivre, épices indiennes, cumin et nous avons versé le tout sur la pâte à tarte.

Cuisson : 30mn au four à 180°

 

Flan à l’Aspérule :

1 bouquet d’Aspérule odorante

½ l de lait + 5 cuillères  de crème

1 cuillère rase d’agar agar

3 cuillères de miel

Nous avons mis dans une casserole le lait, la crème, l’agar agar et le miel.

Nous avons ajouté le bouquet d’Aspérule et nous avons porté à ébullition tout en remuant pendant 2 minutes.

Nous avons filtré et versé la crème dans des petits moules et mis au frais.

Ce flan avait un gout d’orgeat.

(Le flan au Coquelicot en flan a  un gout de chocolat).

 

Vin de mai :

45 g de sommités fleuries d’Aspérule

75 cl de bon vin blanc.

45 g de sucre.

Nous avons versé le vin bouillant sucré sur l’Aspérule et nous l’avons laissé macérer.

Nous avons bu celui que j’avais préparé dans le frigo car cela se boit très frais.

 

Un excellent repas !!!

Sabrina

 


P1070978.JPG

Repost 0
Published by groupe nature - dans RECETTES
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 07:05

 

vipere.jpg

Sabrina et la vipère-dans-le-coffre-de-sa-voiture


 Après « Sabrina en Amazonie »

(bulletin du Gr. Nature),

« Sabrina dans les Alpes » (blog) et récemment  « Sabrina et les abeilles » (blog)… voici une nouvelle aventure :

« Sabrina et la vipère dans le coffre de sa voiture » !

 

«Samedi 19 mai : je voulais aller cueillir des plantes pour le repas de midi avec Danielle et Maryline (bientôt je vous donnerai des recettes), j’ouvre le coffre de ma voiture pour déposer mon panier, et que vois je ? ... une vipère ! Le temps que je réagisse, j’appelle les filles, panique à bord…

La vipère n’était pas contente du tout, elle sifflait !!!

Et puis elle s’est cachée…

Je referme le coffre, et j'appelle les pompiers.

Ils vident ma voiture. Ce n’est pas une mince affaire, il y a mes affaires de camping, de cueilleuse de plantes etc... Ils ont dû être impressionnés !

Les pompiers ont fini par la trouver, 

 

108_2668.JPG

Ils l’ont saisie avec une longue pince et l’ont mise dans une glacière.

La vipère est un animal protégé, on n’a pas le droit de la tuer. Je ne sais pas où ils l’ont relâchée !

 

Hier soir je suis rentrée vers minuit, la vipère était certainement déjà dans ma voiture. La dernière fois que je suis allée dans la nature c’est mardi, cela veut dire que depuis mardi, je circule avec une vipère dans ma voiture !!!! J'étais allée du côté de la Combe d’Ire cueillir des plantes. J’avais sorti des affaires de ma voiture, sac à dos, sac de couchage... Je les avais posés dans l’herbe. Quand j'ai remis mes affaires dans la voiture, elle a dû monter en même temps.

 

C’est impressionnant !!!Quand je pense que je dors dans la nature, et qu'il ne m'est jamais arrivé de dormir à côté d'une vipère (…ou je ne m’en suis pas rendu compte !!)… Une vipère dans ma voiture, cela me fait une drôle d’impression !!!

Les pompiers étaient super sympathiques ! Je leur ai raconté mon histoire d'abeilles. Il y a  quinze jours j’ai trouvé un essaim d’abeilles ! Vous vous souvenez ??

C'est mouvementé mes rencontres !!! »

Suspense… Que va-t-il arriver à Sabrina la prochaine fois ??

 

Va-t-elle rencontrer un ours ? Peu probable, les derniers ours de la Combe d’Ire ont disparu vers 1900….

 

Mais elle pourrait rencontrer le loup ! Pourquoi pas ?

 

Sabrina, mets ta jolie robe rouge et prépare ton appareil photo pour le prochain reportage !

 

    

 

 

 

P1070909.JPG

 

 

 

   

P1070908.JPG

 


P1070912.JPG

 

  P1070921.JPG

 

 

  P1070925.JPG

 

 

  108_2670.JPG

 

 

viperes.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans REPTILES
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 17:23

 

Oui, il y a une suite…

 

Résumé des épisodes précédents  :

 

21 août 2011 : « mise en boîte » d’une chenille.

22 août 2011 : la chenille n’a pas perdu de temps, pendant la nuit elle a tissé son cocon et s’est chrysalidée.

7 mois d’attente…

29 mars 2012 : un beau papillon sort du cocon, c’est une femelle.

1e avril 2012 : ma femelle attire un mâle (d’où vient-il ?), accouplement (2 heures) et aussitôt après, ponte.

 

1 oeufs pt paon sur rameau (1) - Copie

La ponte, 1e avril

Au moment de pondre la femelle sélectionne dans la nature une plante nourricière pour déposer ses œufs. Certains papillons sont très exigeants, une seule plante leur convient. Le Petit Paon est moins difficile, ses plantes hôtes sont très variées : Rosacées ligneuses comme le prunellier, l’aubépine, la ronce, le framboisier, la spirée ulmaire et aussi  le saule marsault, la callune vulgaire, la myrtille etc…

Les papillons installent leur progéniture  dans un milieu idéal pour le développement des jeunes chenilles, car à leur naissance elles doivent se débrouiller toutes seules.

 

Ma femelle n’a pas eu le choix, je lui ai présenté un rameau du pommier de mon jardin. Si elle était née dans la nature, je pense qu’elle n’aurait pas eu à chercher loin, car la chenille se serait chrysalidée sur l’une de ses plantes hôtes. Il me semble que la femelle n’est pas capable de voler loin : son abdomen gonflé par les œufs (les ovules) est trop lourd !

 

Mon papillon a collé ses œufs contre le rameau, il les a disposés bien régulièrement  en manchon.

Les œufs sont lisses et brillants, un peu bosselés, sans ornementation. On remarque au sommet un  point plus sombre, c’est le micropyle, une petite ouverture qui permet aux spermatozoïdes de pénétrer dans l’ovule pour le féconder au moment de la ponte.

 

A l’intérieur de l’œuf, un miracle se produit : après une intense division cellulaire, l’ovule fécondé va se transformer en chenille….

 

2----12-04-17-chenilles-pt-paon-de-nuit---4----Copie---Copi.JPG

3----12-04-17-chenilles-pt-paon-de-nuit---1----Copie---Copi.JPG

 

Naissance des chenilles, le 17 avril

 

Au bout de 17 jours d’incubation,  les œufs sont arrivés à maturité.

Les chenilles ont découpé un petit trou au sommet de l’œuf et sont  sorties … Elles sont noires, poilues : elles ne ressemblent en rien à la chenille que j’ai recueillie fin août ! Elles sont minuscules, mais la tête est relativement volumineuse et par rapport à la taille des œufs elles sont géantes : comment ces petites bêtes ont-elles trouvé assez de place dans ces œufs minuscules ?

 

Pour leur premier repas les petites chenilles dévorent souvent la coquille de leurs œufs, les miennes s’attaquent  sans tarder aux feuilles des rameaux d’aubépine que je leur ai présentées, elles semblent apprécier, tout va bien !

 

4----12-04-18-chenilles-pt-paon-de-nuit--1-.jpg

 

5----12-04-20-chenilles-Pt-Paon-de-nuit.jpg

 

Les chenilles passent leur temps à manger… et à faire des crottes : il faut s’occuper de leur nourriture, dès que les feuilles sont flétries il faut aller en chercher des nouvelles…Et il faut nettoyer la boîte car les crottes s’accumulent !

 

  Et les parents, que sont-ils devenus ? Ils ont rempli leur mission et sont morts depuis longtemps…

Voici le mâle et la femelle le soir du 1e avril, après la ponte, ils ne bougent plus… 

 

6--male-et-femelle-dans-la-boite--pt-paon-.jpg

J’ai mis le mâle sur le dos, il est HS !

 

6--male-sur-le-dos--il-est-HS.jpg

 

Le corps mou des chenilles est occupé en grande partie par le tube digestif, manger est leur seule occupation !

 7--12-04-21-chenilles-pt-paon-de-nuit.jpg

8---12-04-22-chenilles-pt-paon-de-nuit.jpg

 

25 avril : les chenilles ont déjà bien grandi, j’en donne quelques-unes à Françoise D. et  à Jacques B.

Mais que se passe-t-il ??  Elles ont cessé de manger et ne bougent plus.  Je pense tout de suite à la mue, mais ce qui me fait souci c’est que ça dure plusieurs jours…

Voici  une photo prise  le  27 avril,  on voit les « vieilles peaux » en bas, les chenilles ont donc mué, mais elles ne semblent pas affamées, elles sont très calmes, je suis inquiète.

 9----12-04-27-chenilles-et-mues-Pt-paon--2----Copie.jpg

 

 

28 avril : Claudie et moi nous partons en Corse pour une session botanique d’une semaine. Je confie la boîte à Jean-Marc. Dès le premier coup de fil le 29 avril, il me rassure : les chenilles ont bon appétit.

 

5 mai : retour de Corse, Jean-Marc a bien soigné les chenilles, il les a placées dans une boîte plus grande.

 

9--bis----12-05-07--chenilles--1--copie-1.jpg

Les chenilles ont grandi, elles sont toujours noires et poilues, des taches jaunes sont apparues sur le côté… C’est moins sympa que les papillons, mais comme dit la Rose du Petit Prince «  Il faut bien que je supporte deux ou trois chenilles si je veux connaître les papillons » !

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 15:43

 

Nom commun  Aspérule odorante     

Nom scientifique   : Galium odoratum (L.)
          

Famille :     RUBIACEES

 

P1070689.JPG

Elle est abondante dans les bois clairs de hêtres.

 

 

La plante inodore à l’état frais, acquiert au cours du séchage une odeur suave très agréable. On l’a de ce fait utilisé depuis longtemps pour aromatiser les boissons. Le vin de mai « Maitrank » traditionnel de l’est de la Belgique à la Suisse est obtenu par macération d’aspérule dans du vin blanc. 

L’aspérule est calmante, digestive, et antispasmodique.
On peut l'utiliser en infusion, compresse, tisane et vin
 


Attention
:de fortes doses peuvent provoquer des maux de tête et des troubles digestifs.

Sécher avec soin car la
plante moisie est toxique et peut provoquer de graves hémorragies.

L’aspérule séchée sert aussi à parfumer le linge dans les armoires.
Mettre en sachet comme la lavande.
Son odeur persiste plusieurs années.



Le vin de Mai
 :


. 45 gr de sommités fleuries d'aspérule
. 1 bouteille de bon vin blanc (75 cl)
. 45 gr de sucre

Verser le vin bouillant sucré sur l’aspérule fraîchement cueillie et laisser macérer jusqu'à refroidissement du liquide.

Filtrer

Si nécessaire, ajouter 1 cuillère à soupe d’alcool pour la conservation.

 

Conseil : Cueillir les brins d’aspérule avec délicatesse pour qu’ils ne noircissent pas.

 


Ce bouquet est composé de feuilles d'Ail des ours et de feuilles et fleurs d'Aspérule odorante...Sabrina

 

P1070694.JPG

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans RECETTES
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 17:32

Dimanche 6 mai en allant me promener sur le sentier du petit castor entre Marlens et Ugine, j'ai découvert cet essaim.

 

P1070703.JPG

Je me suis approchée le plus près possible et j'ai pris ces photos.P1070703-001.JPG

 

P1070699.JPG

Voici des infos sur les essaims d'abeilles que j'ai trouvées sur le net :


L’abeille est un insecte de l' ordre des Hyménoptère, famille des Apidae (ordre d' insectes à deux paires d' ailes membraneuses, comprenant aussi les guêpes et les fourmis).

Ce type d’insectes est social, sauvage et domestique. L’abeille est élevée pour le miel, le pollen, la gelée royale et la cire. Elle ne vit qu’en société.

Un essaim se compose de trois castes: la reine, les ouvrières et les faux-bourdons.


A l' aide d' une paire de jumelles et en visant une fleur on se rend compte du travail incessant des abeilles. Sans relâche elles butinent et virevoltent dans la lumière du soleil. Leur but : ramener nectar, pollen, eau, propolis." Sabrina

Repost 0
Published by groupe nature - dans INSECTES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories