Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 10:36

Partis très tôt de Faverges (6 h, c’est dur de se lever !), le car nous a déposés  au Châtelard (1350 m), près de Saint-Martin-Belleville, en-dessous des stations des Ménuires et de Val Thorens (Savoie).

Ce fut une belle sortie sous un ciel sans nuages, très bien organisée par notre ami Paul, Popaul pour les amis.

La météo avait annoncé une journée caniculaire : nous  n’avons pas souffert de la canicule, nous avons fait la montée à l’ombre, et lorsque nous sommes arrivés au soleil, il faisait chaud, mais avec l’altitude c’était très supportable.

Arrivés au Col de la Fenêtre, nous sommes redescendus sur le Cochet (2023 m) à la Croix des Prisonniers, où des tables d’orientation nous ont aidés à nous repérer.

 

Gr-Sortie-2012--33-.jpg

 

Pour le pique-nique, nous avons apprécié l’ombre d’un grand rocher, des bouteilles de vin et de liqueurs ont circulé…

Dans le rocher, il y avait des touffes d’une très belle primevère que nous n’avons pas en Haute-Savoie, une primevère à fleurs violettes, la primevère à larges feuilles, Primula  latifolia. Pour la voir fleurie il faudrait venir fin juin…

Du col de la Fenêtre nous sommes montés à la Pointe de la Fenêtre (2131 m). Beaucoup (trop !) de moutons… Au sommet, deux Machaons faisaient ce qu’on appelle du « hill-topping » : ces papillons aiment se rassembler sur les points élevés…

 

Papilio-machaon.jpg


Très belle vue : au loin le Mont Blanc, les Aiguilles d’Arve, la Meije, le glacier de la Vanoise, la Grande Casse et plus près de nous la longue vallée des Encombres.

 

Grde-Casse.jpg

                                                                                   La Grande Casse

 

Puis descente par Lachat pour faire une boucle. Contents de trouver une fontaine avec de l’eau fraîche… Rencontre de trois amis attablés devant plusieurs bouteilles. Ils suivent les recommandations données  aux personnes du troisième âge  concernant la canicule : il faut rester à l’ombre et beaucoup boire, toutes les demi-heures… Ils font mieux : tous les ¼ d’heures, un coup d’eau (de vie !)…

 

Gr-Sortie-2012--39----les-3-amis.jpg


Avant d’arriver au Châtelard, nous nous reposons un bon moment  à l’ombre d’un arbre…

Puis nous nous rassemblons à la ferme-auberge Chantacoucou, chez Josette et Bernard, à l’autre bout du village.

Avant l’apéritif, Jean-Marc et ses amis de la chorale de Marlens « Air de Rien » nous présentent des chansons de leur nouveau répertoire. Le Groupe Nature a de la chance de les avoir !

Pas le temps de regarder les plantes que j’ai cueillies à la descente ! Tant pis !

 

DSC01862

 

Gr-Sortie-2012--47-Air-de-Rien.jpg

Le repas est délicieux et copieux, dans un très joli cadre. On peut recommander cette adresse aux amis !

 

Gr-Sortie-2012--52-le-repas.jpg

Gr-Sortie-2012--53-l-entree.jpg

 

Après cette belle journée, un « orage sec » se déclenche : beaucoup de vent, mais pas de pluie… Pas grave, nous sommes à l’abri, et ça ne dure pas longtemps !

Retour à Faverges vers 23 h 30, fatigués mais contents !

 

 

Monique, Jean-Marc (photos)

 


Repost 0
Published by groupe nature - dans SORTIES
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 22:53

 

Quand vous vous promenez aux alentours du col de la Colombière (1618 m) vous remarquez  des touffes d’une plante à fleurs jaune pâle de la famille des Lamiacées (ex Labiées) qui pousse en abondance dans les rochers calcaires ensoleillés : pour les botanistes c’est  Sideritis hyssopifolia. En français, la « Crapaudine à feuilles d’hysope ». La plante est assez répandue dans le massif des Bornes. En Savoie elle ne pousse qu’en Chartreuse, à Entremont-le-Vieux et à St-Pierre-d’Entremont, on l’appelle « Thé des Chartreux ».

