Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 07:58

J’ai recueilli la chenille le mercredi 20 juin. Elle était déjà en position pour se chrysalider : montée sur un brin d’herbe, elle avait tissé un fil de soie, une ceinture, pour s’attacher à l’herbe. Elle avait cessé de se nourrir et ne bougeait plus.

 

1-Machaon-chenille-qui-s-attache--20-06-12.JPG

Le jeudi matin, pas de changements…

 

2-Machaon-chenille-qui-s-est-attachee--20-06-12.JPG

Le jeudi soir, 21 juin,  elle s’était chrysalidée. La « défroque » de la chenille (sa peau) était au fond de la boîte.

3-machaon-chrysalide-21-juin.JPG

 

Je n’ai pas eu longtemps à attendre l’émergence de l’imago, c-à-d la naissance du papillon ! Le lundi soir j’ai remarqué que la chrysalide était devenue plus sombre, il n’y avait plus beaucoup de lumière, j’ai pensé que je pouvais attendre un peu pour faire la photo… Mais le lendemain, le  mardi 3 juillet, moins de 2 semaines après avoir recueilli la chenille, le papillon est sorti de sa chrysalide ! Je l’ai trouvé en rentrant de la sortie à Seythenex-la Sambuy (mise en place du sentier botanique).

4-machaon-chrysalide-23-juin-2012--1-.JPG

 

 

                                                                               la chrysalide est vide !

5-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--1-.JPG

6-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--3-.JPG

                                       Le Machaon, ou le Grand Porte-Queue, Papilio machaon L.

Il avait déplié ses ailes, mais n’avait pas envie de s’envoler : il fallait attendre que ses ailes soient bien sèches !

Le mercredi 4 juillet, avant de partir, je l’ai posé sur des lavandes, au retour, il n’y était plus !

 

7-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--10-.JPG

 

8-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--12-.JPG

Espérons qu’il a trouvé un compagnon-ou une compagne (chez le Machaon, les 2 sexes sont semblables). Il a une trompe, il se nourrit du nectar des fleurs. Une fois fécondée, la femelle pond ses œufs un à un sur les feuilles de carotte, de fenouil ou autres Ombellifères (Apiacées) sauvages.

Il y a 2 générations par an.

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 13:42

 

  Le 9 mai  aux Rippes à côté d'Ugine, en bordure  d'un pré à orchidées, nous trouvons une petite chenille immobile sur le sol parmi des feuilles mortes de chêne. C'est la chenille du Tabac d'Espagne, Argynnis paphia.

 

Chenille Tabac d'Espagne 9 mai Rippes

 

On la reconnaît facilement avec ses deux bandes dorsales rapprochées, de couleur crème et  ses épines (scolies) fauves. Elle possède aussi une paire d'épines thoraciques noires, plus grêles,  dépassant la tête à la manière d'antennes.

Le Tabac d'Espagne est un des plus grands papillons d’Europe. Il est orangé orné de points et de stries noires.

 

Tabac d'Espagne Marlens.JPG

 

Il pond ses oeufs non pas sur les plantes nourricières – les violettes -  mais à proximité de celles-çi, sur le tronc des arbres avoisinants, notamment pins et épicéas. Les oeufs éclosent à la fin de l'été, les petites chenilles se laissent tomber à terre pour rechercher leur plante-hôte. Elles hivernent et terminent leur développement au printemps.

Je ramène la chenille à la maison et décide de l'élever. Ce n’est pas compliqué : elle se nourrit de feuilles de violettes et j’en ai dans ma pelouse !

La chenille a bon appétit et grandit vite. Elle se nourrit pendant la nuit et dévore les feuilles des violettes. Le jour, elle reste immobile dissimulée sous les feuilles mortes de chêne que j’ai déposées au fond de la boite. Le 21 mai la chenille mesure près de 5 cm ! Je pense qu’elle va bientôt se nymphoser.

 

Argynnis paphia chenille 19 mai

Viola hirta

 

Je dispose un petit rameau afin qu'elle fixe sa chrysalide. Mais en fait, le 26 mai,  la chenille se fixe au couvercle de la boite par le crémaster,  petit appendice situé à l’extrémité postérieure, et se suspend tête en bas..

Ce qui ne facilite pas la tâche du photographe !

Argynnis paphia pendu chrysalide26 mai (3)

 

Le lendemain on peut admirer la chysalide : elle est magnifique, brune ornée de rangées de protubérances dorsales acuminées et de taches brillantes à reflet bleu métallique.

 

 

 

Chrysalide Tabac d'Espagne 27 mai-copie-1

 

                                   Le stade nymphal dure 2 à 3 semaines. L’émergence approche…

                                   En effet, le papillon nait le 17 juin. La chrysalide est ouverte.


chrysalide-ouverte-17-juin.jpg

 

Il est très beau : c’est une femelle. Elle est plus terne que le mâle et ne possède pas de bandes androconiales.

Le revers de l’aile postérieure est verdâtre zébré de bandes argentées. Les Allemands l’appellent « Silberstrich » (= rayures argentées  ou « Kaisermantel » (= manteau d’empereur).

                  Tabac dessus 2 le 17 juin

 

                                     Tabac revers (2)

 

Le mâle possède des stries noires sur les ailes antérieures. Ce sont les bandes androconiales constituées d’écailles odoriférantes destinées à attirer les femelles. (voir ci-dessus photo d'un mâle butinant un Buddleja)

 

J'ai attendu le retour du beau temps pour relâcher mon papillon. J'espère qu'il aura trouvé un partenaire pour assurer sa descendance.

Argynnis paphia accoupl Marlens

 

                                        Accouplement photographié à Marlens, le 25 juillet 2009.

 

                                                                                            Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 21:55

 

Mardi 3 juillet, 17  personnes du Groupe Nature sont montées par le télésiège de la Sambuy  pour  mettre en place le sentier botanique. Il s'agit de rechercher les plantes qui fleurissent le long de ce sentier et de les étiqueter.

 

groupe-sentier-bota-Sambuy--2-.jpg

groupe-sentier-bota-Sambuy--3-.jpg

Le temps était très couvert mais nous avons passé quand même une bonne journée. Nous avons pu travailler sans souffrir de la chaleur... car nous étions dans le brouillard !

Voici quelques plantes photographiées le long du sentier botanique...

 

Aster alpinus Carilie

                                                                                   Aster des Alpes

Campanula-thyrsoides-sentier-Sambuy--3-.jpg

                                                                            Campanule en thyrse

Phyteuma orbicularis sentier Sambuy

                                                                              Raiponce orbiculaire

Orchis ustulata sentier sambuy

                                                                                                Orchis brûlé

Coeloglossum viride P greneouille sentier Sambuy

                                                                                 Orchis grenouille

Erinus-alpinus.jpg

                                                                         Erine des Alpes

Hieracium-villosum.jpg

                                                                              Epervière des Alpes

 

Mais les chèvres de la Bouchasse n'étaient pas loin et n'attendaient que notre départ pour brouter les plantes !chevres--2-.jpg

 

Le travail terminé, nous avons pique-niqué ensemble.

Groupe-Sambuy--PN-03-07-12-copie-1.JPG

 Nous avons tous bien apprécié le vin d'oranges amères offert par Odile, voici Mimile et Henri, ils le trouvent très bon ! 


Mimile-henry.jpg

 

Les papillons attendaient que la chaleur revienne. Transis, ils se sont laissé approcher facilement.

Erynnis-tages-Pt-Hongrie-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                            Point de Hongrie

Coenonympha-gardetta-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                                Satyrion

Erebia-oeme-M-luzules-sentier-Sambuy--6-.jpg

                                                                                     Moiré des luzules

Maculinea-arion-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                                  Azuré du serpolet

Turquoise-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                             Turquoise

 

Il faudra revenir dans quelques semaines pour retirer quelques étiquettes et en rajouter d'autres…

 

                                                                  Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans SORTIES
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 22:53

P1080527.JPG

 

Dimanche 17 juin, nous sommes allés herboriser avec les sociétés de botanique et mycologie voisines. C’était la traditionnelle « journée intersociétés », organisée cette année par la société d’Albertville.


Nous avons passé la journée dans le Beaufortin, au lac de la Gittaz. Un paysage de rêve !P1080530.JPG


Le barrage de la Gittaz a été construit entre 1963 et 1967.

Le Lac de la Gittaz a une superficie de 37 ha, il reçoit les eaux du torrent de la Gittaz et aussi le trop plein du lac de Roselend utilisé pour l'alimentation électrique. C'est un site de pêche en montagne.  Altitude : 1562m.


La randonnée traverse les alpages et ses nombreux chalets.

Etaient présents : Ugine (5), Faverges (4), Montmélian (4) et Albertville (13).

P1080524.JPG


Magnifique soleil, un cadre féérique où se mêlent montagne, rivière, végétaux, pierres, cascades…que demander de plus à la vie !

 

herborisation-Gittaz-Beaufortin-17-06-12---1-.JPGLe matin j’ai herborisé avec le groupe, j’ai noté pas mal de plantes.


Je suis contente car j’ai pu déterminer les feuilles des différentes Myrtilles :  Myrtille (Vaccinium myrtillus), Airelle des marais (Vaccinium uliginosum microphyllum), Airelle rouge (Vaccinium vitis-idaea), c’est bien quand on a les trois côte à côte, c’est plus facile de les différencier.


P1080597.JPGEnsuite vers midi, nous avons pique niqué dans les Pissenlits, nous avons mangé tous ensemble. La société d’Albertville nous a offert le vin blanc en apéritif. Odette et d’Oscar nous ont fait goûter leur vin de mai (vin rosé aux fleurs de sureau), ainsi que leurs diots faits maison, Monique sa tapenade (recette de Mimile), Christine son cake au jambon.


Pour le dessert, Christiane de Montmélian avait fait un « broyé », elle a promis de nous donner la recette…Des tartes maison ont circulé !


Toutes ces spécialités ont été très appréciées. Puis il y a eu les digestifs maison, génépi, prune, pin sylvestre….

 

P1080583.JPGAprès ce repas très convivial, le groupe est retourné herboriser. Moi, je suis restée cueillir des plantes avec quelques filles, j’ai cueilli du Chénopode bon Henri pour faire mes lasagnes, à l’occasion je vous donnerai ma recette sur le blog.


J’ai cueilli aussi des fleurs de Pissenlit pour faire de la confiture.


Ensuite je suis allée dans la rivière, je me suis baignée dans un décor de carte postale (…seulement les jambes !).

Quel  bien-être de patauger dans cette belle eau fraîche, c’était délicieux !


Pour terminer, nous avons vu arriver 3 gros camions  qui transportaient un nombre impressionnant de moutons.

Après ce long voyage (ils venaient de la région d’Avignon), les moutons  ne se sont pas fait prier pour descendre et rejoindre le pâturage, ils étaient tout fous, il fallait les voir sauter !

 

P1080618.JPG 


Vraiment une belle journée comme je les aime ! Je reviendrai bivouaquer dans ce vallon car c’est vraiment magnifique comme décor.

P1080564.JPG 

 

Merci à toute l’équipe !

 


SabrinaP1080604.JPG

 

Une cit ation pour remercier de cette belle journée :

"Avec la montagne, on se découvre roseau, poussé à percer des trous aux bons endroits pour que le souffle de la vie passe et qu'il en sorte la plus belle musique possible"

Lionel Daudet

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans SORTIES
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 20:02

En déroulant son store sur sa terrasse, ma voisine a eu la surprise de voir tomber un reptile qui s'y était réfugié. Paniquée, croyant que c'était une vipère, elle l'a tué avec un râteau.

 

Coronelle-lisse-Monique-Marin-Lamellet--4-.jpg

 

En fait, c'était une Coronelle lisse. Cette petite couleuvre qui n'atteint que 60 cm à l'âge adulte  est de couleur grise ou brunâtre avec des motifs foncés sur le dos. Au premier abord, on peut la confondre avec une vipère.

Sa tête arrondie se distingue à peine du corps.

Une bande noire part du bout du museau, traverse l'oeil et s'étend jusqu'au cou. Sur le dessus de la tête, on peut voir de grandes écailles : ce qui la distingue de la vipère.

De même, la pupille est ronde (alors que celle de la vipère est verticale).

Coronelle-lisse-Monique-Marin-Lamellet--5-.jpg

 

Elle se nourrit à 70% de petits reptiles (lézards, orvets...), elle consomme aussi batraciens, mulots...

Il y a quelques années Monique a vu sur sa terrasse une coronelle  qui gobait  des oeufs de lézard.

 

Mais une question demeure : comment est-elle arrivée sur le store ?

La coronelle peut grimper (seulement dans les arbustes), mais en général elle préfère rester au sol.

 

Craintive, discrète, elle aime les zones pierreuses pour se réfugier au moindre danger.

Coronelle-lisse-2.jpg

 

Coronelle-lisse.jpg

Coronelle-lisse-Marlens---Copie.jpg

 

Elle peut vivre à côté de nous sans que nous le sachions.

Elle est protégée et absolument inoffensive ! Alors ne la tuez pas en la prenant pour une vipère !

 

Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans REPTILES
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 19:52

 

Photo insolite d'un flamant rose survolant le lac d'Annecy ! Eh oui, vous ne rêvez pas, en arrière-plan vous apercevez la carrière de Bredannaz !

 

photo.JPG

                                             Cette photo a été prise par un ami Valentin B. le19 mai.

 

A la LPO, un observateur a également signalé le 19 mai deux flamants roses à l’Eau Morte à Doussard.

 

Le flamant rose (Phoenicopterus roseus) est un oiseau magnifique. Son plumage est blanc-rosâtre, les couvertures alaires sont rouges, les rémiges noires.

C’est un des symboles de la Camargue. Vous l’avez certainement admiré sur les étangs salés du delta. L’envol d’une grande troupe est un spectacle merveilleux,  « une brusque flambée d’écarlate, de rose et d’ébène qui monte dans le ciel » comme l’écrit Paul Géroudet.

 

flamants-roses.jpg

flamants roses vol (2)

flamants-roses-JM--10-.jpg

 

            Le flamant rose vole cou et pattes tendues à l’horizontale, en file indienne ou en alignement décalé.

            Il vit en colonies de plusieurs milliers d’individus.

 

flamants-roses-JM--5--copie-1.jpg

 

Le flamant rose utilise son long cou et son bec épais pour remuer le fond de l’eau et trouver sa nourriture .Il se nourrit essentiellement d’une espèce de petite crevette, Artemia salina, qui lui donne sa couleur si spécifique. Dans son bec, de fines lamelles filtrent animaux et végétaux.

 

Groupe-flamants-roses.jpg

                           Flamants en train de se nourrir Réserve des Aiguamolls de l’Emporda (Espagne)

 

               Le flamant rose pond un œuf unique sur un « nid » fait d’un amas de boue.

 

Ce flamant rose s'est certainement échappé d’un parc ornithologique. Je me demande ce qu’il est devenu !

 

 

 

                                                           Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 22:03

C’est une araignée crabe, une Thomise. Je l’ai photographiée près de Bonifacio, elle est posée sur la fleur blanche d’un ciste de Montpellier.

 

Araignee-Napoleon-en-Corse.jpg

Comme toutes les araignées crabes, elle ne tisse pas de toile mais chasse à l’affût. Elle attend patiemment l’arrivée d’une proie qu’elle saisira avec ses pattes avant beaucoup plus grandes que celles de derrière.

 

Synaema-globosum-4--sur-Ciste-Montpellier---2-.JPG

 

Synaema-globosum-Corse-2-copie-1.JPG

 

Elle est facile à identifier, rouge, jaune ou blanc cassé, avec sur l’abdomen un motif qui, si on le regarde du bon côté, rappelle une silhouette historique bien connue, l’empereur avec son bicorne.

La Hulotte (n° 60) dit que dans le sud on rencontre surtout des individus tilleul ou blanc cassé, tandis qu’au nord, où la bestiole est un peu plus rare, les exemplaires… arborent généralement une superbe teinte orange sanguine…

 

Synaema-globosum--3-.JPG

 

Synaema-globosum-jaune-et-noire.JPG

Mon araignée de Corse a de belles teintes rouge orangé et noir…

Qui peut me dire le nom de sa victime ??

 

                                                                                 Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans ARAIGNEES
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 07:35

Exposition temporaire « A la croisée des chemins de Jean-Jacques » est un parcours-mélange au caractère littéraire, botanique, poétique et raisonné, au sens propre et figuré.


Promenades, récits, herborisations, parfois anecdotes, gravures de plantes, rencontre de contemporains de Monsieur Rousseau, présentation de livres anciens et de curiosités, qui inciteront le visiteur à l’agrément d’apprendre.


C’est avec beaucoup d’humilité que nous avons procédé en ce sens, à leur façon.


A la croisée des chemins était la tâche ; ayant peu à donner et tout à recevoir nous vous proposons une aventure réciproque.


Présentation d’un herbier du 19ème siècle selon les conditions de présentations et l’état de conservation.


Sa vie, ses écrits, ses passions illustrent la sélection thématique de l’exposition : la vie intellectuelle, la littérature, la musique et les sciences.


L’exposition est illustrée de documents d’époque : livres, manuscrits, objets, gravures et cartes anciennes.


Cette exposition donnera ainsi un aperçu de l'héritage et des postérités de Rousseau grâce aux surprenantes collections du muséum.


Entrée libre : vendredi, samedi, dimanche et lundi de 14h à 18h


Du 15 juin au 9 juillet et du 14 septembre au 8 octobre 2012


Au Museum d’histoire naturelle 208 avenue de Lyon


73000 Chambéry 

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 17:15

Voici 2 plantes remarquables présentes sur l’île Lavezzu.

Nous allons commencer par la plus grande !

 

Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--10-.JPG

 

Helicodiceros muscivorus (L.f.) Engl.= Arum = Dracunculus : Protection Régionale. Ce très gros « Arum mange-mouches » est répandu  sur Lavezzu, mais il a été éradiqué de l’île Cavallo au moment de l’aménagement touristique car l’odeur incommodait les riches clients ! Linné fils l’a nommé « mange-mouches » : il croyait que c’était une plante carnivore. En fait l’odeur attire les mouches, elles assurent la pollinisation de la plante et peuvent rester prisonnières de la plante un certain temps, mais elles ne sont pas « mangées »…


Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--1-.JPG

                     La grande spathe violacée est velue à l’intérieur, d’où le nom « oreille de porc ».



Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--11-.JPG

 

Helicoderos-muscivorus-end-Co-Sa-Bal--5-1--9-.JPG

 

Et voici une toute petite plante :

 

Nananthea-perpusilla-5--1-.jpg

 

Nananthea perpusilla* (Loisel.) DC : Protection Nationale. De nanos nain et anthos fleur. Cette minuscule  Composée (Astéracée) vivace stolonifère forme des tapis sur les sables toujours humides à l’ombre des rochers granitiques. Endémique  de Corse (Port de Centuri au Cap Corse, îles Sanguinaires, Cavallo et Lavazzu). A Lavezzu, les populations de Nananthea  n’ont pas de fleurs ligulées.

 

En Sardaigne, les Nananthea ont des ligules blanches, elles ressemblent à de petites pâquerettes.  Sur l'île Mezzu Mare (Grande Sanguinaire, au NW d'Ajaccio), les capitules ont des fleurs ligulées mais un peu plus petites qu’en Sardaigne. Il y a donc une grande variabilité.


nananthea-perpusilla-ligules-Sardaigne.JPG

 

 Nous avons aperçu plusieurs couleuvres vertes et jaunes, mais elles sont rapides et nous n’avons pas de photos !

En Corse il n’y a pas de vipères, seulement 2 espèces de couleuvres, la verte et jaune qui semble abondante sur l’île et, dans les milieux humides,  la couleuvre à collier…sans collier : la sous-espèce de Corse ne porte pas le collier de couleur claire à l’arrière de la tête.

Les lézards sont plus faciles à photographier, nous vous présentons Podarcis tiliguerta.


Lezard-cf-tiliguerta-1.jpg

 

 

 

                                               Monique et Claudie

 


Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 11:41

 

L’archipel des îles Lavezzi, c’est la partie la plus méridionale de la France, au sud-est de Bonifacio et de ses falaises calcaires. Les îles ont été classées en Réserve naturelle en 1982, à l’exception de l’île de Cavallo. Elles font partie maintenant de la Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio, créée dans le cadre d’un protocole d’accord franco-italien visant à réaliser un Parc Marin International au travers d’un détroit menacé par le trafic maritime et une forte fréquentation touristique.

 

1 Lavezzzi carte 5 (1)

 

2 Lavezzzi carte 5 (2)

 

Le temps était beau et calme quand nous avons quitté le port de Bonifacio pour aller sur l’île Lavezzu, l’île principale de l’archipel (66 ha). Mais la mer peut être très dangereuse dans ce détroit. Lorsqu’on arrive en vue de l’île un monument, une pyramide en granite, rend hommage aux victimes du naufrage de la Sémillante

 

3-Lavezzi-monument-Semillante-5-1.jpg

 

 « La Sémillante, chargée de troupes pour la Crimée, était partie de Toulon, la veille au soir, avec le mauvais temps. La nuit, ça se gâta encore. Du vent, de la pluie, la mer énorme comme on ne l’avait jamais vue…et avec cela une sacrée brume du diable à ne pas distinguer un fanal à quatre pas… » (« L’agonie de la Sémillante » d’Alphonse Daudet -Lettres de mon moulin)

Les 700 hommes ont tous péri dans ce naufrage, 560 reposent dans le cimetière de l’île.

 

4-Cimetiere-5-1.jpg

 

4-Cimetiere-Semilliante--3-.jpg

 

             Le cimetière « un petit enclos de maçonnerie blanche perdu dans la brume au bout de l’île » (A.Daudet)

 

5-Cimetiere-Semilliante--4-.jpg

 

 

Seuls le capitaine Jugan (« en grand costume ») et l’aumônier (« son étole au cou ») ont été identifiés.

6 Cimetière Sémilliante (5)

 

6--cimetiere-Lavazzi-la-Semillante--5-1--1-.jpg

 

 

 « À la mémoire des officiers des armées de terre et de mer qui ont trouvé la mort dans le naufrage de la Sémillante le 15 février 1855 vers midi. Leurs restes sont confondus ici avec ceux de leurs hommes unis dans le repos éternel comme ils l'étaient dans le devoir. Que leurs noms soient connus pour nous permettre d'honorer leur mémoire. »


7-cimetiere-Lavazzi-la-Semillante--5-1--4-.jpg

 

   La liste des plantes notées sur l’île Lavezzu est longue. Dans quelques jours nous vous présenterons deux plantes, une grande et une toute petite…

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans VOYAGES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories