Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 11:38

 

Salade de Tilleul etc.

Asperges du pauvre : Berce, Raiponce en épi, Ornithogale des Pyrénées

Tarte à l’Ail des ours et à l’Ortie

Flan à l’Aspérule odorante

Vin de Mai à l’ Aspérule odorante

Salade :

Jeunes feuilles de Tilleul et de Frêne (des feuilles très tendres, nous avons choisi les feuilles les plus tendres possible).

Jeunes feuilles de Laiteron.

Fleurs d’Ail des ours, de Raiponce en épi, de Trèfle, de Lotier corniculé, de Salsifis…

Assaisonnement  : « tapenade » maison : Ail des ours, mélangé à de l’huile d’olive et à des noix réduites en poudre, sel et poivre.

 

Asperges du pauvre :

Nous avons  fait cuire à la vapeur (5 minutes environ) :

Raiponce en épi, Ornithogale des Pyrénées, Berce

La Raiponce a des tiges dures, celles de l’Ornithogale sont tendres.

Berce : la tige de Berce crue a un gout de mandarine.

Tarte :

Ail des ours et Ortie

Sur une pâte à tarte, nous avons déposé l’ail des ours et les orties.

Dans un bol nous avons mélangé du lait d’avoine, deux œufs, de la crème, sel, poivre, épices indiennes, cumin et nous avons versé le tout sur la pâte à tarte.

Cuisson : 30mn au four à 180°

 

Flan à l’Aspérule :

1 bouquet d’Aspérule odorante

½ l de lait + 5 cuillères  de crème

1 cuillère rase d’agar agar

3 cuillères de miel

Nous avons mis dans une casserole le lait, la crème, l’agar agar et le miel.

Nous avons ajouté le bouquet d’Aspérule et nous avons porté à ébullition tout en remuant pendant 2 minutes.

Nous avons filtré et versé la crème dans des petits moules et mis au frais.

Ce flan avait un gout d’orgeat.

(Le flan au Coquelicot en flan a  un gout de chocolat).

 

Vin de mai :

45 g de sommités fleuries d’Aspérule

75 cl de bon vin blanc.

45 g de sucre.

Nous avons versé le vin bouillant sucré sur l’Aspérule et nous l’avons laissé macérer.

Nous avons bu celui que j’avais préparé dans le frigo car cela se boit très frais.

 

Un excellent repas !!!

Sabrina

 


P1070978.JPG

Repost 0
Published by groupe nature - dans RECETTES
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 07:05

 

vipere.jpg

Sabrina et la vipère-dans-le-coffre-de-sa-voiture


 Après « Sabrina en Amazonie »

(bulletin du Gr. Nature),

« Sabrina dans les Alpes » (blog) et récemment  « Sabrina et les abeilles » (blog)… voici une nouvelle aventure :

« Sabrina et la vipère dans le coffre de sa voiture » !

 

«Samedi 19 mai : je voulais aller cueillir des plantes pour le repas de midi avec Danielle et Maryline (bientôt je vous donnerai des recettes), j’ouvre le coffre de ma voiture pour déposer mon panier, et que vois je ? ... une vipère ! Le temps que je réagisse, j’appelle les filles, panique à bord…

La vipère n’était pas contente du tout, elle sifflait !!!

Et puis elle s’est cachée…

Je referme le coffre, et j'appelle les pompiers.

Ils vident ma voiture. Ce n’est pas une mince affaire, il y a mes affaires de camping, de cueilleuse de plantes etc... Ils ont dû être impressionnés !

Les pompiers ont fini par la trouver, 

 

108_2668.JPG

Ils l’ont saisie avec une longue pince et l’ont mise dans une glacière.

La vipère est un animal protégé, on n’a pas le droit de la tuer. Je ne sais pas où ils l’ont relâchée !

 

Hier soir je suis rentrée vers minuit, la vipère était certainement déjà dans ma voiture. La dernière fois que je suis allée dans la nature c’est mardi, cela veut dire que depuis mardi, je circule avec une vipère dans ma voiture !!!! J'étais allée du côté de la Combe d’Ire cueillir des plantes. J’avais sorti des affaires de ma voiture, sac à dos, sac de couchage... Je les avais posés dans l’herbe. Quand j'ai remis mes affaires dans la voiture, elle a dû monter en même temps.

 

C’est impressionnant !!!Quand je pense que je dors dans la nature, et qu'il ne m'est jamais arrivé de dormir à côté d'une vipère (…ou je ne m’en suis pas rendu compte !!)… Une vipère dans ma voiture, cela me fait une drôle d’impression !!!

Les pompiers étaient super sympathiques ! Je leur ai raconté mon histoire d'abeilles. Il y a  quinze jours j’ai trouvé un essaim d’abeilles ! Vous vous souvenez ??

C'est mouvementé mes rencontres !!! »

Suspense… Que va-t-il arriver à Sabrina la prochaine fois ??

 

Va-t-elle rencontrer un ours ? Peu probable, les derniers ours de la Combe d’Ire ont disparu vers 1900….

 

Mais elle pourrait rencontrer le loup ! Pourquoi pas ?

 

Sabrina, mets ta jolie robe rouge et prépare ton appareil photo pour le prochain reportage !

 

    

 

 

 

P1070909.JPG

 

 

 

   

P1070908.JPG

 


P1070912.JPG

 

  P1070921.JPG

 

 

  P1070925.JPG

 

 

  108_2670.JPG

 

 

viperes.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans REPTILES
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 17:23

 

Oui, il y a une suite…

 

Résumé des épisodes précédents  :

 

21 août 2011 : « mise en boîte » d’une chenille.

22 août 2011 : la chenille n’a pas perdu de temps, pendant la nuit elle a tissé son cocon et s’est chrysalidée.

7 mois d’attente…

29 mars 2012 : un beau papillon sort du cocon, c’est une femelle.

1e avril 2012 : ma femelle attire un mâle (d’où vient-il ?), accouplement (2 heures) et aussitôt après, ponte.

 

1 oeufs pt paon sur rameau (1) - Copie

La ponte, 1e avril

Au moment de pondre la femelle sélectionne dans la nature une plante nourricière pour déposer ses œufs. Certains papillons sont très exigeants, une seule plante leur convient. Le Petit Paon est moins difficile, ses plantes hôtes sont très variées : Rosacées ligneuses comme le prunellier, l’aubépine, la ronce, le framboisier, la spirée ulmaire et aussi  le saule marsault, la callune vulgaire, la myrtille etc…

Les papillons installent leur progéniture  dans un milieu idéal pour le développement des jeunes chenilles, car à leur naissance elles doivent se débrouiller toutes seules.

 

Ma femelle n’a pas eu le choix, je lui ai présenté un rameau du pommier de mon jardin. Si elle était née dans la nature, je pense qu’elle n’aurait pas eu à chercher loin, car la chenille se serait chrysalidée sur l’une de ses plantes hôtes. Il me semble que la femelle n’est pas capable de voler loin : son abdomen gonflé par les œufs (les ovules) est trop lourd !

 

Mon papillon a collé ses œufs contre le rameau, il les a disposés bien régulièrement  en manchon.

Les œufs sont lisses et brillants, un peu bosselés, sans ornementation. On remarque au sommet un  point plus sombre, c’est le micropyle, une petite ouverture qui permet aux spermatozoïdes de pénétrer dans l’ovule pour le féconder au moment de la ponte.

 

A l’intérieur de l’œuf, un miracle se produit : après une intense division cellulaire, l’ovule fécondé va se transformer en chenille….

 

2----12-04-17-chenilles-pt-paon-de-nuit---4----Copie---Copi.JPG

3----12-04-17-chenilles-pt-paon-de-nuit---1----Copie---Copi.JPG

 

Naissance des chenilles, le 17 avril

 

Au bout de 17 jours d’incubation,  les œufs sont arrivés à maturité.

Les chenilles ont découpé un petit trou au sommet de l’œuf et sont  sorties … Elles sont noires, poilues : elles ne ressemblent en rien à la chenille que j’ai recueillie fin août ! Elles sont minuscules, mais la tête est relativement volumineuse et par rapport à la taille des œufs elles sont géantes : comment ces petites bêtes ont-elles trouvé assez de place dans ces œufs minuscules ?

 

Pour leur premier repas les petites chenilles dévorent souvent la coquille de leurs œufs, les miennes s’attaquent  sans tarder aux feuilles des rameaux d’aubépine que je leur ai présentées, elles semblent apprécier, tout va bien !

 

4----12-04-18-chenilles-pt-paon-de-nuit--1-.jpg

 

5----12-04-20-chenilles-Pt-Paon-de-nuit.jpg

 

Les chenilles passent leur temps à manger… et à faire des crottes : il faut s’occuper de leur nourriture, dès que les feuilles sont flétries il faut aller en chercher des nouvelles…Et il faut nettoyer la boîte car les crottes s’accumulent !

 

  Et les parents, que sont-ils devenus ? Ils ont rempli leur mission et sont morts depuis longtemps…

Voici le mâle et la femelle le soir du 1e avril, après la ponte, ils ne bougent plus… 

 

6--male-et-femelle-dans-la-boite--pt-paon-.jpg

J’ai mis le mâle sur le dos, il est HS !

 

6--male-sur-le-dos--il-est-HS.jpg

 

Le corps mou des chenilles est occupé en grande partie par le tube digestif, manger est leur seule occupation !

 7--12-04-21-chenilles-pt-paon-de-nuit.jpg

8---12-04-22-chenilles-pt-paon-de-nuit.jpg

 

25 avril : les chenilles ont déjà bien grandi, j’en donne quelques-unes à Françoise D. et  à Jacques B.

Mais que se passe-t-il ??  Elles ont cessé de manger et ne bougent plus.  Je pense tout de suite à la mue, mais ce qui me fait souci c’est que ça dure plusieurs jours…

Voici  une photo prise  le  27 avril,  on voit les « vieilles peaux » en bas, les chenilles ont donc mué, mais elles ne semblent pas affamées, elles sont très calmes, je suis inquiète.

 9----12-04-27-chenilles-et-mues-Pt-paon--2----Copie.jpg

 

 

28 avril : Claudie et moi nous partons en Corse pour une session botanique d’une semaine. Je confie la boîte à Jean-Marc. Dès le premier coup de fil le 29 avril, il me rassure : les chenilles ont bon appétit.

 

5 mai : retour de Corse, Jean-Marc a bien soigné les chenilles, il les a placées dans une boîte plus grande.

 

9--bis----12-05-07--chenilles--1--copie-1.jpg

Les chenilles ont grandi, elles sont toujours noires et poilues, des taches jaunes sont apparues sur le côté… C’est moins sympa que les papillons, mais comme dit la Rose du Petit Prince «  Il faut bien que je supporte deux ou trois chenilles si je veux connaître les papillons » !

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 15:43

 

Nom commun  Aspérule odorante     

Nom scientifique   : Galium odoratum (L.)
          

Famille :     RUBIACEES

 

P1070689.JPG

Elle est abondante dans les bois clairs de hêtres.

 

 

La plante inodore à l’état frais, acquiert au cours du séchage une odeur suave très agréable. On l’a de ce fait utilisé depuis longtemps pour aromatiser les boissons. Le vin de mai « Maitrank » traditionnel de l’est de la Belgique à la Suisse est obtenu par macération d’aspérule dans du vin blanc. 

L’aspérule est calmante, digestive, et antispasmodique.
On peut l'utiliser en infusion, compresse, tisane et vin
 


Attention
:de fortes doses peuvent provoquer des maux de tête et des troubles digestifs.

Sécher avec soin car la
plante moisie est toxique et peut provoquer de graves hémorragies.

L’aspérule séchée sert aussi à parfumer le linge dans les armoires.
Mettre en sachet comme la lavande.
Son odeur persiste plusieurs années.



Le vin de Mai
 :


. 45 gr de sommités fleuries d'aspérule
. 1 bouteille de bon vin blanc (75 cl)
. 45 gr de sucre

Verser le vin bouillant sucré sur l’aspérule fraîchement cueillie et laisser macérer jusqu'à refroidissement du liquide.

Filtrer

Si nécessaire, ajouter 1 cuillère à soupe d’alcool pour la conservation.

 

Conseil : Cueillir les brins d’aspérule avec délicatesse pour qu’ils ne noircissent pas.

 


Ce bouquet est composé de feuilles d'Ail des ours et de feuilles et fleurs d'Aspérule odorante...Sabrina

 

P1070694.JPG

 

Repost 0
Published by groupe nature - dans RECETTES
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 17:32

Dimanche 6 mai en allant me promener sur le sentier du petit castor entre Marlens et Ugine, j'ai découvert cet essaim.

 

P1070703.JPG

Je me suis approchée le plus près possible et j'ai pris ces photos.P1070703-001.JPG

 

P1070699.JPG

Voici des infos sur les essaims d'abeilles que j'ai trouvées sur le net :


L’abeille est un insecte de l' ordre des Hyménoptère, famille des Apidae (ordre d' insectes à deux paires d' ailes membraneuses, comprenant aussi les guêpes et les fourmis).

Ce type d’insectes est social, sauvage et domestique. L’abeille est élevée pour le miel, le pollen, la gelée royale et la cire. Elle ne vit qu’en société.

Un essaim se compose de trois castes: la reine, les ouvrières et les faux-bourdons.


A l' aide d' une paire de jumelles et en visant une fleur on se rend compte du travail incessant des abeilles. Sans relâche elles butinent et virevoltent dans la lumière du soleil. Leur but : ramener nectar, pollen, eau, propolis." Sabrina

Repost 0
Published by groupe nature - dans INSECTES
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 13:44

0--Petit-paon-de-nuit-ne-le-29-mars-2012---13--ocelles---C.JPG

                                                        Ocelles du Petit Paon femelle

0--male-Pt-Paon--5----Copie.JPG                                                         Ocelles du Petit Paon mâle

0-Paon-plumes-Sevrier.JPG                               Ocelles des magnifiques plumes de la queue du paon mâle

 

Mon Petit Paon de nuit est donc né le 29 mars…

Ce papillon ne s’alimente pas,  il n’a pas de trompe.  Sa durée de vie est donc  très limitée : environ une semaine, juste le temps qu’il faut pour se reproduire - s’accoupler et pondre !

3 Petit paon de nuit né le 29 mars 2012 (10)

 

2-abdomen-de-la-femelle-pt-paon-de-nuit.JPG

 

Notre femelle reste immobile, elle n’essaie pas de voler, elle attend l’arrivée d’un mâle…

Elle aurait d’ailleurs du mal à s’envoler car son abdomen est très gros, rempli par les œufs à féconder !

 

Les mâles sont capables de  repérer de très loin (plusieurs kilomètres) une femelle prête à l’accouplement. Ils captent les substances odoriférantes émises par les femelles (les phéromones) grâce à  leurs antennes  très sensibles. Chez le Petit Paon de nuit, les mâles volent en plein jour (c’est pourtant un papillon « de nuit » !).

 

3-J-H-Fabre--portrait.JPG

 

J.-H. Fabre raconte  : «  Le jour des Rameaux, dans la matinée, le cocon à nasse me donne une femelle de Petit-Paon, aussitôt séquestrée sous cloche en toile métallique dans mon cabinet. J’ouvre la fenêtre de la pièce pour laisser l’évènement  se divulguer dans la campagne ; il faut que les visiteurs, s’il en vient, trouvent accès libre. La captive s’agrippe au treillis et plus ne bouge d’une semaine. 

Viendra-t-il, l’élégant inconnu…tant il semble rare dans ma contrée ? …Toute la semaine, chaque fois vers midi, à l’heure de la plus vive illumination, des papillons arrivent, mais en nombre décroissant. Le total se rapproche de la quarantaine…Le Petit-Paon … célèbre ses noces aux éblouissantes clartés du milieu du jour… »

 

Déception (pour elle et pour moi !) : à Lathuile,  aucun mâle ne s’est présenté vers midi  le 30 mars. Rien le  31 mars, toujours rien le 1e avril …

Chaque jour  nous avons  mangé à midi  sur la terrasse, notre papillon  tout près de nous sur la table… Mais pas une seule visite… N’y a-t-il pas de Petits Paons dans les environs ?

 

Pourtant nous avons déjà trouvé des chenilles dans la région…

 

4-chenillePavonia-pavonia-lac.JPG 

Celle-ci a été photographiée dans la Réserve du Bout du lac tout près de chez moi  le 6 juin 2005.

 

5--Chenille-Pt-Paon-de-nuit-Marlens-sortie-orchidees-07---.JPG

Et celle-ci, qui semble être à un stade plus avancé, c’était à Marlens le 23 mai 2007.

Plus haut en altitude, nous avons trouvé des chenilles dans des tourbières, à  Beauregard, aux Creusates, au lac de Sainte-Hélène  etc.

 

 

ENFIN !!!

 

Le 1e avril à 17 h, la terrasse est déjà à l’ombre….

Notre papillon est toujours sur la table sur la terrasse…

SURPRISE, un papillon s’approche, il vole à toute allure près de la maison, sur la terrasse, sous la table… Il est  de couleur orangée, mais il vole tellement vite et de façon saccadée  qu’il est difficile de voir les détails… Mais je suis sûre que c’est un Petit Paon de nuit mâle !

Il s’approche tout près de notre femelle, mais il continue à voler sans l’avoir trouvée…

Le pauvre, il s’épuise !

Il s’éloigne…. Quel dommage ! Pourquoi n’a-t-il pas trouvé la femelle ?

 

Ouf ! 20 mn plus tard, il revient !  Fébrilement  il cherche encore…

Et voilà un 2e mâle qui arrive !

 

6---2-males-et-1-femelleP1160253.JPG

 

 

Sur ma mauvaise photo on devine la femelle prise en sandwich entre les deux mâles… Les papillons sont très agités, c’est la foire d’empoigne !

L’un a réussi à s’accoupler, l’autre comprend qu’il est de trop ! Bientôt il s’éloigne laissant en paix le couple… Espérons qu’il va trouver une autre femelle dans les parages !

 

 

7 -1 accouplementP1160287

7-2 accouplement pt paon P1160271

7-3 accouplementP1160269

                                  Le « kama sutra » des petits paons : plusieurs positions sont essayées…

 

17 h 30- 19 h 30 : l’accouplement  dure 2 heures.


8-oeufs-ponte-pt-paon---1-.JPG

 

Après l’accouplement  la femelle n’a pas perdu de temps : à 20 h elle a déjà pondu  des œufs, 2 manchons autour d’un rameau de pommier que j’ai placé dans la boîte…

20 h 10, le mâle essaie un 2e accouplement, mais la femelle ne se laisse pas faire…

Le mâle s’agite, puis il se calme…

 

8-oeufs-pt-paon.JPG 

 

20 h 30 : la femelle est tombée sur le dos, elle bat des ailes mais n’arrive pas à se remettre à l’endroit.

Je l’aide, elle monte sur le rameau et pond encore  quelques  œufs (20 h 35).

Maintenant ses ailes sont abimées. 

Le mâle semble épuisé, il ne bouge plus.

 

J.-H. Fabre raconte que sa femelle de petit paon de nuit a attiré une quarantaine de mâles en une semaine… Je n’en ai vu que deux… Il se peut que d’autres mâles soient venus pendant mon absence ! J’ai été présente près de la boîte aux heures du repas de midi,  le moment privilégié pour les accouplements d’après J.-H. Fabre.

Mais l’après-midi je n’étais pas là ! Candide, je pensais que les mâles allaient se poser sur la boîte et attendre mon retour pour que j’ouvre le couvercle !

 

Ce qui m’étonne, c’est que J.-H. Fabre n’a pas parlé de l’accouplement.  A-t-il maintenu sa femelle prisonnière ?

 

La mienne a pondu et maintenant j’attends avec impatience  la naissance des petites chenilles…

 

                                                                                    ( à suivre ???)

 

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 21:52

Attention !

Cette soirée n'aura pas lieu à la Maison des Associations

mais à la Communauté de Communes (en face de la Soierie).

 

Renouees-Chaise.jpg

Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 21:17

Du bord de la mer jusqu'à la limite des neiges éternelles, des déserts les plus arides, aux tourbières les plus humides, les champignons colonisent le monde et croissent partout. Classés il y a quelques années encore parmi les végétaux, ils occupent à l'heure actuelle, un règne à part, appelé Mycota ou Fungi, placé au plus près du règne animal.

 

Amanita pantherinajpg

Le contexte actuel où les temps de loisir tendent à s'allonger, le développement des moyens de transport, amènent de plus en plus de citadins au contact de la mycologie. Les champignons qui peuvent séduire par leur beauté, leurs formes étranges ont aussi la faculté de nous nourrir et tuer.


En effet, un certain nombre de champignons font l'objet d'une consommation traditionnelle et des risques sanitaires croissants sont liés à ces pratiques. Il appartient à nos sociétés d'avertir le public en attirant l'attention sur la cueillette, la détermination, la conservation et la comestibilité des espèces fongiques.


Aujourd'hui, la dimension récréative de ces découvertes ne doit pas nous faire oublier la nécessité de la protection et de l'éventuelle restauration des milieux naturels.
Ces différents aspects morphologiques, écologiques et toxicologiques de la mycologie moderne, seront évoqués lors de cette conférence.

 

L'Association mycologique et botanique d'Annecy propose ce diaporama de Roger Fillion

lundi 23 avril à  20 h 30, quai des Clarisses, salle des Clarisses (la Manufacture, parking Sainte Claire).

Nous vous invitons à venir nombreux.

Entrée libre.

Prochain diaporama : " l'Ouest américain" par Roland Moënne-Loccoz, lundi 21 mai.

 


 


 


 


 


 


 


 


 



Repost 0
Published by groupe nature - dans INFOS
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 09:29

Saturnia pavonia  (= Pavonia pavonia = Eudia pavonia  - de pavo, paon, à cause des ocelles)

Emperor moth pour les Anglais. Kleines Nachtpfauenauge pour les Allemands.

C’est un papillon « de nuit » de la famille des Saturniidés

 

1-Petit-Paon-de-nuit-chenille-21-08-11-Marcelly-Praz-de-Lys.jpg

 

        Le 21 août 2011, j’ai trouvé cette chenille près du lac du Roy, lors de la Grande Sortie du Groupe Nature à la pointe de Marcelly dans le Faucigny.

Il semblait que la chenille était arrivée au terme de sa croissance, elle ne cherchait plus  de nourriture, mais semblait pressée de trouver un rameau  pour se nymphoser.

Je l’ai mise dans une petite boîte pour la transporter (une boîte pour les vers de pêche, donnée par Robert). J’avais l’intention de la placer chez moi dans une grande boîte transparente avec des petits rameaux pour qu’elle puisse accrocher sa chrysalide.

Nous sommes rentrés tard (vers minuit), j’étais fatiguée,  j’ai pensé qu’elle attendrait bien le lendemain…

Bien qu’un peu à l’étroit dans sa boîte, la chenille n’a pas attendu d’être bien installée : elle a tissé son cocon pendant la nuit et  s’est chrysalidée.

 

2-Petit-paon-de-nuit-cocon-22-08-2011--1-.jpg2-Petit-paon-de-nuit-cocon-22-08-2011--2-.jpg

 

 

    La chrysalide protégée par son cocon a hiverné  sur le rebord d’une fenêtre, dans une grande  boîte transparente aérée. Elle était à l’abri de la pluie et de la neige mais a ressenti les grands froids de février… Tous les jours, j’ai regardé s’il y avait des changements… Rien…

Le 29 mars 2012, nous sommes partis pour la journée. J’ai oublié de regarder la boîte…

Au retour, quelle bonne surprise ! Le papillon (l’imago) est sorti de sa chrysalide ! Les ailes sont bien étalées, l’éclosion a eu lieu probablement pendant la nuit, le papillon a eu le temps  de déplier ses ailes. Au fond de la boîte, une tache jaunâtre, c’est le « méconium », un liquide qui « concentre les résidus métaboliques de la métamorphose » (T .Lafranchis).

 

3-Petit-paon-de-nuit-ne-le-29-mars-2012---10-.jpg

3-Petit-paon-de-nuit-ne-le-29-mars-2012---13--ocelles.jpg

 

        Qu’il est beau, mon papillon !

J.- H. Fabre : « Elle est superbe, …  avec son velours brun rayé de lignes ondulées. Fourrure blanche autour de la nuque ; tache carminée au bout des ailes supérieures ; quatre grands yeux où se groupent, en lunules concentriques, le noir, le blanc, le rouge et l’ocre jaune »

4-Petit-paon-de-nuit-ne-le-29-mars-2012---16--antennes-de-.jpg

 

 

C’est une  femelle :  les antennes  sont fines.  Celles du mâle sont beaucoup plus développées, elles sont bipectinées (en forme de peigne double).

 

4-pt-Paon-antennes-du-male-et-de-la-femelle.jpg

 

4 bis mâle Pt Paon (2)

male-Pt-Paon--6-.jpg

 

Le mâle est plus petit, ses ailes antérieures sont jaune orangé.

 

5-J-H-Fabre-timbre.jpg

 

     Vous connaissez  le grand naturaliste Jean-Henri Fabre ?  Sur ce timbre il observe le Grand Paon de nuit, un proche parent de notre Petit Paon de nuit…

Il faut lire (ou relire !) ses « Souvenirs entomologiques », p. ex. les pages où il raconte la « soirée mémorable du Grand Paon », il parle aussi du Petit Paon…

 

6 Petit paon de nuit né le 29 mars 2012 (12) imago sur le

 

Par où est sorti le papillon ? Mystère… Pas de trou dans le cocon… Le cocon est comme avant. Si le papillon s’était envolé en mon absence, j’aurais pu attendre encore longtemps sa naissance !!!

Voici l’explication du grand entomologiste  J.-H. Fabre :   « L’extrémité antérieure (du cocon est) travaillée en nasse au moyen de brins libres et convergents qui défendent l’accès de la demeure tout en permettant la sortie sans effraction de l’enceinte… » (En plus, le papillon secrète un liquide qui ramollit les fils de soie).

 

7-Petit-paon-de-nuit-ne-le-29-mars-2012---20--cocon-ouvert.jpg

 

Voici le cocon ouvert : la chrysalide est  ouverte et vide, à côté on voit la « défroque » de la chenille.

 

8-Pt-Paon-de-nuit-cocon--defroque-de-la-chenille.jpg 8--Pt-Paon-de-nuit-chenille-defroque.jpg

 

Pour sa dernière mue, la chenille a rejeté sa vieille peau et s’est transformée en chrysalide brune.

 

(à suivre)

 

Monique

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:03

   Lors de vos dernières balades, avez-vous remarqué un joli petit papillon blanc aux ailes tachées d’orange ? C’est l'Aurore, un papillon de taille moyenne (envergure 4 cm) qui appartient à la famille des Pieridae (en France, une  vingtaine d'espèces). Très répandu, on le rencontre dans toute la France jusqu’à 2000 m. En Europe, il atteint le cercle polaire.

   Ce papillon annonce le printemps puisqu'il apparaît en mars. On peut le voir dans les prairies humides, le long des haies, des lisières de forêts…

 

   Mâles et femelles sont très différents.

   Les ailes antérieures du mâle tachées d'orange évoquent un soleil levant, d'où le nom d'Aurore.

Les photos nous montrent un mâle butinant un Géranium herbe-à-Robert, une Alliaire pétiolée et

une Cardamine à sept feuilles.

mâle geranium

mâle alliaire

male-cardamine.jpg

 

   Les ailes antérieures de la femelle sont blanches avec une tache discoïdale noire, l’extrémité  des ailes est gris-noir. Le revers – dans les deux sexes - est blanc, finement marbré de vert-jaune.

Une femelle butine une Saponaire faux-origan. Une autre est posée sur un épi de Sainfoin.

Anthocaris-saponaire.jpg

Anthocaris Sainfoin

 

Les mâles patrouillent le long des haies à la recherche d’une femelle à féconder.

La femelle pond sur les Brassicacées (= Crucifères) :  Tourette,  Alliaire officinale, Sisymbre, Cardamines… L’Aurore est appelée aussi « Anthocaris de la cardamine » « Piéride du cresson » ou « Cressonnette ». « Anthocharis » signifie en grec « charme des fleurs ».

 

Sur cette photo, une femelle pond sur Arabis turrita, l’Arabette tourette.

 

Aurore-Anthocaris-cardamines-femelle.jpg

 

Elle dépose ses oeufs un à un, à la base des boutons floraux, sur les pédicelles, parfois sur une feuille. Les oeufs des Piérides ont une forme typique. Ils évoquent une petite bouteille à l'extrémité supérieure très fine. Chez cette espèce, ils sont blancs, puis virent à l'orangé au bout de quelques jours. Ils sont ornés de côtes verticales.

 

Oeuf-Anthocaris-cardamines-sur-Arabis-turita--4-.jpg

L'incubation est rapide, environ une semaine. Les petites chenilles trouveront sur place leur nourriture avant de se chrysalider.

 

   Et dans le Midi, vous pouvez rencontrer l'Aurore de Provence (Anthocharis belia euphenoides).

 Ce papillon est encore plus coloré : les ailes antérieures du mâle sont jaune vif tachées de rouge-orange.

 

                         Claudie

Repost 0
Published by groupe nature - dans PAPILLONS
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du groupe nature
  • Le blog du groupe nature
  • : passionnés de nature...
  • Contact

Rechercher

Catégories