 

Vue-Colombiere.jpg

 

hysope-Sideritis-hyssopifolia-Colombiere--1-.jpg

 

Les Haut-Savoyards connaissent bien cette plante, ils lui donnent un autre nom, ils l’appellent « hysope ».

Ils la cueillent. Ils la font sécher pour faire en hiver des tisanes « contre le rhume ». Et surtout ils font macérer les brins d’hysope dans de l’alcool avec du sucre pour faire une liqueur. La plante dégage une fine odeur de citronnelle.

 

hysope-Sideritis-hyssopifolia-Colombiere--2-.jpg

 

En rentrant d’une balade aux grottes de Montarquis ( observation de bouquetins, du gypaète…), j’ai commandé la « crème brûlée à l’hysope » pour goûter.

 

Bouquetins-Montarquis---3-.jpg

 

hysope crème brûlée Colombière (1)

 

 

Un brin de Sideritis décorait la coupe de crème. Le lait avait peut-être macéré avec quelques brins de la plante, mais je n’ai pas reconnu le goût… En tout cas, c’était excellent, même si l’hysope n’était là que pour la déco.

 

hysope-creme-brulee-Colombiere--2-.jpg

 

 

Hysope…. Il faudrait appeler cette plante « hysope jaune » !

Car le vrai hysope ne pousse pas en Haute-Savoie. C’est Hyssopus officinalis, l’hysope officinal. Il a des fleurs bleues, c’est un petit arbuste qui pousse dans les prés secs des vallées internes, dans le Valais p. ex. ou en Savoie, en Haute-Maurienne. On peut le cultiver dans son jardin, le mien a péri lors d’un hiver trop froid…

 

Hyssope-Lessy-.jpg

 

Hyssope-Lessy---2-.jpg

 

 

 

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PLANTES
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 09:03

P1090308.JPG


J’ai appris à faire du feu avec des écorces de Bouleau. 

C’est impressionnant même avec des morceaux mouillés, cela marche.  

Un matin alors qu’il avait plu de minuit à six heures, je suis arrivée à allumer un feu pour me faire un café.


J’ai pris de l’écorce sur un arbre qui était couché par terre (bien entendu ne pas prélever sur un arbre en bonne santé !).

En courant les bois on trouve des arbres couchés sur le sol.


Ensuite on arrache l'écorce comme du papier et on le met dans le sac à dos.

C’est un super combustible qui brûle  très bien.

C’es t facilec’est mieux que le journal et cela ne tient pas de place dans le sac.


Garder toujours quelques bouts d'écorce dans ses poches, ainsi on pourra facilement allumer un feu n'importe quand. P1090307.JPG

Sabrina




 

ATTENTION !

PRUDENCE !feu_020.gif

 

Ne pas allumer de feu

En pleine période de sécheresse

Quand il y a du vent

Quand il y a des broussailles sèches ...

 

Bien surveiller son feu

Et l'éteindre quand on n'en a plus besoin ! 

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans DIVERS NATURE
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 20:53

 

P1090299.JPG

Dimanche 15 juillet, je suis allée au col du Cucheron dans le massif des Hurtières en Maurienne (Savoie).P1090314.JPG


Une belle fleur a attiré mon attention, j’ai froissé ses feuilles : elle sentait super bon. En rentrant Monique m’a donné son nom et j’ai trouvé des infos sur cette plante.


P1090317.JPG

Grandes fleurs rose pourpré, toutes tournées d'un même côté

 

C’est le Calament à grandes fleurs, Calamintha grandiflora,de la famille des Lamiacées.

 

Certains cuisiniers utilisent cette plante pour son arôme de menthe intense et subtil qui devance de loin toutes les autres sortes : on peut s’en servir pour aromatiser les desserts, pour préparer des infusions, pour faire du taboulé en remplacement de la menthe …


La cueillette, c’est entre juin et août. On  trouve le Calament en dessus de 1200 mètres d’ altitude, effectivement j’étais à 1500 m.


On l’appelle le thé de l’Aubrac, car dans cette région on l’utilise beaucoup. Cette plante est très connue dans le Massif Central et en particulier dans les monts d'Aubrac, mais ce n'est pas sa seule aire de distribution : elle croît également dans les Alpes (700 à 2 100 m d'altitude), les Pyrénées et les montagnes corses.


Propriétés médicinales : toute la plante est stimulante, carminative, elle facilite la digestion.


C’est une chouette plante ! Merci Dame Nature


Sabrina

Repost 0
Published by groupe nature - dans DIVERS NATURE
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 07:58

J’ai recueilli la chenille le mercredi 20 juin. Elle était déjà en position pour se chrysalider : montée sur un brin d’herbe, elle avait tissé un fil de soie, une ceinture, pour s’attacher à l’herbe. Elle avait cessé de se nourrir et ne bougeait plus.

 

1-Machaon-chenille-qui-s-attache--20-06-12.JPG

Le jeudi matin, pas de changements…

 

2-Machaon-chenille-qui-s-est-attachee--20-06-12.JPG

Le jeudi soir, 21 juin,  elle s’était chrysalidée. La « défroque » de la chenille (sa peau) était au fond de la boîte.

3-machaon-chrysalide-21-juin.JPG

 

Je n’ai pas eu longtemps à attendre l’émergence de l’imago, c-à-d la naissance du papillon ! Le lundi soir j’ai remarqué que la chrysalide était devenue plus sombre, il n’y avait plus beaucoup de lumière, j’ai pensé que je pouvais attendre un peu pour faire la photo… Mais le lendemain, le  mardi 3 juillet, moins de 2 semaines après avoir recueilli la chenille, le papillon est sorti de sa chrysalide ! Je l’ai trouvé en rentrant de la sortie à Seythenex-la Sambuy (mise en place du sentier botanique).

4-machaon-chrysalide-23-juin-2012--1-.JPG

 

 

                                                                               la chrysalide est vide !

5-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--1-.JPG

6-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--3-.JPG

                                       Le Machaon, ou le Grand Porte-Queue, Papilio machaon L.

Il avait déplié ses ailes, mais n’avait pas envie de s’envoler : il fallait attendre que ses ailes soient bien sèches !

Le mercredi 4 juillet, avant de partir, je l’ai posé sur des lavandes, au retour, il n’y était plus !

 

7-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--10-.JPG

 

8-Machaon-ne-le-3-juillet-2012--12-.JPG

Espérons qu’il a trouvé un compagnon-ou une compagne (chez le Machaon, les 2 sexes sont semblables). Il a une trompe, il se nourrit du nectar des fleurs. Une fois fécondée, la femelle pond ses œufs un à un sur les feuilles de carotte, de fenouil ou autres Ombellifères (Apiacées) sauvages.

Il y a 2 générations par an.

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 13:42

 

  Le 9 mai  aux Rippes à côté d'Ugine, en bordure  d'un pré à orchidées, nous trouvons une petite chenille immobile sur le sol parmi des feuilles mortes de chêne. C'est la chenille du Tabac d'Espagne, Argynnis paphia.

 

Chenille Tabac d'Espagne 9 mai Rippes

 

On la reconnaît facilement avec ses deux bandes dorsales rapprochées, de couleur crème et  ses épines (scolies) fauves. Elle possède aussi une paire d'épines thoraciques noires, plus grêles,  dépassant la tête à la manière d'antennes.

Le Tabac d'Espagne est un des plus grands papillons d’Europe. Il est orangé orné de points et de stries noires.

 

Tabac d'Espagne Marlens.JPG

 

Il pond ses oeufs non pas sur les plantes nourricières – les violettes -  mais à proximité de celles-çi, sur le tronc des arbres avoisinants, notamment pins et épicéas. Les oeufs éclosent à la fin de l'été, les petites chenilles se laissent tomber à terre pour rechercher leur plante-hôte. Elles hivernent et terminent leur développement au printemps.

Je ramène la chenille à la maison et décide de l'élever. Ce n’est pas compliqué : elle se nourrit de feuilles de violettes et j’en ai dans ma pelouse !

La chenille a bon appétit et grandit vite. Elle se nourrit pendant la nuit et dévore les feuilles des violettes. Le jour, elle reste immobile dissimulée sous les feuilles mortes de chêne que j’ai déposées au fond de la boite. Le 21 mai la chenille mesure près de 5 cm ! Je pense qu’elle va bientôt se nymphoser.

 

Argynnis paphia chenille 19 mai

Viola hirta

 

Je dispose un petit rameau afin qu'elle fixe sa chrysalide. Mais en fait, le 26 mai,  la chenille se fixe au couvercle de la boite par le crémaster,  petit appendice situé à l’extrémité postérieure, et se suspend tête en bas..

Ce qui ne facilite pas la tâche du photographe !

Argynnis paphia pendu chrysalide26 mai (3)

 

Le lendemain on peut admirer la chysalide : elle est magnifique, brune ornée de rangées de protubérances dorsales acuminées et de taches brillantes à reflet bleu métallique.

 

 

 

Chrysalide Tabac d'Espagne 27 mai-copie-1

 

                                   Le stade nymphal dure 2 à 3 semaines. L’émergence approche…

                                   En effet, le papillon nait le 17 juin. La chrysalide est ouverte.


chrysalide-ouverte-17-juin.jpg

 

Il est très beau : c’est une femelle. Elle est plus terne que le mâle et ne possède pas de bandes androconiales.

Le revers de l’aile postérieure est verdâtre zébré de bandes argentées. Les Allemands l’appellent « Silberstrich » (= rayures argentées  ou « Kaisermantel » (= manteau d’empereur).

                  Tabac dessus 2 le 17 juin

 

                                     Tabac revers (2)

 

Le mâle possède des stries noires sur les ailes antérieures. Ce sont les bandes androconiales constituées d’écailles odoriférantes destinées à attirer les femelles. (voir ci-dessus photo d'un mâle butinant un Buddleja)

 

J'ai attendu le retour du beau temps pour relâcher mon papillon. J'espère qu'il aura trouvé un partenaire pour assurer sa descendance.

Argynnis paphia accoupl Marlens

 

                                        Accouplement photographié à Marlens, le 25 juillet 2009.

 

                                                                                            Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 21:55

 

Mardi 3 juillet, 17  personnes du Groupe Nature sont montées par le télésiège de la Sambuy  pour  mettre en place le sentier botanique. Il s'agit de rechercher les plantes qui fleurissent le long de ce sentier et de les étiqueter.

 

groupe-sentier-bota-Sambuy--2-.jpg

groupe-sentier-bota-Sambuy--3-.jpg

Le temps était très couvert mais nous avons passé quand même une bonne journée. Nous avons pu travailler sans souffrir de la chaleur... car nous étions dans le brouillard !

Voici quelques plantes photographiées le long du sentier botanique...

 

Aster alpinus Carilie

                                                                                   Aster des Alpes

Campanula-thyrsoides-sentier-Sambuy--3-.jpg

                                                                            Campanule en thyrse

Phyteuma orbicularis sentier Sambuy

                                                                              Raiponce orbiculaire

Orchis ustulata sentier sambuy

                                                                                                Orchis brûlé

Coeloglossum viride P greneouille sentier Sambuy

                                                                                 Orchis grenouille

Erinus-alpinus.jpg

                                                                         Erine des Alpes

Hieracium-villosum.jpg

                                                                              Epervière des Alpes

 

Mais les chèvres de la Bouchasse n'étaient pas loin et n'attendaient que notre départ pour brouter les plantes !chevres--2-.jpg

 

Le travail terminé, nous avons pique-niqué ensemble.

Groupe-Sambuy--PN-03-07-12-copie-1.JPG

 Nous avons tous bien apprécié le vin d'oranges amères offert par Odile, voici Mimile et Henri, ils le trouvent très bon ! 


Mimile-henry.jpg

 

Les papillons attendaient que la chaleur revienne. Transis, ils se sont laissé approcher facilement.

Erynnis-tages-Pt-Hongrie-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                            Point de Hongrie

Coenonympha-gardetta-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                                Satyrion

Erebia-oeme-M-luzules-sentier-Sambuy--6-.jpg

                                                                                     Moiré des luzules

Maculinea-arion-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                                  Azuré du serpolet

Turquoise-sentier-Sambuy.jpg

                                                                                             Turquoise

 

Il faudra revenir dans quelques semaines pour retirer quelques étiquettes et en rajouter d'autres…

 

                                                                  Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans SORTIES
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 22:53

P1080527.JPG

 

Dimanche 17 juin, nous sommes allés herboriser avec les sociétés de botanique et mycologie voisines. C’était la traditionnelle « journée intersociétés », organisée cette année par la société d’Albertville.


Nous avons passé la journée dans le Beaufortin, au lac de la Gittaz. Un paysage de rêve !P1080530.JPG


Le barrage de la Gittaz a été construit entre 1963 et 1967.

Le Lac de la Gittaz a une superficie de 37 ha, il reçoit les eaux du torrent de la Gittaz et aussi le trop plein du lac de Roselend utilisé pour l'alimentation électrique. C'est un site de pêche en montagne.  Altitude : 1562m.


La randonnée traverse les alpages et ses nombreux chalets.

Etaient présents : Ugine (5), Faverges (4), Montmélian (4) et Albertville (13).

P1080524.JPG


Magnifique soleil, un cadre féérique où se mêlent montagne, rivière, végétaux, pierres, cascades…que demander de plus à la vie !

 

herborisation-Gittaz-Beaufortin-17-06-12---1-.JPGLe matin j’ai herborisé avec le groupe, j’ai noté pas mal de plantes.


Je suis contente car j’ai pu déterminer les feuilles des différentes Myrtilles :  Myrtille (Vaccinium myrtillus), Airelle des marais (Vaccinium uliginosum microphyllum), Airelle rouge (Vaccinium vitis-idaea), c’est bien quand on a les trois côte à côte, c’est plus facile de les différencier.


P1080597.JPGEnsuite vers midi, nous avons pique niqué dans les Pissenlits, nous avons mangé tous ensemble. La société d’Albertville nous a offert le vin blanc en apéritif. Odette et d’Oscar nous ont fait goûter leur vin de mai (vin rosé aux fleurs de sureau), ainsi que leurs diots faits maison, Monique sa tapenade (recette de Mimile), Christine son cake au jambon.


Pour le dessert, Christiane de Montmélian avait fait un « broyé », elle a promis de nous donner la recette…Des tartes maison ont circulé !


Toutes ces spécialités ont été très appréciées. Puis il y a eu les digestifs maison, génépi, prune, pin sylvestre….

 

P1080583.JPGAprès ce repas très convivial, le groupe est retourné herboriser. Moi, je suis restée cueillir des plantes avec quelques filles, j’ai cueilli du Chénopode bon Henri pour faire mes lasagnes, à l’occasion je vous donnerai ma recette sur le blog.


J’ai cueilli aussi des fleurs de Pissenlit pour faire de la confiture.


Ensuite je suis allée dans la rivière, je me suis baignée dans un décor de carte postale (…seulement les jambes !).

Quel  bien-être de patauger dans cette belle eau fraîche, c’était délicieux !


Pour terminer, nous avons vu arriver 3 gros camions  qui transportaient un nombre impressionnant de moutons.

Après ce long voyage (ils venaient de la région d’Avignon), les moutons  ne se sont pas fait prier pour descendre et rejoindre le pâturage, ils étaient tout fous, il fallait les voir sauter !

 

P1080618.JPG 


Vraiment une belle journée comme je les aime ! Je reviendrai bivouaquer dans ce vallon car c’est vraiment magnifique comme décor.

P1080564.JPG 

 

Merci à toute l’équipe !

 


SabrinaP1080604.JPG

 

Une cit ation pour remercier de cette belle journée :

"Avec la montagne, on se découvre roseau, poussé à percer des trous aux bons endroits pour que le souffle de la vie passe et qu'il en sorte la plus belle musique possible"

Lionel Daudet

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans SORTIES
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 20:02

En déroulant son store sur sa terrasse, ma voisine a eu la surprise de voir tomber un reptile qui s'y était réfugié. Paniquée, croyant que c'était une vipère, elle l'a tué avec un râteau.

 

Coronelle-lisse-Monique-Marin-Lamellet--4-.jpg

 

En fait, c'était une Coronelle lisse. Cette petite couleuvre qui n'atteint que 60 cm à l'âge adulte  est de couleur grise ou brunâtre avec des motifs foncés sur le dos. Au premier abord, on peut la confondre avec une vipère.

Sa tête arrondie se distingue à peine du corps.

Une bande noire part du bout du museau, traverse l'oeil et s'étend jusqu'au cou. Sur le dessus de la tête, on peut voir de grandes écailles : ce qui la distingue de la vipère.

De même, la pupille est ronde (alors que celle de la vipère est verticale).

Coronelle-lisse-Monique-Marin-Lamellet--5-.jpg

 

Elle se nourrit à 70% de petits reptiles (lézards, orvets...), elle consomme aussi batraciens, mulots...

Il y a quelques années Monique a vu sur sa terrasse une coronelle  qui gobait  des oeufs de lézard.

 

Mais une question demeure : comment est-elle arrivée sur le store ?

La coronelle peut grimper (seulement dans les arbustes), mais en général elle préfère rester au sol.

 

Craintive, discrète, elle aime les zones pierreuses pour se réfugier au moindre danger.

Coronelle-lisse-2.jpg

 

Coronelle-lisse.jpg

Coronelle-lisse-Marlens---Copie.jpg

 

Elle peut vivre à côté de nous sans que nous le sachions.

Elle est protégée et absolument inoffensive ! Alors ne la tuez pas en la prenant pour une vipère !

 

Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans REPTILES
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 19:52

 

Photo insolite d'un flamant rose survolant le lac d'Annecy ! Eh oui, vous ne rêvez pas, en arrière-plan vous apercevez la carrière de Bredannaz !

 

photo.JPG

                                             Cette photo a été prise par un ami Valentin B. le19 mai.

 

A la LPO, un observateur a également signalé le 19 mai deux flamants roses à l’Eau Morte à Doussard.

 

Le flamant rose (Phoenicopterus roseus) est un oiseau magnifique. Son plumage est blanc-rosâtre, les couvertures alaires sont rouges, les rémiges noires.

C’est un des symboles de la Camargue. Vous l’avez certainement admiré sur les étangs salés du delta. L’envol d’une grande troupe est un spectacle merveilleux,  « une brusque flambée d’écarlate, de rose et d’ébène qui monte dans le ciel » comme l’écrit Paul Géroudet.

 

flamants-roses.jpg

flamants roses vol (2)

flamants-roses-JM--10-.jpg

 

            Le flamant rose vole cou et pattes tendues à l’horizontale, en file indienne ou en alignement décalé.

            Il vit en colonies de plusieurs milliers d’individus.

 

flamants-roses-JM--5--copie-1.jpg

 

Le flamant rose utilise son long cou et son bec épais pour remuer le fond de l’eau et trouver sa nourriture .Il se nourrit essentiellement d’une espèce de petite crevette, Artemia salina, qui lui donne sa couleur si spécifique. Dans son bec, de fines lamelles filtrent animaux et végétaux.

 

Groupe-flamants-roses.jpg

                           Flamants en train de se nourrir Réserve des Aiguamolls de l’Emporda (Espagne)

 

               Le flamant rose pond un œuf unique sur un « nid » fait d’un amas de boue.

 

Ce flamant rose s'est certainement échappé d’un parc ornithologique. Je me demande ce qu’il est devenu !

 

 

 

                                                           Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans OISEAUX
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories